Trump veut faire surveiller les personnes atteintes de troubles mentaux

Sociétés

Pour prédire et empêcher les fusillades de masse.

Après les récentes fusillades d'El Paso et de Dayton (trente-et-un morts en tout), Donald Trump a préféré évoquer la question du rôle des troubles psychiatriques plutôt que celle de l'accès aux armes à feu. Le président américain avait déclaré juste après les événements: «C'est la maladie mentale et la haine qui appuient sur la gachette. Pas l'arme à feu.»

Depuis, l'un de ses proches, l'ancien président de la chaîne NBC, Bob Wright, a proposé de lancer un programme de recherche sur la façon dont l'intelligence artificielle pourrait prédire le passage à l'acte violent de ce type de personnes. Afin de mener ces études à bien, des volontaires autoriseraient l'accès aux données de leurs smartphones.

Il ne s'agit à ce stade que d'un projet, qui a été présenté au président Trump, à sa fille Ivanka et au ministre de la Santé, mais l'idée est déjà critiquée par plusieurs spécialistes.

Impossible prédiction

Interviewée par le Washington Post, une ancienne psychologue des services secrets américains explique que ce genre de technologie donnerait un nombre très élevé de fausses alertes et qu'il serait impossible de déceler les personnes potentiellement dangereuses. Elle ajoute que les recherches actuelles ne permettent pas d'établir de lien direct entre maladie mentale et fusillades de masse.

Des études ont montré que seulement un quart des responsables de ces tueries était atteint d'un trouble psychiatrique. D'autres facteurs sont partagés par ce genre d'individus: l'impression d'être victime d'injustice, le désir d'être célèbre, la volonté de copier d'autres massacres, un passé de violence conjugale, le narcissisme et l'accès aux armes à feu. Une étude sur la tuerie de Fort Hood en 2009, au cours de laquelle un commandant militaire avait tué quatorze personnes sur une base au Texas, avait conclu que les tentatives de prédiction de ce genre d'incidents étaient presque impossibles.

Interviewée par le site The Hill, la directrice d'une association de défense des personnes souffrant de désordres psychiques a réagi à cette proposition: «L'augmentation de la violence par armes à feu n'est pas causée par les maladies mentales, elle est le produit de l'inaction politique et de l'absence de réforme sur les armes.»


Source : Trump veut faire surveiller les personnes atteintes de troubles mentaux


Articles en Relation

Dans l'Indiana, une simulation de fusillade se finit par de fausses exécutions d... Des enseignants américains dénoncent la violence des exercices de préparation aux fusillades scolaires. Lors d'une audience à l'assemblée de l'État...
L'Amérique transforme ses écoles en citadelles Aux États-Unis, face à la multiplication des fusillades et à l'inaction politique, les responsables scolaires ont recours à des équipements militair...
BuzzFeed, la fin de l'innocence La charrette chez BuzzFeed a été douloureuse pour son personnel, et fatale pour sa mythologie d'entreprise. C'est un phénomène que connaissent les ...
Le rapport Mueller confirme que la porte-parole de Trump est une menteuse Sarah Sanders a avoué avoir inventé de fausses informations sur le limogeage de l'ancien directeur du FBI, James Comey. Après la publication de la ...
Vendre des cafards sur eBay, une entreprise lucrative Mettre fin à une invasion de cafards dans sa maison est une plaie. Mais certaines personnes en élèvent volontairement sous leur toit. «Choisissez n...
Docteur américain échange opioïdes contre argent ou rapport sexuel Aux États-Unis, plus de soixante professionnel·les de la santé ont été arrêté·es pour prescription illégale d'antidouleurs. Alors que les États-Uni...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA