20 églises magnifiques à Paris, dont certaines (trop) peu connues

France

Église Saint-Gervais-Saint-Protais, située dans le IVe arrondissement de Paris. | John Gillespie via WIkimedia Commons

Au-delà du Paris de Saint-Louis et de Victor Hugo, les églises préférées des visiteurs de la capitale réservent quelques très belles surprises. À l'heure du Covid, c'est le moment ou jamais de partir à leur découverte.

Que serait Paris sans Notre-Dame? Peut-être la ville de la Sainte-Chapelle, ce reliquaire de pierre et de verre réalisé en seulement sept ans pour accueillir la couronne d'épine acquises par Louis IX. C'est en tout cas l'avis des internautes sur le site Tripadvisor dont la notation permet d'effectuer un classement des meilleures attractions de la capitale.

Tout l'esprit de Paris dans Notre-Dame et le Sacré-Cœur

Si le chef-d'œuvre du gothique rayonnant suscite l'admiration, la cathédrale de Notre-Dame et la basilique du Sacré-Cœur relèvent d'un amour quasi inconditionnel. Prise depuis la rive gauche ou du parvis, la photo du grand vaisseau meurtri par l'incendie continue de susciter des témoignages émus. Depuis l'étranger, des internautes partagent le souvenir de leur dernière visite et leur impatience de voir la reconstruction se terminer.

Autre grande star du Paris des clochers, le Sacré-Cœur suscite un attachement qui mêle en un seul ensemble la vue sur la ville, le quartier et l'église, Montmartre incarnant plus que jamais Paris pour de nombreux touristes. Rien de bien neuf, ni de très étonnant en soi. Servies par les figures conjuguées d'Amélie Poulain et du Bossu, qu'il soit de Hugo ou de Disney, les églises de la ville lumière émerveillent d'autant plus que la réalité est à la hauteur de leur réputation. C'est en fait la suite du classement qui réserve quelques surprises.

Le Sacré-Cœur. | Henrique Ferreira via Unsplash

Saint-Étienne et Saint-Eustache plus appréciées que les Invalides et le Panthéon

D'abord, Saint-Étienne-du-Mont et Saint-Eustache arrivent devant ces anciens lieux de culte que sont le Dôme des Invalides et le Panthéon (ex-église Sainte-Geneviève). L'entrée payante serait-elle dissuasive? Ni la présence du tombeau de Napoléon aux Invalides, ni la sépulture des grands hommes au Panthéon ne semblent en mesure de rivaliser avec l'incroyable jubé de Saint-Étienne et les imposantes dimensions de Saint-Eustache, église située à quelques mètres des Halles dont François 1er voulait faire l'équivalent de Notre-Dame sur la rive droite.

Exemple unique que cet édifice à la forme gothique et aux ornements Renaissance où la plupart des visiteurs passent sans la voir une des plus belles peintures Renaissance qu'il soit donné d'admirer dans une église parisienne –au point qu'elle fut attribuée pendant longtemps à Raphaël (Tobie et l'ange de Santi di Tito).

Saint-Sulpice, star internationale par la grâce de «Da Vinci Code»

Sans surprise, les églises de Saint-Sulpice, de La Madeleine et de Saint-Germain-des-Prés font un carton. La première est devenue une star planétaire depuis Da Vinci Code, la seconde impressionne par ses allures anachroniques de grand temple grec posé en plein Paris haussmannien tandis que la troisième doit autant sa réputation au caractère antédiluvien de sa construction qu'aux fantômes de Jean-Paul (Sartre) et de Simone (de Beauvoir) qui hantent le quartier le plus célèbre de la rive gauche.

Jusqu'à une date récente, il fallait avoir de très bons yeux et une bonne dose d'imagination pour comprendre ce qui valait à Saint-Germain-des-Prés d'avoir été une des abbayes les plus puissantes de France tant l'intérieur de l'église était sombre et paraissait vide. Cette ambiance austère et obscure était en phase avec l'image que l'on se fait d'un Moyen Âge à peine sorti des limbes de la barbarie. Mais c'était oublier que l'histoire des églises procède souvent par couches successives.

Dans le cas de Saint-Germain, la dernière datait du XIXe siècle et, même si elle semble plus proche de nous, elle est de loin la plus étonnante. Dans les années 1850, deux artistes académiques ont réinventé la peinture médiévale en couvrant les murs et les voûtes de scènes bibliques dans un style néogothique. Le temps passant, la crasse avait recouvert les fresques. La restauration qui vient juste de s'achever restitue à cette œuvre unique ses couleurs éclatantes, tapageuses, radicales. Comme quoi une bonne restauration permet de voir ce que l'on ne regardait même plus....

Lire la suite de cet Article sur Slate.fr - 20 églises magnifiques à Paris, dont certaines (trop) peu connues

Articles en Relation

Tout le monde s'emballe pour les jardins de Giverny Les jardins de Giverny. | Andrew Horne via Wikimedia Articles de presse, romans, bandes dessinées, beaux livres, films, émissions audiovisuelles… Les...
Le football français a encore des buts à se fixer en matière d'écologie Le football suscite autant de passion qu'il émet de CO2. | Josiah Day via Unsplash Alors que les supporters comptent les jours précédant la reprise d...
Le succès du Manga Français Couvertues des volumes 1 de Ragnafall, Imperium Circus et Alchimia | éditions Pika et Kurokawa   Les maisons d'édition françaises commencen...
Les directeurs et directrices d'école au bord du burn-out Un cours à l'école élementaire Cour de Lorraine à Mulhouse, le 18 mai 2020. | Sébastien Bozon / AFP  Le confinement a mis à rude épreuve les per...
Cyclisme : « Il doit montrer qu’il peut bien faire le boulot d’un équipier », fa... Froome en discussion avec Dave Brailsford sur la Route d'Occitanie. — Guillaume HORCAJUELO / POOL / AFP Le champion britannique jouera sa place dans ...
La fronde des élèves anti-masque «C'est un chantier que je n'avais pas prévu, mais, on va s'y affairer.» | Damien Meyer / AFP  Si les profs s'attendaient à une rentrée difficile...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA