Pollution : le lien entre Alzheimer et particules de magnétite remis en cause

Santé

En ville, l'air pollué contient souvent des nanoparticules de magnétite qui peuvent être inhalées et même se retrouver dans le cerveau. Précédemment, des travaux ont suggéré que la magnétite risquait de favoriser Alzheimer via des réactions d'oxydoréduction. Mais une nouvelle étude du CNRS remet en cause cette hypothèse.

En ville, des nanoparticules de magnétite issues de la combustion peuvent être présentes dans l'air pollué et donc être inhalées par les habitants. En 2016, une étude avait montré que ces nanoparticules, qui mesurent moins de 200 nm de diamètre, peuvent pénétrer dans le cerveau, d'où un risque pour la santé humaine et en particulier d'Alzheimer. D'autres travaux datant de 2007 avaient suggéré que la magnétite pouvait être à l'origine de réactions d'oxydoréduction néfastes.

Dans la revue Angewandte Chemie International Edition, des chercheurs du CNRS publient de nouveaux résultats à ce sujet : dans des conditions correspondant à celles de l'organisme, les nanoparticules de magnétite ne s'associent pas aux peptides amyloïdes, les molécules qui ont tendance à s'accumuler en plaques dans la maladie d'Alzheimer

La magnétite ne provoque pas de réaction d’oxydoréduction

D'après le communiqué du CNRS, la magnétite serait inerte dans le corps humain et ne provoquerait pas d'oxydoréduction, une réaction chimique susceptible de provoquer un stress oxydatif. Elle ne pourrait donc pas être tenue responsable de la neurodégénérescence liée au stress oxydatif. Le communiqué conclut « Cette étude doit conduire à une relecture attentive des travaux exprimant le caractère dangereux de la magnétite dans le cerveau humain. »

Le saviez-vous ?

La magnétite est un minéral ferromagnétique de formule Fe3O4 présent sous forme de cristaux dans des roches magmatiques. Capable de s’aimanter naturellement, elle est utilisée dans des boussoles. Elle est aussi présente dans des cellules de certains animaux qui peuvent s’orienter grâce au champ magnétique terrestre, comme le pigeon.


Mais la magnétite pourrait-elle avoir un effet nocif par un autre mécanisme, par exemple à cause de ses propriétés magnétiques ? Contacté par mail, Bernard Meunier, directeur de recherche au CNRS de Toulouse et un des auteurs de cette étude, a expliqué « Notre publication remet en cause les publications sur la "piste" de la liaison de la magnétite aux amyloïdes et à la production de réactions d'oxydoréduction. Il existe effectivement de la magnétite dans le cerveau humain en très faible quantité (d'autres espèces vivantes en possèdent beaucoup plus). À ma connaissance, il n'a pas été établi de lien entre les propriétés magnétiques de la magnétite et la maladie d'Alzheimer. »


Lire la suite : Pollution : le lien entre Alzheimer et particules de magnétite remis en cause


Articles en Relation

Café : plus de 3 tasses par jour favoriseraient les migraines D'après une étude de Harvard sur des patients migraineux, une à deux tasses de café par jour n'augmentent pas le risque de migraine. Mais à partir...
Le potentiel infini des océans pour la médecine en quelques chiffres Champ de bataille pour les éponges, les étoiles de mer, les coraux et autres organismes fixés sur les fonds marins et recourant pour se défendre à...
16 nouveaux virus géants découverts dans des sols forestiers Des chercheurs américains ont découvert par hasard 16 nouveaux virus géants dans le sol de la forêt de Harvard. Certains d'entre eux possèdent les...
Une imprimante 3D pourrait guérir vos blessures Des chercheurs américains ont créé un système de bio-impression mobile, qui permet d'imprimer de la peau en plusieurs couches, directement sur une b...
Pollution en France : trois enfants sur quatre respirent un air toxique L'Unicef demande aux pouvoirs publics français d'agir pour réduire la pollution de l'air. Trois enfants sur quatre respireraient un air toxique en F...
Patient hors norme : elle ne ressent ni douleur ni anxiété Cette Écossaise de 71 ans ne ressent quasiment ni douleur, ni peur, ni anxiété. Son cas exceptionnel a permis à des chercheurs britanniques d'identi...