«Si je n’avais pas commencé des recherches pour un article, je n’aurais probablement jamais été camgirl»

Erotique

En quatre ans, Carmina a parcouru un long chemin. Des sites de webcams aux tournages de porno, elle nous le raconte

Quand j’ai commencé à rencontrer des gens pour qu’ils me parlent de leur sexualité, je me suis naturellement tournée vers celle qu’on a dans l'intimité de la chambre à coucher. Avant de réaliser qu'il allait falloir en sortir. Carmina est une performeuse. Depuis trois ans, elle se produit en public via une webcam dans des shows sexy regardés par des milliers de personnes. Récemment, elle a sauté le pas et s’est mise à tourner des films pornographiques, comme actrice et comme réalisatrice. Via les réseaux sociaux, j’ai suivi son parcours ces dernières années. Je l’ai vue s’épanouir, assumer sa féminité et ses choix, toujours revendiquer son parcours atypique et passionnant.

Je l’avais croisée une fois à une soirée en grande banlieue. Ce soir-là, il n’y avait que du beau monde, et le charme naturel et doux de cette femme m’avait touchée. Il faut nous imaginer dans la cuisine, couvertes de paillettes, à surveiller une pizza en train de cuire. Très vite, elle a partagé avec moi ses doutes et ses peines de cœur du moment. Malgré l’épanchement et un décolleté pas facile à oublier, elle s’est ouverte à moi, une totale inconnue, avec une vraie intelligence et une grande pudeur. J’ai eu envie de la connaître. J’ai eu envie de la consoler. J’avais le sentiment que c’était une rencontre furtive, un de ces moments où les femmes se comprennent et partagent quelque chose d’un peu magique. Quelque chose de beau. Quelque chose qu’on oublie vite.

Nous avons mis un an à nous revoir. J’ai suivi son travail, nous avons sporadiquement échangé. Et puis j’ai commencé à me pencher sur les sexualités des gens, et elle s’est imposée. Si je voulais parler de plaisir, de fantasmes, de désirs aboutis, je ne pouvais pas fermer la porte à celles qui sont parfois à l’origine de ces fantasmes. Celles qui sont de l’autre côté de l’écran.

Elle m’a demandé de la rejoindre dans les bureaux du Tag Parfait, là où tout a commencé pour elle. Juste avant de me recevoir, elle était interviewée par deux étudiantes travaillant sur le milieu du porno. Je m’installe face à elle, et dans cette alcôve sous les toits, je lui demande qui elle était avant.

«J’ai l’impression que j’étais complètement une autre personne, en fait. En regardant en arrière, j’ai l’impression que c’était une autre vie. Une autre moi. J’avais 29 ans. Je n’aime pas trop raconter ça parce que d’un point de vue féministe c’est moche de dire ça, mais tout a commencé quand le mec avec qui j’étais depuis huit ans m’a plaquée pour une copine à moi. Ce qui m’embête, c’est que c’est à ce moment-là que j’ai commencé à m’occuper de moi. Avec le recul, je me demande: “Pourquoi? Pourquoi avant tu ne faisais pas des trucs pour toi?” C’était il y a un peu moins de quatre ans. J’habitais dans l’est de la France, j’étais vendeuse à mi-temps dans un magasin de prêt-à-porter pour enfants d'un centre commercial en périphérie de ville. Vu que je ne gagnais qu’un demi-salaire et que j’habitais chez lui, dans sa ville, que ses amis c’était mes amis et que mes amis c’était ses collègues ou sa famille, il a fallu que je me barre. Et donc je me suis barrée. C’est à ce moment-là que je me suis retrouvée toute seule avec rien, pas de boulot, pas d’appart', pas de bagnole. Je me suis dit “tu vas faire quoi maintenant?”. J’ai passé beaucoup de temps sur Twitter, déjà. À lire les articles du Tag Parfait, à discuter avec les rédacteurs… Et puis j’ai commencé à leur dire que j’avais envie d’écrire.»

Pornophilie décomplexée

Elle aborde la pornographie de manière décomplexée, comme n’importe quel autre sujet.

«Depuis que je l'ai découverte, la pornographie me fascine. C’est un sujet qui m’intéresse vraiment, au même titre que certains pourraient être intéressés par l’œnologie. Je me suis donc dit que j’allais essayer d’écrire pour le Tag. J’ai écrit un petit truc, je l’ai envoyé et quasiment tout de suite, j’avais une réponse du genre “ouais super, on publie direct”. Et je me retrouve donc du jour au lendemain avec un article publié en ligne dans un média dont je n’avais pas mesuré l’audience à l’époque. Je ne pensais pas que c’était si connu et reconnu, que ce soit chez les internautes ou dans le milieu du porno. On est peut-être le seul média qui parle de pornographie de cette manière-là dans le monde. Je n’avais pas remarqué combien le Tag était important dans le paysage médiatique français. Après, tout s’est enchaîné. J’ai vraiment l’impression, comme une métaphore, que c’était ce moment où tu as presque fini ton puzzle et que tu trouves une pièce qui permet à toutes les autres de s’emboîter parfaitement. J’ai le sentiment que ma vie, depuis que j’ai commencé à écrire au Tag, ça a fait ça. J’ai commencé à écrire.

«Je veux poser nue, est-ce que tu es chaud?»

À l’époque, il y avait Les Parfaites, un peu comme les playmates où tous les mois des filles faisaient des photos. Je me suis dit “j’ai envie d’être Parfaite”, sauf que le mois où j’ai demandé à être Parfaite, le photographe avait le choix entre deux meufs, moi et une grande brune mince tatouée, trop belle. Évidemment il a pris l’autre. Et là, ça m’a énervée, j’ai appelé d’autres photographes moi-même pour dire “je veux poser nue, est-ce que tu es chaud?” C’est comme ça que j’ai commencé à faire de la photo nue avec Monsieur Bazin, tout début 2014. Dans la foulée, Stephen [des Aulnois, fondateur du Tag Parfait, ndlr] commence à me parler de la webcam, à me dire “c’est le sujet de l’avenir, il faut qu’on commence à le traiter”. On commence à regarder, et je me dis que je vais essayer en tant que modèle pour voir de l’autre côté de l'objectif. Résultat: l'expérience était trop marrante, trop intéressante et m'a donné matière à faire un bel article pour le Tag. J’ai commencé à prendre des notes, des notes, des notes.»

Alors que quelques mois plus tôt à peine, elle se morfondait dans son appartement, Carmina devient camgirl. Elle me raconte sa première fois: «J’ai fait un tout petit show webcam, quasiment rien. Je sortais de ma douche, j’avais mon peignoir sur moi et je me suis connectée. J’ai calé la webcam à peu près en dessous des yeux pour qu’on ne me reconnaisse pas, parce que je ne savais pas trop où j’allais. J’ai discuté avec les mecs, je me suis légèrement déshabillée, j'ai montré un peu mes seins, ma bouche, quelque chose d’hyper soft et même un peu cucul. C’est bizarrement devenu un peu mon domaine».

Stupéfaction de ma part. Même si j’ai déjà vu des photos d’elle en pyjama Hello Kitty, je ne l’imagine pas s’être fait une spécialité dans ce qu’elle appelle le domaine «cucul». «Je ne fais jamais dans l’hyperfrontal, alors que pourtant j’adore. Mais je n’ose pas faire ça. J’ai toujours une sorte de barrière psychologique qui s'installe.»..

Lire la suite sur Slate.fr - «Si je n’avais pas commencé des recherches pour un article, je n’aurais probablement jamais été camgirl»

Articles en Relation

NOS PIRES ANECDOTES SEXUELLES FEAT. PLEIN DE POTES (devant une classe de lycéens... Merci à Netflix d'avoir permis à cette vidéo d'exister, ça faisait un bail qu'on voulait faire une vidéo avec cette ambiance de bahut, à la cool et ...
En Chine, les adeptes du bondage pieds et poings liés par un État policier Les ateliers dédiés à cette pratique ont enregistré une participation record en août 2018: près de 200 personnes étaient au rendez-vous. | NFGphoto vi...
Regarder du porno n'est pas un problème Porno. | Charles Deluvio via Unsplash CC License by   Des décennies de méfiance paranoïaque ont failli faire ranger l’addiction au porno parmi...
Odile Fillod, la chercheuse qui a permis aux femmes de prendre leur plaisir en m... Extrait de la vidéo «Clitoris 3D imprimable» de Marie Docher | Capture écran via Vimeo  Grâce à son modèle de clitoris, dévoilé en 2016, le gran...
OnlyFans révolutionne le porno moderne Les internautes s'inscrivent et paient un abonnement pour suivre leurs stars, célèbres ou amatrices. C'est un petit secret en France où le discours m...

RENCONTRE COQUINE

RENCONTRE DISCRETE


LIVE CAM