Accouchement: la masturbation comme antidouleur?

Santé

 

«Quand je me masse le clitoris en accouchant, je ne suis pas dans un esprit d'excitation sexuelle». | Anna Civolani via Unsplash

 

Le clitoris aurait le pouvoir de réduire considérablement les maux de l'enfantement. Un sujet qui reste encore très difficile à aborder pour les patientes comme pour les spécialistes de l'accouchement.

Elle préfère parler de massage plutôt que de masturbation. Le 4 mai 2018, l'illustratrice Gayelle publiait sur son compte Facebook une courte BD intitulée Le clitoris, oublié de l'accouchement. La dessinatrice y raconte s'être masturbée en donnant naissance à son deuxième enfant, afin d'apaiser la douleur. Gayelle, qui avait choisi d'accoucher à la maison, se souvient qu'elle avait déjà entendu parler de la masturbation pendant le travail.

«J'étais dans mon bain lorsque ça m'est venu à l'esprit. Je l'ai fait sans vraiment réfléchir, ça me paraissait bien de le faire à ce moment-là», se souvient Gayelle, contactée par Slate. «J'ai réussi à couper avec le côté rationnel de mon cerveau, ce qui m'a permis de me masturber. Mais le mot me dérange: c'est plus un massage qui a permis de me détendre et à supporter les contractions.» Elle affirme que le soulagement a été immédiat.

Si chaque naissance est évidemment marquante, celle-ci le fut tout particulièrement pour Gayelle. Après un premier accouchement difficile, sous péridurale, celui-ci s'est déroulé de façon totalement différente. «Mon bébé est passé tout doucement. J'étais en total contrôle, je m'arrêtais quand ça brûlait trop, elle remontait un peu. Et je repoussais. Elle dormait en arrivant au monde, en dix minutes. J'étais hallucinée de ce qui venait de se produire», raconte l'illustratrice.

Cette méthode pour un accouchement sans douleur est très éloignée de ce qu'apprennent la plupart des femmes dans les cours de préparation à l'accouchement. Plus d'une serait bien mal à l'aise d'accueillir son nouveau-né sous le sceau de la masturbation. Et pourtant…

Une BD qui a choqué

Défenseuse d'un accouchement à domicile –lorsque la grossesse n'est pas pathologique, précise-t-elle–, Gayelle souhaitait lever un tabou en remettant l'accouchement au centre de la sexualité. «Je suis convaincue que l'accouchement et la sexualité sont étroitement liées», explique la jeune femme. «La masturbation peut être quelque chose de très sain si on accepte le fait que ces deux actes sont primaires et animaux. Quand je me masse le clitoris en accouchant, je ne suis pas dans un esprit d'excitation sexuelle. Je n'ai aucune image pornographique en tête!»

Si Gayelle prend le soin d'insister sur ce point, c'est que sa bande dessinée, qui a connu un certain écho dans la presse féminine notamment, a été très mal reçue par une partie du lectorat: «“Jouir sur la tête de son bébé”, en quelque sorte, était très dérangeant pour certaines personnes.» Des commentaires ont particulièrement fait souffrir l'illustratrice, comme ceux qui expliquaient qu'il fallait qu'on lui retire ses enfants.

Il semble certes plus simple de lâcher prise dans un environnement familier. Mais l'accouchement du quatrième enfant de Gayelle a été déclenché et s'est déroulé à la maternité. Si, lors de son troisième accouchement, elle n'avait pas ressenti le besoin de se masser le clitoris, elle a de nouveau utilisé cet outil comme antidouleur pour cette dernière naissance.

«J'ai pu prendre un bain. Quand la sage-femme n'était pas là, je me caressais. Ce n'était pas une excitation sexuelle, mais un moyen d'avoir moins mal. J'ai juste ressenti le besoin de le faire. C'est un super outil. J'ai eu l'impression que les contractions étaient plus efficaces et moins douloureuses.» Gayelle ajoute qu'elle n'a pas eu d'orgasme en tant que tel, mais juste une impression de soulagement.

Lire la suite sur Slate.fr - Accouchement: la masturbation comme antidouleur?

Articles en Relation

Par temps de Covid-19, la masturbation est le moyen le plus sûr pour s'envoyer e... Risque zéro d'attraper le Covid-19. | Dainis Graveris via Unsplash L'été est là. Les désirs sont de sortie. Le danger de transmettre le vir...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA