Manuel Valls candidat à la mairie de Barcelone, un pari risqué

Actualités

L'ex-Premier ministre Manuel Valls a officialisé, mardi, son intention de briguer la mairie de Barcelone, malgré les critiques qui fusaient sur l'absence du député au palais Bourbon. Les Barcelonais sont eux partagés sur sa candidature.

Né d’un père catalan et d’une mère suisse, l’ancien Premier ministre de François Hollande Manuel Valls a annoncé sa candidature, mardi 25 septembre, à la mairie de Barcelone.

Après avoir maintenu le suspense pendant des semaines, l'ex-socialiste a officialisé sa décision au Centre de culture contemporaine de Barcelone, dans le centre historique de la ville catalane.

"Après un temps de réflexion, sérieux, j'ai pris la décision suivante : je veux être le prochain maire de Barcelone", a-t-il dit en catalan. "Depuis ma naissance (...), ma relation avec Barcelone a été intime, constante", a-t-il plaidé, tout en annonçant sa démission de son poste de député de l'Essonne.

Avant même l'officialisation de cette annonce, les amis de l'ancien Premier ministre saluaient le panache d'une reconversion jamais vue. "C'est un choix de combattant. Manuel Valls prend son risque", commente l'ancien conseiller élyséen Aquilino Morelle, décrivant un "homme très courageux, très volontaire, très déterminé, très entier" et qui "vit par la politique".

Aux abonnés absents

Ses opposants dénoncent une ultime trahison, celle des électeurs de l'Essonne qui l'ont élu, d'un cheveu, député en juin 2017, au moment où son avenir politique s’obscurcissait en France. "Voilà plus de quatorze mois que nous ne sommes plus représentés. À l'Assemblée, il est aux abonnés absents (...) Son slogan c'était ‘proche de vous’ mais Barcelone, c'est loin d'Évry !", tempête sur France 24 son adversaire Insoumise aux législatives, Farida Amrani.

Des attaques, Manuel Valls n'en a cure. "Vous direz ce que vous voudrez. Une seule chose compte pour moi, la manière dont je serai perçu à Barcelone", a-t-il confié à L'Express début septembre.

Manuel Valls entame un pari risqué

Les Barcelonais sont d’ailleurs divisés sur son cas. "Manuel Valls en est conscient et va devoir se détacher de son image de parachuté, explique Henry de Laguerie, correspondant France 24 à Barcelone. De nombreux Barcelonais voient sa probable candidature avec beaucoup de curiosité. Certains sont agacés, ils ont le sentiment que Manuel Valls a échoué en France et rebondit chez eux, à Barcelone". Et le journaliste de poursuivre, "D’autres considèrent au contraire que c’est une bonne chose. Il y a dans cette ville une certaine forme d’admiration en France, les regards se tournent historiquement vers Paris et perçoivent cette candidature comme un honneur."

À 56 ans, Manuel Valls entame donc un pari risqué. "À huit mois des élections, il n’y a pas de favori clair mais il a tout de même des chances de l’emporter. Tout est possible, c’est une élection à la proportionnelle et par le jeu des alliances, il pourrait être maire de Barcelone. D’autant plus que les indépendantistes ne sont pas majoritaires à Barcelone". Rappelons que Manuel Valls défend avec vigueur l’unité de l’Espagne.


Lire la suite sur FRANCE 24 : Manuel Valls candidat à la mairie de Barcelone, un pari risqué


Articles en Relation

Mali : une présidentielle marquée par des sabotages et une faible participation Malgré la présence renforcée des forces de sécurité lors de l'élection présidentielle organisée au Mali, dimanche, des violences jihadistes ont été ...
L'extrême-droite entre au Parlement en Andalousie, une première depuis la fin du... Si le Parti socialiste espagnol reste majoritaire au parlement régional en Andalousie avec 33 élus sur 109, la surprise vient de l'extrême...
Fadaises, trahison… les explications du président Macron sur l’affaire Benalla Six jours après le début de l'affaire Benalla, le président français est sorti de son silence, mardi soir, devant son gouvernement et sa majorité pa...
"L'armée européenne", un argument de campagne ou une ambition réelle ? Emmanuel Macron et Angela Merkel ont affirmé en novembre leur souhait de créer une "armée européenne" qui ne dépendrait pas des États-Unis. Mais au-...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA