Sondage d’opinion, voyages… Le lobbying de Riyad à destination des parlementaires français

Politique

Afin de redorer son image, l’Arabie saoudite use de différentes stratégies pour se rapprocher des élus.

C’est un drôle d’appel reçu ce printemps dans des bureaux de députés à l’Assemblée nationale. Au bout du fil, un interlocuteur francophone travaillant pour Ronin international. Sur son site Internet, cette société britannique se présente comme un « cabinet d’études de marché indépendant ». Leur coup de téléphone concerne l’Arabie saoudite. « Cette étude a pour objectif d’évaluer vos connaissances et votre perception actuelles » du pays, est-il précisé dans un mail envoyé ensuite aux parlementaires. « En tant que représentant élu, votre point de vue joue un rôle-clé pour mieux comprendre la perception globale de l’Arabie saoudite (…) et votre participation serait grandement appréciée », est-il ajouté.

L’enquête est réalisée pour le compte de deux clients : CRIK, un think tank saoudien, et ComRes, un institut de sondage britannique. « En guise de remerciement », Ronin international propose même « une rétribution de 80 euros » aux députés. Etonnante pratique à l’égard d’élus de la République. Les sondés peuvent toutefois opter pour que cette somme soit reversée à une organisation caritative. Ceux que Le Monde a contactés affirment avoir refusé de répondre à l’enquête. Interrogée sur cette pratique, la déontologue de l’Assemblée nationale, Agnès Roblot-Troizier, reste floue, rappelant juste que les députés ne doivent pas se mettre en situation de conflit d’intérêts et sont tenus de déclarer les dons d’une valeur de plus de 150 euros.

« Formeurs d’opinion »

La société britannique a également sollicité des journalistes français, notamment certains du Monde. Parmi les questions posées : « Que devrait faire l’Arabie saoudite pour avoir une image plus positive dans les affaires mondiales ? » « Sur une échelle de 1 à 10, comment classez-vous l’Arabie saoudite en matière de droits de l’homme ? » L’étude a été réalisée dans plusieurs pays, comme les Etats-Unis, la Hollande, l’Allemagne et le Canada auprès d’élus et de journalistes donc, mais aussi d’experts et d’universitaires. Ce que les « sondeurs » de Ronin International appellent des « formeurs d’opinion ».

Confronté dans les pays occidentaux à une opinion publique majoritairement hostile, qui lui reproche ses bombardements au Yémen, ses discriminations à l’égard des femmes et sa répression des dissidents, le royaume s’est mis en tête de corriger son image. Il s’appuie, pour cela, sur le programme Vision 2030, le vaste plan de réformes lancé par le prince héritier Mohammed Ben Salman, qui ambitionne de diversifier l’économie et de libéraliser la société. Dans ce contexte, le royaume réalise aussi des actions directement à l’égard des parlementaires,par l’intermédiaire de son ambassade. Selon Pierre Conesa, ancien haut fonctionnaire du ministère de la défense, qui vient d’écrire un rapport sur le lobbying saoudien, « la nomination, en février 2015, de l’ambassadeur Khalid al-Ankary [à Paris] a été le point de départ de cette stratégie de communication plus offensive. »


Lire la suite : Sondage d’opinion, voyages… Le lobbying de Riyad à destination des parlementaires français


Articles en Relation

L’embellie sondagière se confirme pour Emmanuel Macron mais reste fragile Depuis le début de l’année, le chef de l’Etat voit sa cote de confiance remonter, notamment chez les plus de 60 ans. Emmanuel Macron aura bientôt t...
Elus locaux : ce que contient l’avant-projet de loi « proximité et engagement » « Le Monde » s’est procuré en avant-première le texte qui a été transmis au Conseil d’Etat vendredi et sera présenté en juillet. L’avant-...
De l’Arabie saoudite aux réseaux sociaux, un rapport dessine la force d’influenc... Hakim El Karoui, essayiste et conseiller du pouvoir, prône, pour l’Institut Montaigne, « une nouvelle organisation de l’islam en France et en Europe...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA