Un projet d'attentat « imminent » déjoué à cinq jours de la présidentielle - Le Monde

Actualités
La menace avait été identifiée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) depuis près d’une semaine : un projet d’attentat dans la dernière ligne droite de la campagne présidentielle. Après plusieurs jours de traque, deux Français, Clément B., 23 ans, et Mahiedine M., 29 ans, ont été interpellés, mardi 18 avril à Marseille, à cinq jours du premier tour de scrutin.

Lors d’un point presse, mardi, le procureur de Paris, François Molins, a salué le « travail remarquable » des enquêteurs ayant permis de « déjouer un projet d’action imminente », tout en précisant qu’il était impossible à ce stade d’en déterminer la date et les cibles. Certains éléments laissent toutefois craindre une attaque visant la campagne électorale ; les principaux candidats avaient été alertés mi-avril.

La liste des équipements retrouvés dans l’appartement occupé par les deux suspects laisse penser que le projet était arrivé à maturité : un pistolet-mitrailleur Uzi, deux armes de poing, plusieurs chargeurs remplis, un couteau de chasse, un plan de Marseille, un sac de boulons, une cagoule ou encore une caméra GoPro.

Les enquêteurs ont surtout découvert trois kilos d’explosif artisanal TATP séchant sur trois étagères, dont l’un était prêt à l’usage. Difficilement transportable en raison de son instabilité, la présence de ce produit laisse à penser que l’attaque était prévue dans la région marseillaise.

« Je médite. Salut ! »

Les deux suspects, fichés « S », se sont rencontrés en 2015 lors d’un séjour àlaprisonde Sequedin (Nord), où ils ont partagé la même cellule pour des faits de droit commun. Le plus jeune, Clément B., converti à l’islam à l’âge de 14 ans au contact de la communauté tchétchène de Nice, est soupçonné d’avoir effectué un séjour en Syrie après sa sortie de prison, début 2015.

Son complice, Mahiedine M., était suspecté d’avoir cherché à se procurer des armes après sa sortie de prison, en 2016. Son appartement de Roubaix avait fait l’objet d’une perquisition administrative le 7 décembre 2016. Les enquêteurs y avaient découvert un drapeau de l’organisation Etat islamique (EI) et de la documentation djihadiste, mais Mahiedine M. était absent. Un « colocataire » avait décliné aux policiers une fausse identité : ils ne comprendront que plus tard qu’il s’agissait de son futur complice, Clément B.

Mahiedine M. s’est volatilisé au lendemain de cette perquisition et n’a jamais reçu l’assignation à résidence qui devait lui être notifiée. Entré en clandestinité, muni de faux papiers, il donnera signe de vie quatre mois plus tard : le 4 avril, il envoie au commissariat de Roubaix sa carte d’identité et sa carte bancaire, accompagnées d’un message laissant transparaître une certaine lassitude.


Lire la suite : Un projet d'attentat « imminent » déjoué à cinq jours de la présidentielle - Le Monde


Articles en Relation

Le Caire - Acculé en Irak et en Syrie, l'EI s'en prend aux chrétiens d'Egypte - ... Le Caire - Acculés en Irak et en Syrie, les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) redoublent de violence avec les attentats meurtriers qui ont fr...
Marseille: deux hommes tués par balles dans un bar du centre ville Deux hommes, âgés de 41 et 59 ans, ont été tués lundi soir à l'arme automatique dans un bar du centre de Marseille, a-t-on appris de source policièr...
France: à 8 mois de la présidentielle, l'Etat annonce une série de baisses d'imp... Critiqué pour les fortes hausses d'impôt du début du quinquennat, le gouvernement français a annoncé vendredi une série de gestes fiscaux, dont une ...
Kaboul: bougies et un deuil national après l'attaque de l'EI Certains avaient passé la nuit sur place, à la lueur des bougies. Kaboul a pleuré et enterré ses morts dimanche, journée de deuil national, au lende...
Marseille : une mère de famille tuée à coups de couteau dans un supermarché - Le... Sept coups de couteau. D'abord dans le dos, puis de face. Une femme de 38 ans a été violemment agressée en présence de ses trois enfants en bas âge,...
David Rachline pour "huiler" la présidentielle de Marine Le Pen David Rachline, sénateur-maire de Fréjus (Var) de 28 ans et déjà militant FN de longue date, a été désigné samedi directeur de la campagne président...

ACTUALITÉS LES DERNIÈRES INFOS