Soupçon d'empoisonnement d'un ex-espion russe : du déjà-vu outre-Manche - Le Point

Actualités

Sergei Skripal était un homme prudent. L'ancien espion russe, devenu double agent britannique gracié par le Kremlin en 2010 dans le cadre d'un échange de prisonniers, avait choisi de s'installer à Salisbury, une cité prospère et tranquille de l'ouest de l'Angleterre. L'ancien agent, âgé de 66 ans, qui avait transmis au MI6 britannique d'importants documents sur les espions russes infiltrés au Royaume-Uni, coulait depuis huit ans une existence discrète à Salisbury. Cette ville pittoresque du Moyen Âge, réputée pour son impressionnante cathédrale gothique, est nichée à deux heures de voiture de Londres. Le plus rural des comtés d'Angleterre, dont les habitants ont un accent chantant et nasal, est à des années-lumière de l'agitation de la capitale. Quiconque n'a pas vécu ici au moins depuis trois générations est considéré comme… pakistanais, c'est tout dire. Les courants extérieurs ont à peine effleuré cette campagne anglaise bien grasse où la vie est rythmée par le pub, le culte des animaux, le jardinage, l'église et les cocktails.

Un cadre idéal pour l'ancien homme en gris, qui entendait à tout prix se faire oublier de ses anciens employeurs. Pas question pour lui de faire un grand battage médiatique, ce qui avait coûté la vie au pauvre Litvinenko, empoisonné en 2006 à Londres au polonium-210. Les enquêteurs britanniques avaient découvert que l'ordre de tuer Litvinenko était venu directement du Kremlin. Sans parler du dissident milliardaire, Boris Berezovski, ennemi numéro un du régime, retrouvé pendu en 2013 dans son manoir d'Ascot. Au moins une dizaine de réfugiés russes au Royaume-Uni ont trouvé la mort dans des conditions inexpliquées au cours de la dernière décennie. Skripal était conscient que le FSB (ex-KGB) ne pardonne pas la trahison. Les services russes ont la mémoire longue et impitoyable.

Inconscient sur un banc

Skripal et sa compagne, âgée de 33 ans, ont été retrouvés inconscients dimanche après-midi sur un banc dans le centre commercial Maltings. Le couple est dans un état grave après avoir été en contact « avec une substance », selon la police, qui n'a fourni aucune précision. Une pizzeria, où les deux victimes avaient auparavant déjeuné, a été fermée par précaution.

La police du Wilshire, épaulée par la brigade antiterroriste de Scotland Yard, s'efforce d'analyser la « substance » en question. Mais si la tentative d'assassinat devait être confirmée, le mode opératoire est le même que celui qui a tué Litvinenko. Le jour de son empoisonnement, ce dernier était en possession d'une liste de « cibles » visées selon lui par les services secrets russes. La liste lui avait été remise par un contact italien dans le cadre d'une campagne menée contre les déchets nucléaires relâchés en mer par les sous-marins russes.

Traces de polonium

Deux anciens agents du FSB, Andreï Lougovoi et Dimitri Kovtoun, avaient été reconnus coupables. Mais bénéficiant de l'immunité en Russie, qui refuse d'extrader ses ressortissants, ils avaient échappé à la justice. Sur son lit de mort, l'opposant déclaré au président Vladimir Poutine avait accusé les autorités russes d'être responsables de son empoisonnement. Les deux assassins avaient laissé des traces de polonium dans l'hôtel de Mayfair où ils avaient pris le thé avec Litvinenko, dans un stade de foot londonien et dans plusieurs avions de la British Airways.


Pour ne pas envenimer les relations avec la Russie, le gouvernement Blair s'était refusé à toute enquête publique. À l'époque, Londres craignait de mettre en péril le traité énergétique signé avec Poutine au profit du géant des hydrocarbures BP. Il aura fallu presque une décennie pour que sa veuve obtienne gain de cause devant les tribunaux britanniques.

Le Kremlin a démenti toute implication dans l'empoisonnement présumé de Skripal. Si l'enquête devait confirmer la piste russe, cette affaire ne peut qu'envenimer davantage les relations diplomatiques exécrables entre la Grande-Bretagne et la Russie, plombées par le conflit en Ukraine et la guerre en Syrie.


Lire la suite : Soupçon d'empoisonnement d'un ex-espion russe : du déjà-vu outre-Manche - Le Point


Articles en Relation

Syrie : un avion militaire russe disparaît au-dessus de la Méditerranée Un avion russe avec 14 militaires à bord a disparu des radars lundi 17 septembre au soir au-dessus de la mer Méditerranée alors que la Syrie ét...
Inde, empoisonnement massif De l'alcool frelaté provoque la mort de nombreuses personnes. Les trafiquants ajoutent souvent du méthanol, un alcool hautement toxique. Les produit...
Affaire Skripal : identifié par un site d'investigation, le second suspect est u... Le site d’investigation Bellingcat a annoncé lundi avoir identifié le second suspect de la tentative d'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï S...
Syrie : des dizaines de soldats syriens et russes tués lors d'une attaque de l'E... Une attaque de l'organisation État islamique perpétrée mercredi a tué au moins 26 membres des forces du régime syrien et neuf combattants russes à D...
Deux ex-agents secrets français soupçonnés de trahison Deux anciens agents des services secrets français ont été mis en examen, ont annoncé, jeudi, des sources judiciaire et gouvernementale françaises. I...
L'oligarque russe Roman Abramovitch, propriétaire de Chelsea, devient citoyen is... Alors que sa demande de renouvellement de visa britannique tarde à aboutir, le patron du club de football de Chelsea, le milliardaire russe Roman Ab...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA