En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales, des publicités ciblées et analytique. Pour continuer à utiliser ce site, vous devez cliquer sur le bouton "J'accepte les cookies". Si vous refuser vous devez cliquer sur le bouton "En savoir plus" et modifier les options de votre navigateur.

Un an après l'attentat, le blues des blouses blanches de Nice - L'Obs

Actualités

Cette nuit du 14 juillet 2016, Eléonore a vaguement entendu le bourdonnement d’un ou deux hélicoptères. Mais elle s’est rendormie, pensant qu’il s’agissait d’un rêve. Infirmière à la retraite, elle vit sur les hauteurs de Nice, à 150 mètres du CHU Pasteur, l’hôpital qui, ce soir-là, a accueilli le plus gros contingent de victimes de l’attentat de la Promenade des Anglais. Les SMS de ses petits-enfants lui ont appris le drame au réveil et sa pensée a dérivé vers les innombrables blouses blanches s’affairant à quelques pas de là.

Un an plus tard, ce CHU ultramoderne a encore bien des plaies à panser, y compris celles de ses propres soignants. "L’élaboration des plannings du 14 juillet 2017 par exemple, ça a été quelque chose…", nous souffle Karine Hamela, qui y dirige le pôle des ressources humaines. Infirmiers, médecins ou urgentistes, certains tiennent à tout prix à travailler en cette date anniversaire du carnage qui a fauché 86 vies. D’autres n’en sont tout simplement pas capables.

Il y a les gens qui disent "Je vais bien" pour couper court aux questions, ceux surtout, qui ne s'autorisent pas à aller mal. Brancards affluant par centaines, bips sonnant à tout va : visions et émotions resurgissent par bribes à l’approche des commémorations.

"Cette date est un facteur de réactivation du stress ressenti, inévitablement on repense à tout ça", décrypte le Pr Michel Benoît, qui dirige le service psychiatrique du CHU de Nice et supervise le suivi psychologique post-attentat des équipes. "Elles minorent leur mal-être", observe-t-il. Et ce, qu’elles aient fait partie des 400 personnes engagées le soir même ou des 1.800 mobilisées les jours suivants. Une déformation propre à la profession, que décrivait déjà très justement l’urgentiste Patrick Pelloux, après l’attentat de Charlie Hebdo. Dans "l'Instinct de Vie" (Editions du Cherche-Midi), il écrit :

"Il est facile de croire que les soignants, connaissent la médecine, sont protégés. La blouse blanche serait une sorte de gilet pare-balles aux souffrances des autres. Nous serions des super-héros. Mais cela est totalement faux."

Une vingtaine d’arrêts de travail seulement

Peut-être plus qu’ailleurs, le personnel hospitalier peine à admettre qu’il va mal. "Près de 8.000 personnes travaillent au CHU, toutes professions confondues. Mais on n’a eu qu’une petite vingtaine d’arrêts de travail alors qu’on a énormément de personnes marquées à vie", détaille Karine Hamela. "Ce sont des personnes qui étaient soit en charge des patients ce soir-là, soit présentes ou blessées sur place – deux seulement–, soit des gens qui étaient tout simplement très choqués. Mais ces chiffres ne sont pas représentatifs de la réalité…" A Paris, 20% des personnes (médecins, mais aussi pompiers et policiers) ayant du intervenir au cours des attentats de janvier 2015 ont développé des troubles somatiques, révèle l’étude IMPACTS.

Taboue, cette réalité peine à être assumée par ceux qu’elle affecte. A Nice, tous ne sont pas encore retournés sur cette Prom sur laquelle a surgi un jour un camion fou. Et ceux qui y vont, ne s’y prélassent insouciamment plus sur ses iconiques chaises bleues. Symptômes de ces maux silencieux, le casse-tête de la constitution des plannings, ou même des listes pour aller représenter le CHU aux différentes cérémonies des commémorations.


Lire la suite : Un an après l'attentat, le blues des blouses blanches de Nice - L'Obs


Articles en Relation

Paris: L'étrange tentative d'attentat aux bonbonnes dans le 16e n'a pas livré to... Le 30 septembre 2016, une bombe artisanale a été déposée en pleine nuit dans un immeuble du 16e arrondissement. Trois personnes ont été mi...
Appels à témoignages: Des policiers municipaux dans les écoles, vous en pensez q... Ils ont fait, eux aussi, leur rentrée des classes. Depuis ce lundi, trois policiers municipaux ont pris leurs quartiers dans trois écoles volontaire...
Un projet d'attentat fomenté depuis la prison de Fresnes - Le Monde Un projet d’attentat fomenté depuis la prison de Fresnes (Val-de-Marne) vient d’être déjoué. Deux détenus incarcérés pour des faits de droit commun ...
L'organisation basque ETA annonce sa dissolution - La Croix L'Espagne attend jeudi que l'organisation séparatiste basque ETA formalise sa dissolution et mette un point final à la dernière insurrection armée d...
Canada : un attentat à la bombe dans un restaurant près de Toronto fait 15 bless... Deux hommes ont fait exploser une bombe, jeudi soir, dans un restaurant de la ville de Mississauga, au Canada, faisant 15 blessés, dont trois sont d...
Le chef de guerre afghan Dostum accueilli à Kaboul par un attentat meurtrier Un attentat meurtrier a fait au moins 14 victimes dimanche à Kaboul peu après l'arrivée du vice-président Abdul Rashid Dostum, de retour d'exil en T...

ACTUALITÉS LES DERNIÈRES INFOS