En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales, des publicités ciblées et analytique. Pour continuer à utiliser ce site, vous devez cliquer sur le bouton "J'accepte les cookies". Si vous refuser vous devez cliquer sur le bouton "En savoir plus" et modifier les options de votre navigateur.

Vampires : une maladie du sang à l'origine du mythe ?

Santé
 

Une forme de porphyrie conduit à des symptômes comme l'anémie, la photosensibilité, qui évoquent des caractéristiques des vampires. Des chercheurs français et américains ont identifié une nouvelle mutation responsable de cette maladie du sang.


Ce qu'il faut retenir
  • La protoporphyrie érythropoïétique (EPP) induit une anémie et des manifestations cutanées à la lumière.
  • Des transfusions de sang et le fait de rester chez soi peuvent atténuer les symptômes.
  • Des mutations sont à l'origine de cette « maladie du vampire ».

Et si le mythe du vampire était lié à une maladie bien réelle ? Une maladie du sang, une porphyrie, évoque tout à fait les traits des vampires : la protoporphyrie érythropoïétique (EPP). Cette pathologie, qui peut apparaître dès l'enfance, rend la peau du patient particulièrement sensible à la lumière. La porphyrie affecte la fabrication de l'hème, un composant de l'hémoglobine.

Même pendant un jour nuageux, il y a assez de lumière ultraviolette pour provoquer des cloques et une défiguration des parties du corps exposées."

Dans un article paru dans Medical Xpress, Barry Paw, du centre Dana-Farber, à Boston, a expliqué que « les personnes atteintes d'EPP sont chroniquement anémiques, ce qui les rend très fatiguées et elles ont l'air très pâles, avec une photosensibilité accrue car elles ne peuvent pas sortir en plein jour ». Il ajoute : « Même pendant un jour nuageux, il y a assez de lumière ultraviolette pour provoquer des cloques et une défiguration des parties du corps exposées, des oreilles et du nez ». Pour soulager les symptômes, une solution est de rester à l'intérieur le jour et de recevoir des transfusions de sang pour que les niveaux d'hème soient suffisants.

Pour produire l'hème, l'organisme doit d'abord fabriquer de la porphyrine. Ce processus a lieu dans le foie et la moelle osseuse. Des mutations peuvent interrompre la chaîne de production de l'hème et conduire à des cas de porphyries.

Le saviez-vous ?


L'hème donne au sang sa couleur rouge.


Dans le cas de l'EPP, un type de protoporphyrine, la protoporphyrine IX, s'accumule dans les globules rouges. Quand la protoporphyrine IX est exposée à la lumière, elle produit des molécules qui endommagent les cellules autour. Les patients souffrent de gonflements, de brûlures, de rougeurs de la peau après s'être exposés au soleil.


Lire la suite : Vampires : une maladie du sang à l'origine du mythe ?


Articles en Relation

Diagnostiquer un malade à son haleine sera bientôt possible Pour la première fois, une collaboration internationale a réuni sur ce sujet 14 laboratoires. Grâce à des tests menés sur des malades déjà diagnostiqu...
Diesel : des milliers de morts en plus Les voitures diesel pollueraient bien plus que ce que l'on croyait : d'après une recherche parue dans Nature, le dépassement des normes de polluti...
7 statistiques qui montrent que l'on vit dans un monde meilleur   Moins de pauvreté, moins de morts du Sida, moins de sous-nutrition... Malgré les guerres et les catastrophes naturelles, différentes donné...
Science décalée : l'amour rend vraiment ivre L'hormone de l'amour, c'est-à-dire l'ocytocine, aurait les mêmes effets sur le comportement et les émotions que l'alcool. Alcool et ocytocine agis...
Nanotechnologie : une puce peut détecter 17 maladies dans votre haleine Dès l'Antiquité, des médecins ont cherché à évaluer la santé de leurs patients à partir des composés organiques volatils (COV) qu'ils émettent, nota...
Le mal aigu des montagnes : un risque à ne pas négliger Dans les Alpes ou dans l'Himalaya, en escalade ou en trekking, les variations d'altitude peuvent vite engendrer le « mal aigu des montagnes ». Il ...