Au cinéma cette semaine, cinq chemins singuliers aux multiples accents

Vidéo

Louis (Malik Zidi, à gauche) erre dans une jungle hostile, harnaché d'un lourd équipement de photographie. | Capture d'écran Bandes Annonces Cinéma via YouTube

Les films «Vers la bataille», «Si le vent tombe», «L'Arbre», «The Father», «Paris Stalingrad», si différents et qui ont pourtant d'inattendues affinités, pratiquent une forme de métissage du regard, de mise en jeu d'un ailleurs.

Pléthore de nouveautés en cette deuxième semaine de réouverture, après que le 19 mai a aussi dû accueillir bon nombre de films d'avant la fermeture. Parmi cette offre du 26 mai, outre le beau Balloon de Pema Tseden, cinq titres méritent une attention particulière, indépendamment de leur plus ou moins grande surface promotionnelle.

Au-delà de leur date de sortie, quatre de ces films se trouvent avoir en commun le fait d'être chacun le premier long-métrage de fiction de leur réalisateur ou réalisatrice –le cinquième n'est pas une fiction, et pas un premier film, malgré le jeune âge de son autrice.

Ils ont également en partage de receler, de manières très différentes, une tension intérieure entre un ici et un ailleurs: un Français raconte l'histoire d'un Français isolé au Mexique au XIXe siècle (Vers la bataille), une Franco-Arménienne raconte l'histoire d'un Français envoyé au Haut-Karabakh (Si le vent tombe), un Portugais filme en Bosnie (L'Arbre), un Français homme de théâtre change de moyen d'expression pour filmer en Grande-Bretagne (The Father), une Franco-Maghrébine documente le sort de migrants originaires d'Afrique subsaharienne dans la capitale (Paris Stalingrad).

Le chercheur américain d'origine iranienne Hamid Naficy a montré dans un ouvrage lumineux, An Accented Cinema, exilic and diasporic filmmaking, combien ces trajectoires métissées, dans leur diversité, enrichissent l'expression cinématographique. C'est ce que chacun de ces films matérialise en effet, dans la singularité de sa mise en scène.

«Vers la bataille» d'Aurélien Vernhes-Lermusiaux

Quelle aventure! Comme du même élan, l'aventure est celle de Louis, pionnier de la photographie de grand reportage au milieu du XIXe siècle, et celle du film lui-même. Sans effets de manche, il y a une sorte de bravoure permanente dans la manière de faire exister les images et les situations, qui fait écho à la détermination du personnage central de cette fiction.

En pleine guerre déclenchée par l'expédition au Mexique de ce Maximilien que Napoléon III voulut faire empereur, un homme jeune, interpété avec le mélange de force et de fragilité qui le caractérise par Malik Zidi, erre dans une jungle hostile, harnaché d'un lourd équipement de photographie, comme il existait en 1863.

Louis tente de trouver le chemin d'une bataille que ses compatriotes français sont supposés mener, et évidemment gagner, quelque part dans cette nature non seulement (très) hostile, mais qui semble appartenir à un autre monde que les projets coloniaux qui cherchent à s'y imposer, et que la technologie nouvelle que l'entreprenant photographe trimballe à dos d'âne, puis sur son propre dos.

On songe à Aguirre aussi bien qu'à La 317e Section en accompagnant ces tribulations qui connaîtront aussi leur content de grotesque, au fil de péripéties et de rencontres inattendues avec notamment un paysan mexicain et un officier français. Mais Aurélien Vernhes-Lermusiaux a une manière très personnelle d'inscrire son personnage dans des environnements (géographiques et historiques) aux repères pour le moins instables.

Le récit est riche de rebondissements comme de propositions de réflexion, entre autres sur la naissance des médias modernes comme la relation entre l'image enregistrée et la mort. Mais ce qui séduit le plus tient à la sensualité envoûtante qui émane de la mise en scène, dans la tension entre les humains très différents entre eux (et très différents de nous) et des circonstances marquées par l'extrême dureté des conditions physiques et l'extrême violence du conflit.

Grâce aussi à ses interprètes, il y a pourtant sans cesse une forme de douceur, la possibilité d'un sourire, qui flotte dans le film, et fait elle aussi écho à une réalisation attentive aux êtres, aux petits gestes, aux à-côtés de l'action principale. Petit film d'auteur qui ne renie rien de ses ambitions mais trouve un souffle épique qui le porte de bout en bout, Vers la bataille est une belle et forte surprise.

«Si le vent tombe» de Nora Martirosyan

Lorsque Nora Martirosyan l'a réalisé, Si le vent tombe était un film hanté. Accompagnant la mission d'Alain Delage (le toujours excellent Grégoire Colin), expert français envoyé vérifier la conformité aux normes internationales d'un nouvel aéroport construit au Haut-Karabakh, le consultant découvrait les innombrables fantômes qui habitaient ce territoire, et surtout l'esprit de ceux qui y vivent....

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - Au cinéma cette semaine, cinq chemins singuliers aux multiples accents

Articles en Relation

Avec «Annette», Carax souligne le flou qui sépare l'œuvre de l'artiste Peut-on admirer ce portrait sombre d'un homme rongé par son ego et sa violence si cet artiste revêt le visage du réalisateur du film? | Capture d...
«Ma belle-famille, Noël et moi», une romcom lesbienne à la fois révolutionnaire ... Le couple Abby et Harper. | Capture d'écran via YouTube Cette comédie romantique, sortie le 21 décembre en VOD en France, est un énorme succès d...
Les films à voir sur Netflix pendant le (nouveau) confinement Eric André dans Bad Trip de Kitao Sakurai | Capture d'écran via YouTube Il n'y a pas que les séries dans la vie. Nous nous préparons encore à de lon...
«Le Baltringue», Vincent Lagaf' à vive allure sur l'autoroute du malaise Vincent Lagaf' et ses cheveux dans Le Baltringue de Cyril Sebas. | Capture d'écran randy fan via YouTube Entre nanar et navet, ce film construit...
Pendant le confinement, regardez des DVD! De beaux fantômes vous y attendent Willem Dafoe dans «Tommaso» d'Abel Ferrara. | Capture d'écran via YouTube Choix d'objets singuliers plutôt que logique de flux, les DVD sont une...
Cette semaine au cinéma, quatre lumières venues de loin Mantoa (Mary Twala), sorcière, paysane, résistante, dans L'Indomptable feu du printemps. | Arizona Distribution  Les films «La Loi de Téhér...