Pourquoi vous avez tant de mal à dire «je t'aime»

Sociétés

On ne va pas se mentir: déclarer sa flamme peut être effrayant.

Dire «je t’aime» à ses parents, ses amis ou même à son chat semble si facile. Mais lorsqu’il s’agit de déclarer sa flamme à la personne dont nous sommes amoureux, les choses se corsent.

Nos relations modernes ne suivent pas le même schéma qu’auparavant. Jadis, les personnes se rencontraient, passaient du temps ensemble, apprenaient à se connaître, instauraient un climat de confiance, puis tombaient –éventuellement– amoureuses. Le schéma relationnel était plutôt linéaire.

 

Aujourd’hui, l’ambiguïté règne. Nous passons du temps avec quelqu’un, sans forcément vouloir nommer la relation ni l'officialiser, et cette période d'entre-deux peut durer un certain temps. L’incertitude de nos fréquentations entraîne un sentiment de vulnérabilité, mais aussi de pouvoir. L’individu qui exprime le plus d’ambivalence à propos de la relation est celui qui se fera le plus désirer. En clair, nous sommes compliqués.

Votre croyance en l’amour a aussi pu être ébranlée si vos parents ont divorcé. Après une séparation parentale, des enfants ont peur de revivre ce traumatisme et sont confrontés à des conséquences émotionnelles: ils remettent en question leurs sentiments et «ont plus de difficulté à reconnaître les signes d’une relation saine, déclare au Time Victor Harris, professeur agrégé de sciences de la famille, de la jeunesse et de la communauté à l’Université de Floride, car ils n’en ont pas vu assez autour d’eux».

Choix, répulsion et peur de l'engagement

En matière de consommation, il existe une théorie nommée la «surcharge du choix». Lorsqu’un éventail de possibilités s’offre à nous, l’effort mental est si grand que nous laissons tomber. En amour, les partenaires potentiels peuvent être si nombreux qu'en choisir un paraît impossible. Dire «je t’aime» scelle un accord et ferme en même temps toutes les autres portes.

Si vous n’avez ni des parents divorcés, ni un large choix de conquêtes, il est possible que vous soyez simplement allergique à ces deux mots. Les personnes ayant eu une personne de leur entourage distribuant les «je t’aime» au kilo peuvent avoir développé une forme d'écœurement pour cette expression.

De manière générale, nous ne voulons pas être associés à un mot qui nous a procuré un sentiment de douleur, de peur ou de répulsion.

Dire à quelqu’un qu’on l’aime, c’est prendre beaucoup d’engagement sur quelque chose qui pourrait ne pas fonctionner à long terme –ou même dans l’immédiat. Nous ne savons pas ce que l’être aimé répondra: déclarer sa flamme revient à se jeter dans l’eau sans en connaître la température.

La clé serait de le dire sans rien attendre en retour, car sinon, «vous pouvez aller en psychanalyse pendant vingt ans», plaisante le psychologue Stan Tatkin auprès du Time.


Lire la suite : Pourquoi vous avez tant de mal à dire «je t'aime»


Articles en Relation

L’avortement de votre fille ne doit pas être un sujet tabou L’avortement n’est qu’un choix reproductif, pas une décision morale honteuse. «Ta fille a 14 ans, c’est ça?» m’a demandé un type pendant un mariage...
Se reproduire jeune pour feinter les virus Telle semble être la stratégie de certaines grenouilles pour éviter l'extinction. Depuis plusieurs années et dans le monde entier, les ranavirus so...
Pour trouver du travail, partir reste la seule solution pour les jeunes d'Outre-... «Aux Antilles, il est impossible de trouver du travail»: comme nombre d'autres jeunes d'Outre-mer, Annaëlle s'est résignée à prendre un billet d'avi...
Assister à votre propre enterrement peut vous aider à accepter la mort Une pratique à mi-chemin entre le fantasme (narcissique) et l'expérience transcendantale. «T'imagines si t'assistais à ton propre enterrement?» Nou...
Les jeunes boivent moins mais les jeunes boivent mal C'est un peu la faute de leurs progressistes de parents. Ô joie! Les adolescent·es, ces fripouilles qui nous mènent la vie dure, boivent moins. Un ...
Ne pas savoir dire non, c'est la ruine Et c'est la moindre des conséquences de mon incapacité chronique. «Bonjour monsieur, c'est pour le gaz.» Pour qu'on lui ouvre à l'interphone, ce co...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA