Snapchat est-il le modèle qui inspirera l'avenir de la cybersécurité?

Internet

Pour être sûr à 100% qu'une information ne peut pas être volée, il ne suffit pas seulement de brûler le message après lecture –il faut aussi cramer la messagerie.

Snapchat n'est pas seulement le réseau social plébiscité par les millennials du monde entier –il commence aussi à incarner discrètement l'avenir de la cybersécurité. Voyez plutôt: à la base de la base, Snapchat vous permet d'envoyer des messages photo ou vidéo, les efface en quelques secondes et vous empêche de les récupérer. Un message auto-destructible comme protection parfaite de nos données et de nos informations –qui aurait cru qu'une bande de boutonneux assoiffés de mèmes allaient populariser la marque de fabrique de Mission impossible?

Dans le champ professionnel, des tas d'outils en sont venus à se calquer sur le modèle Snapchat. Les applications comme Whisper, Confide et Signal sont en vogue partout où circulent des informations sensibles et notamment entre les journalistes et leurs sources. Mais ces applications ont leurs limites, par exemple en ce qu'elles nécessitent une connexion internet et ne protègent pas totalement l'anonymat. Et elles ont aussi leurs failles, que des hackers tenaces (et créatifs) sont susceptibles d'exploiter.

Pour être sûr à 100% qu'une information ne peut pas être volée, il ne suffit pas seulement de brûler le message après lecture –il faut aussi cramer la messagerie. Si un programme transmettant des informations sensibles est immédiatement détruit après usage, impossible pour des acteurs mal intentionnés de le parasiter. Les données originelles sont en sécurité après avoir été utilisées comme elles le devaient. L'aubaine est évidente pour les entreprises cherchant à garder confidentiels leurs secrets industriels, les agences gouvernementales correspondant avec leurs agents à l'étranger et les citoyens lambda désireux de camoufler leur numéro de sécurité sociale.

Anne Broadbent, chercheuse en informatique quantique à l'université d'Ottawa et spécialiste ès développement et expérimentation en cybersécurité, estime que les programmes à usage unique pourraient aussi protéger d'autres logiciels en jouant les cerbères d'outils stratégiques (par exemple, en créant une application de mot de passe unique pour permettre un seul accès à un arsenal militaire).

Techniquement complexe

Il y a juste un petit problème: concevoir un programme à usage unique est extrêmement difficile, du moins en employant des technologies conventionnelles. Ce n'est pas un moyen pour faire en sorte que les ragots de Slack n'arrivent jamais aux oreilles du patron. Selon Broadbent, des informations conventionnelles, y compris le code d'un programme à usage unique, peuvent être facilement copiées. Pour que ce genre de programme fonctionne comme il se doit, par exemple sur un MacBook actuel, il faudra détruire votre ordinateur après usage pour être sûr que le logiciel ne puisse pas être ressuscité et réutilisé. Ce qui n'est pas l'idéal.

Il faut donc dépasser les technologies conventionnelles et l'informatique quantique pourrait être une planche de salut. Dans le monde quantique, l'information est impossible à copier parce qu'elle n'existe pas dans l'état statique dans lequel nous la concevons en général. Et selon cette logique, si vous ne pouvez pas copier l'information quantique, alors un ordinateur quantique pourrait être la meilleure interface où faire tourner un programme à usage unique....

Lire la suite sur Slate.fr - Snapchat est-il le modèle qui inspirera l'avenir de la cybersécurité?

Articles en Relation

L’app Facebook donne désormais plus d’importance aux groupes Facebook a toujours été un moyen d’être en contact avec famille et amis. Mais avec le temps, la plate-forme est devenue beaucoup plus polyvalente. Fac...
Foot: regarder dix matches par jour pour proposer des talents à son club préféré Un supporter de Marseille pendant un match de L1 contre Montpellier, le 27 juillet 2017. | Photo ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP  Sur les réseaux...
La Silicon Valley était un rêve, elle est devenue cauchemar On ne démarre pas une journée sans café, dans la Silicon Valley comme ailleurs. Ce matin-là, au HanaHaus, à quelques mètres de l’Apple Store sur Unive...
Les obscurs secrets des règles de modération de Facebook Concernant la nudité par exemple, il y a une règle de base... | geralt via Pixabay License by Sexe, violence, discours de haine... certains messages ...
Sur Facebook, vos likes sont (beaucoup) plus politiques que vous ne le soupçonne... Quand vous «likez» des pages culturelles, vous en dites quasiment autant sur vos opinions politiques que quand vous «likez» la page de votre parti fav...
RGPD: la vision de la vie privée est sacrée en Europe, mercantile aux États-Unis En considérant la donnée comme une véritable émanation de la personne, celle-ci devient digne d’une protection très élevée. | Frank Buschman via ...

FOTOLIA BANQUE D'IMAGES

Fotolia  

PARTENAIRES INTERNET