Philippe Martinez affaibli, mais sûr d’être réélu à la tête de la CGT

Politique

La centrale syndicale, qui ne parvient pas à enrayer son déclin, tient son 52e congrès, de dimanche à vendredi, à Dijon.

C’est un syndicaliste affaibli, et qui ne s’en cache plus, qui sollicite un nouveau mandat de secrétaire général de la CGT. Seul candidat à sa succession, Philippe Martinez sera, selon toute vraisemblance, réélu confortablement à l’issue du 52e congrès confédéral, qui se tient du 12 au 17 mai à Dijon.

C’est tout le paradoxe d’une organisation qui n’arrive pas à enrayer son déclin. Isolée sur le plan national, elle pèse de moins en moins sur la scène sociale. Lesté par un bilan négatif, desservi par l’échec de sa stratégie et contesté par son aile gauche, qui ne le trouve pas encore assez radical, l’ancien métallo risque de passer de nouveau à côté des enjeux cruciaux d’une période marquée par une crise des « gilets jaunes » qui marginalise encore un peu plus le syndicalisme. Symbole parmi d’autres : l’exfiltration temporaire du numéro un de la confédération lors de la traditionnelle manifestation du 1er-Mai.

Elu en février 2015, confirmé un an après, M. Martinez décrit avec une franchise surprenante la situation de sa centrale : « La CGT a pris beaucoup de retard, prise entre son histoire, qui existe et qui est importante, et le fait que ceux qui subissent les changements du monde [du travail] ne sont pas forcément des travailleurs et des travailleuses historiquement dans le périmètre de la CGT », a-t-il reconnu, mardi 7 mai, devant l’Association des journalistes de l’information sociale.

Adaptation nécessaire

Pour lui, le changement doit être une priorité, « sinon on passe deuxième organisation syndicale, il y a des “gilets jaunes” qui se mobilisent et la CGT continue à exister, mais sur un périmètre qui se rétrécit de plus en plus ». Et, a-t-il souligné, « les “gilets jaunes” sont le reflet de tous les déserts syndicaux de la CGT : petites et moyennes entreprises, retraités, précaires, privés d’emploi et beaucoup de femmes ». « J’ai forcément une part de responsabilité dans le fait de ne plus impulser la nécessité de nos transformations internes », a concédé le dirigeant.

Plusieurs congrès ont mis en avant l’adaptation nécessaire des structures syndicales aux mutations des champs professionnels, en allant jusqu’à envisager la création de syndicats de sites. « Mais c’est resté de l’ordre du discours, analyse Sophie Béroud, chercheuse à l’université Lyon-II. Il y a une logique d’inertie en interne et Martinez n’a pas réussi à initier des changements forts. »


Lire la suite : Philippe Martinez affaibli, mais sûr d’être réélu à la tête de la CGT


Articles en Relation

Réforme des retraites : les syndicats toujours divisés Trois jours après Force ouvrière, la CGT et Solidaires appellent à une journée d’action interprofessionnelle mardi 24 septembre. Parviendront-ils à...
Cinq syndicats de la RATP appellent à la grève illimitée contre la réforme des r... Deuxième syndicat de la RATP, la CGT ne s’est pas associée à l’appel de l’UNSA, CFE-CGC, SUD, FO et Solidaires. Ils s’étaient mobilisés ensemble le ...
Comment les Verts préparent la « bataille de Paris » Arrivés en tête dans quatre arrondissements lors des européennes, les écologistes peaufinent leurs listes. Ils aimeraient ne plus être de simples su...
L’ombre d’Edouard Philippe plane sur Le Havre Le premier ministre entretient le doute sur son intention de se présenter ou non aux municipales de 2020 dans la ville qu’il a dirigée jusqu’en 2017...
Européennes : le parti de Marine Le Pen aborde la campagne avec de solides atout... Avec 22 % d’intentions de vote, le RN obtient un score élevé, supérieur à celui du premier tour de l’élection présidentielle de 2017 Le Rassembleme...
La drôle de campagne des européennes, court-circuitée par Notre-Dame et le grand... Les Français se disent peu intéressés par ces élections, moins encore que lors des précédents scrutins. Quant aux partis, ils ont été perturbés par ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA