Un Afro-Américain veut encaisser un chèque, la banque appelle la police

Sociétés

L'établissement avait des doutes sur l'authenticité du chèque, en dépit de deux pièces d'identité et d'une empreinte digitale.

Le 1er décembre dernier, Paul McCowns, un homme afro-américain de 30 ans, s'est rendu dans une banque de Brooklyn, dans l'Ohio, pour encaisser la première paye de son nouveau travail. Mais au lieu de recevoir son argent, il s'est retrouvé menotté par la police qui avait été appelée sur les lieux.

N'étant pas un client régulier de cette branche de Huntington Bank, il lui a été demandé de fournir deux pièces d'identité et une empreinte digitale, ce qu'il a fait sans hésiter. Mais les employés de la banque avaient encore des doutes sur la provenance de ce chèque au montant avoisinant les 1.000 dollars. Après plusieurs coups de fil sans réponse à son employeur, la banque lui a refusé l'opération.

«Je remonte dans ma voiture et je vois la police se garer juste devant moi et l'agent me dit sortez de votre véhicule», a déclaré McCowns à Cleveland 19 News. Il ne savait pas que le personnel avait appelé le 911 pour dénoncer l'utilisation d'un chèque frauduleux. Après vérification par les forces de l'ordre, son patron a confirmé les propos du jeune homme: «Oui il travaille pour moi. Il vient de commencer et oui, ma société le rémunère à cette hauteur».

Selon le Washington Post, Scott Mielke, le chef de la police de Brooklyn, souligne qu'il y a eu, depuis le mois de juillet, une douzaine d'appels de cette banque pour des chèques frauduleux. 

Loin d'être un cas isolé

Dans un communiqué, Huntington présente ses excuses et endosse la responsabilité de la prise de contact avec la police. L'entreprise ajoute que «n'importe quelle personne qui entre dans une banque Huntington doit se sentir bienvenue».

Mais McCowns soutient que ce traitement est le résultat d'un profilage raciste. Une nouvelle occurrence dans une longue liste de cas similaires. Cette année, deux hommes ont été arrêtés dans un Starbucks car ils attendaient un ami. Une famille a reçu la visite de la police pour avoir fait un barbecue dans une zone prévue à cet effet. La police a aussi été dérangée pour contrôler un baby-sitter noir qui gardait deux enfants blancs et un homme qui souhaitait simplement rentrer chez lui.


Lire la suite : Un Afro-Américain veut encaisser un chèque, la banque appelle la police


Articles en Relation

Futura contre gothique, la guerre des polices dans l'Allemagne nazie Avant d’être la police d’écriture d’à peu près tout le monde, le Futura a d’abord été au cœur d’un combat typographique sans merci contre tout le Tr...
Une Canadienne est accusée par la police de «fausse sorcellerie» La loi qu’elle enfreignait a été supprimée deux jours après son inculpation. Un procès plutôt original va bientôt se tenir à Timmins, une petite vi...
Pourquoi les autorités refusent d'interdire le LBD 40 Mis en cause dans de nombreux cas de blessures graves survenues lors de manifestations de «gilets jaunes», le LBD 40 continue d'être utilisé par la ...
Votre arrière-petit cousin peut trahir votre crime parfait La recherche ADN prend un tournant dans les enquêtes policières aux États-Unis puisqu'elle est désormais, en plus d'un motif de suspicion, un motif ...
L'affaire Steve, la loi et la morale [BLOG You Will Never Hate Alone] À force de vouloir que la force reste à la loi, la police a pris le risque d'envoyer à l'eau de jeunes gens. Une qu...
Une banque d'images inclusive pour lutter contre les stéréotypes de genre Le site américain Broadly a mis à disposition 180 photos mettant en scène des modèles non binaires et/ou trans. Pour lutter contre l'invisibilisati...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA