Obésité et dépression : le lien est fait !

Santé

Les conséquences de l'obésité sur la santé sont nombreuses : hypertension, risque de cancer, etc. Mais aussi tendance à la dépression. Un phénomène surprenant dont les chercheurs pourraient bien enfin avoir compris le mécanisme.

 

« Lorsque l'on se sent déprimé, on a tendance à manger. Manger des aliments riches en gras nous apporte du réconfort. Pourtant sur le long terme, cela peut avoir l'effet inverse », explique George Baillie, chercheur à l'université de Glasgow (Écosse). Avec son équipe, il vient de mettre au jour le processus qui lie obésité et dépression.

En effet, les chercheurs de l'université de Glasgow ont travaillé sur un modèle de souris pour découvrir que les acides gras saturés ont tendance à pénétrer le cerveau par le sang. Ils s'accumulent ensuite dans les zones qui contrôlent l'humeur. Ainsi, les souris qu'ils ont nourries avec un régime riche en graisses ont présenté un fort afflux en acides gras alimentaires dans la région de l’hypothalamus.

Sur la piste de nouveaux traitements

Les chercheurs ont également observé une concentration accrue en récepteurs d'acides gras libres 1 (FFAR1) et une perturbation de la voie de signalisation adénosine monophosphate cyclique (AMPc)/protéine kinase A (PKA), protéine soupçonnée justement de jouer un rôle de taille dans l'apparition de la dépression. En revanche, un déficit en enzyme appelée phosphodiestérase 4A (PDE4A) -- une enzyme qui intervient notamment dans la dégradation de l'AMPc -- a joué un rôle protecteur sur les souris.

Ainsi, un régime alimentaire riche en graisses pourrait bien perturber le fonctionnement de l'hypothalamus en activant l'enzyme PDE4A et en supprimant ainsi la voie de signalisation AMPc/PKA. Une découverte qui laisse espérer la mise au point de nouveaux traitements. Car les antidépresseurs classiques se montrent plus longs à agir sur les personnes en surpoids. Plus longs et moins efficaces que sur le patient moyen.


Lire la suite : Obésité et dépression : le lien est fait !


Articles en Relation

Les souvenirs de la petite enfance ne sont pas forcément perdus Chez la souris, des chercheurs ont montré que les animaux pouvaient faire resurgir des souvenirs « perdus » de leurs premières semaines de vie, en...
Science décalée : des crèmes glacées qui fondent moins vite, ce serait possible En finira-t-on avec la glace qui coule sur les doigts quand on prend trop de temps pour déguster son cornet ? En 2017, des chercheurs avaient iden...
Boire trop de boissons sucrées augmenterait le risque de décès précoce De nouvelles recherches internationales ont montré que les personnes qui buvaient en grande quantité des sodas et des boissons contenant des sucres ...
Science décalée : se marier tard, c'est meilleur pour la ligne Les personnes qui se marient avant d'obtenir un diplôme universitaire auraient plus de risque de devenir obèses que celles qui attendent d'achever l...
Les aliments ultratransformés augmentent le risque de mortalité Le lien de cause à effet entre la consommation d'aliments ultratransformés et la santé reste encore difficile à établir. Cependant, la vaste étude q...
Manger plus de riz pourrait réduire l'obésité Si chaque habitant de la planète mangeait 50 grammes de riz de plus par jour, cela permettrait de réduire la prévalence de l'obésité de 1 %, selon u...