Marine Le Pen veut faire des européennes « une réplique » de la présidentielle de 2017

Politique

Rejointe par d’ex-ténors de la droite et très bien placée dans les sondages, la présidente du Rassemblement national espère bien transformer la colère contre Macron dans les urnes le 26 mai.

Marine Le Pen est en pleine confiance. Et elle tient à le faire savoir. Bracelets, mugs, écharpes, briquets… La panoplie de campagne a fait sa première sortie publique, dimanche 13 janvier, à Paris. Pour quelques euros bienvenus dans des caisses vidées par la baisse des adhésions et les affaires judiciaires, les quelque 1 500 militants de l’ex-Front national réunis à la Maison de la Mutualité ont pu actualiser leur collection de supporteurs, version européennes 2019. Partout, le même cri de ralliement plein d’assurance : « On arrive. »Inratable, jusqu’aux lettres géantes bien campées sous les néons bleu blanc rouge de la tribune.

Alors qu’une autre messe vient de se terminer dans l’église voisine de Saint-Nicolas-du-Chardonnet, fief des catholiques traditionalistes parisiens, Marine Le Pen entre en scène. « Le moment du grand basculement est venu. » La présidente du désormais Rassemblement national (RN) est venue dévoiler une liste de douze noms sans grand enjeu, sa tête et ses principaux ralliements ayant déjà été officialisés au cours de la semaine. Elle y a surtout affiché la stratégie qu’elle compte mener jusqu’au scrutin de mai : à savoir, traduire la colère sociale et les slogans antimacronistes de la rue en victoire électorale.

« Fin de règne »

Enhardie par des sondages plaçant le RN en tête et par des analyses l’installant comme seul parti d’opposition à bénéficier d’un « effet gilets jaunes », la patronne de l’extrême droite française appelle ses militants à répéter la date du scrutin : « Le 26 mai 2019, pour les électeurs, l’enjeu sera clair : il s’agira de battre Macron. » Elle en vient même à espérer « une réplique de l’élection présidentielle », sans le débat d’entre-deux-tours et la défaite finale, mais avec le même face-à-face.


Lire la suite : Marine Le Pen veut faire des européennes « une réplique » de la présidentielle de 2017


Articles en Relation

Face à une possible faillite, le Rassemblement national en appelle à ses militan... Le parti de Marine Le Pen, suspecté d’avoir rémunéré des assistants sur des fonds européens, doit faire face à la saisie de deux millions d’euros. ...
Européennes : dans le Vaucluse, Marine Le Pen enfile son « gilet jaune » pour so... Au Thor, dans le Vaucluse, militants de toujours et nouveaux partisans veulent croire à l’alternative offerte par le Rassemblement national Marie-C...
Marine Le Pen fustige « l’acharnement » et « les persécutions » contre le RN Devant environ 400 personnes à Mantes-la-Ville, la présidente du Rassemblement national a voulu remobiliser sa base, à huit mois des élections europ...
Deux hommes jugés après l’agression de la fille de Marine Le Pen à Nanterre La fille de Marine Le Pen a reçu, jeudi soir, des coups au visage. Rien ne permet pour l’instant de lier l’agression à sa filiation avec la présiden...
Le RN veut faire annuler la saisie de 2 millions d’euros d’aide publique Le Rassemblement national (RN) joue gros, lundi 6 août, devant la justice : brandissant la menace d’un dépôt de bilan, le parti, ex-Front national (...
Européennes : les « marcheurs » en tête, malgré l’impopularité de Macron La République en marche arriverait en tête des élections européennes en attirant des sympathisants de droite et des électeurs pro-européens issus de...