Vers un changement climatique fort lié aux altérations des courants dans l’Atlantique nord ?

Environnement

Depuis quelque temps, la circulation océanique dans l'Atlantique ralentit. Et certains craignent des conséquences importantes sur le climat, notamment en Europe. Des chercheurs américains apportent aujourd'hui une nouvelle base scientifique sur laquelle poser de futures prédictions.

Dans l'océan Atlantique, une sorte de convoyeur géant transporte les eaux chaudes des tropiques, et même de l'hémisphère sud, vers l'Atlantique nord. Là, elles refroidissent, coulent et retournent vers le sud en empruntant la voie des profondeurs océaniques. Les spécialistes parlent d'une circulation océanique méridienne dans l'Atlantique (AMOC). Et ces courants marins participent à la régulation du climat mondial. Or, les preuves d'un ralentissement de cette circulation semblent s'accumuler. Il y a un an, des travaux révélaient ainsi qu'elle connaissait son niveau le plus bas en 1.600 ans.

Qui de l'oeuf ou de la poule ?

Une question restait toutefois en suspens : entre altération de l'AMOC et brusques changements climatiques, lequel arrive le premier ? Une étude menée par des chercheurs de l'université de Columbia (États-Unis) apporte aujourd'hui une réponse. Elle donne même une idée de la rapidité -- finalement toute relative -- avec laquelle un ralentissement de l'AMOC impacterait notre climat.

« Nos estimations indiquent que l'état de l'océan peut être considéré comme un signal qui nous alerte d'un changement climatique à venir », explique Francesco Muschitiello. Il y a 13.000 ans, par exemple, l'AMOC a commencé à s'affaiblir environ 400 ans avant la dernière grande vague de froid qu'a connue notre planète. Les températures au Groenland ont alors rapidement chuté de 6 °C. Puis, il y a 11.000 ans, elle s'est renforcée environ 400 ans avant un réchauffement spectaculaire et brutal de l'atmosphère. En quelques décennies, les températures au Groenland ont augmenté de 8 °C.

L’étude montre que des changements sont apparus dans la puissance de l’AMOC (en bleu) des centaines d’années avant des changements brusques de températures au Groenland (en rouge). La colonne grise symbolise la dernière grande vague de froid. © Francesco Muschitiello et al., université de Columbia

L’étude montre que des changements sont apparus dans la puissance de l’AMOC (en bleu) des centaines d’années avant des changements brusques de températures au Groenland (en rouge). La colonne grise symbolise la dernière grande vague de froid. © Francesco Muschitiello et al., université de Columbia

Extrapoler sur l’avenir ?

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs se sont d'abord intéressés à des carottes de glace du Groenland afin de se faire une idée des changements de températures au fil des temps. Ils ont ensuite analysé des sédiments extraits du fond de la mer de Norvège. Pour dater ces derniers avec précisions, ils se sont appuyés sur des sédiments issus de lacs scandinaves et sur des couches de cendres provenant de deux anciennes éruptions volcaniques. Puis, ils ont comparé leurs résultats à l'âge qu'ils pouvaient déduire des mesures de carbone 14 dans les océans profonds. 

La différence entre les deux leur a donné le temps nécessaire à l'eau pour s'enfoncer dans la zone étudiée sous l'effet de l'AMOC. La datation directe au carbone 14 des sédiments marins, en effet, ne tient pas compte du temps que met le carbone 14 atmosphérique pour se frayer un chemin dans l'océan.

Malgré les certitudes désormais affichées quant aux événements survenus dans le passé de notre planète, les chercheurs restent prudents lorsqu'il s'agit d'extrapoler sur l'avenir. L'AMOC semble avoir commencé à s'affaiblir il y a environ 150 ans. Mais les conditions sont différentes aujourd'hui. Les températures globales sont plus élevées. Et le ralentissement de l'AMOC, bien que marquant à notre échelle, reste bien moins spectaculaire que celui survenu il y a 13.000 ans. «?Quoi qu'il en soit, le ralentissement observé aujourd'hui de l'AMOC devrait constituer une préoccupation. Un appel à être plus à l'écoute des océans?», conclut Francesco Muschitiello.

Ce qu'il faut retenir
  • Depuis quelque 150 ans, la circulation océanique méridienne dans l’Atlantique (AMOC) ralentit.
  • Des chercheurs ont analysé les changements similaires survenus par le passé.
  • Ils en concluent que les altérations de l’AMOC ont eu un impact fort sur le climat.

Lire la suite : Vers un changement climatique fort lié aux altérations des courants dans l’Atlantique nord ?


Articles en Relation

Notre civilisation pourrait s'effondrer en 2050 Tous les voyants sont au rouge ! Si nous ne faisons rien pour diminuer le réchauffement climatique et réduire notre impact sur la biodiversité, no...
Canicule : les États-Unis ont battu des records de température L'épisode de canicule aux États-Unis va toucher à sa fin, touchant 150 millions d'Américains sur la côte Est. Un peu de répit semble se profiler, ...
Océan et cryosphère : que retenir du rapport spécial du Giec ? Dévoilé aujourd'hui à Monaco, le rapport des experts climat du Giec détaille le sinistre état de santé des océans et des zones glacées de la planè...
Réchauffement climatique : une catastrophe annoncée dans les océans et la cryosp... Avant même sa publication, les conclusions du prochain rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), portant s...
En direct du Groenland : au cœur des changements en Arctique avec Florian Ledoux Selon Jason Box, professeur de glaciologie à la Commission géologique du Danemark et du Groenland, 2019 s'annonce comme une année alarmante à très...
Réchauffement climatique : planter des arbres aide-t-il vraiment ? Dans l’imaginaire collectif, les arbres ralentissent le réchauffement climatique en stockant le CO2 émis par l’Homme dans l’atmosphère. Mais, de plu...