Matignon invite les partenaires à un vrai-faux sommet social

Politique

Réunies lundi 6 mai par le premier ministre, plusieurs organisations se montrent sceptiques sur la portée d’un tel rendez-vous.

Opération reconquête. Lors de sa conférence de presse du 25 avril, Emmanuel Macron a sonné la « mobilisation générale pour le travail, l’emploi et ses grandes transitions ». Le chef de l’Etat a souhaité y associer les corps intermédiaires qui, depuis le début de la législature, ont le sentiment d’être traités comme quantité négligeable. A charge pour le premier ministre d’orchestrer la concertation avec les partenaires sociaux, les associations d’élus et les organisations environnementales. Une première réunion doit avoir lieu lundi 6 mai, dans la matinée à Matignon, sous l’égide d’Edouard Philippe. Objectif fixé par le président de la République : que l’ensemble des protagonistes puissent « proposer d’ici à septembre des solutions concrètes » aux problèmes mis en exergue par le mouvement des « gilets jaunes ».

Le 29 avril, M. Philippe a précisé l’esprit dans lequel se déroulera cette rencontre. Pas question de parler de « conférence sociale » : le terme rappellerait trop les conclaves de l’ère Hollande, durant lesquels « tout le monde s’emmerd[ait] », selon la formule lancée à l’époque par Jean-Claude Mailly, alors numéro un de FO. L’idée, a insisté M. Philippe, est de travailler « collectivement », de « faire confiance » aux acteurs de la société civile et de se projeter dans l’avenir – quitte à aller un peu au-delà du quinquennat. Il s’agit, selon le premier ministre, de réfléchir « à la façon dont nous voulons produire en 2025, à la façon dont nous voulons vivre, dont nous voulons arriver au plein-emploi », a-t-il détaillé, s’inscrivant dans le prolongement de l’intervention de M. Macron, quatre jours plus tôt.

« Grand gloubi-boulga »

« Personne ne sait ce qu’il y a dedans », indiquait néanmoins, vendredi, l’un des participants. A cette date, la liste des thèmes qui seront abordés n’était pas encore connue des organisations d’employeurs et de salariés. « C’est un peu le grand bazar, personne n’a les mêmes éléments », s’étonne également Marylise Léon, la numéro deux de la CFDT. Sur la forme donnée à ce « sommet », plusieurs personnalités invitées se montrent critiques. « Qu’on ait des grand-messes nationales pour lancer le processus, pourquoi pas ? Mais ce type de fonctionnement est complètement dépassé, juge le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux. L’important est ce que l’on va pouvoir faire en régions. » Président de la CFE-CGC, François Hommeril confie être peu enthousiaste à l’idée de participer à « un grand gloubi-boulga de la société civile ». « Ça devient un peu usant d’être considéré sans aucun autre égard, dit-il. La démocratie française, ce n’est tout de même pas compliqué : si le pouvoir en place engage une réforme qui touche le monde du travail, les partenaires sociaux doivent être associés. Notre organisation n’a aucune envie de servir de faire-valoir, nous voulons un mandat clair. » Ça risque de tourner au « cauchemar », se lamente un participant : « J’y vais avec mon iPad. Les gens sont nombreux, ils sont très longs et ils sont très chiants. »


Lire la suite : Matignon invite les partenaires à un vrai-faux sommet social


Articles en Relation

Cordiste, un métier à hauts risques sans filet social de sécurité En plein développement, le métier de cordiste est une des professions les plus dangereuses. Sur près de 8 500 professionnels, souvent intérimaires, ...
La nomination de Sandro Gozi à Matignon fait des vagues à Rome L’ex-ministre italien, élu aux européennes sur la liste LRM, rejoint le cabinet d’Edouard Philippe. Il se voit accusé de trahison par Luigi Di Maio....
L’impossible unité de la gauche Si les différentes forces de gauche se retrouvent dans une opposition frontale à Emmanuel Macron et se veulent toutes écologistes, l’aile sociale-dé...
Pour Hollande, le bilan de son successeur n’est bon « ni pour la vitalité économ... L’ancien chef de l’Etat publie une nouvelle édition augmentée de son livre « Les Leçons du pouvoir ». Dans une interview au « Parisien », il critiqu...
Avant les municipales, le spectre d’un remaniement ministériel La perspective du scrutin de mars 2020 pourrait contraindre le président à modifier une équipe qui manque cruellement de poids lourds. La rumeur d’...
« Notre proposition,  Monsieur le ministre, pour évaluer la toxicité des pestici... Prenant acte des propos du ministre de l’agriculture, Didier Guillaume, appelant les scientifiques à faire la preuve des conséquences sanitaires des...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA