M2i : la startup française qui nous débarrasse des insectes avec ses phéromones

Environnement
 

Oubliez les pesticides chimiques et les produits polluants. Il existe un moyen bien plus écologique et très efficace pour lutter contre la pyrale du maïs et le charançon du palmier : les phéromones, des substances émises par les insectes et que l'on peut reproduire en laboratoire. Et ça tombe bien, le champion européen est une start-up française particulièrement innovante.

Dans son usine basée à Salin-de-Giraud, à côté d'Arles dans les Bouches-du-Rhône, la start-up M2i fabrique des parfums un peu particuliers. Il ne s’agit pas de ceux que vous allez acheter à Noël ou à la Saint-Valentin pour votre bien-aimé(e), mais d’odeurs destinées aux insectes : les phéromones.

Une phéromone est une substance naturellement sécrétée par une espèce et qui constitue un signal olfactif agissant comme un messager entre les individus d’une même espèce. Elles sont émises par la plupart des animaux et induisent des comportements particuliers : agression, fuite, reproduction ou encore marquage de territoire. Les mieux étudiées sont les phéromones sexuelles émises par les insectes, que les femelles utilisent pour attirer les mâles. De très nombreuses recherches ont permis d’isoler et de caractériser ces molécules, qui servent dans la lutte contre les insectes. Et c’est justement ce que propose M2i qui recrée ces molécules en laboratoire pour les commercialiser auprès des particuliers, agriculteurs, vignerons ou collectivités qui cherchent une alternative aux pesticides chimiques.

Pommier vigne, palmier ou buis : une soixantaine de phéromones disponibles

« Nos produits sont totalement inoffensifs pour l’homme, pour l’environnement, pour les végétaux et les autres insectes, puisque chaque phéromone est spécifique à une espèce », atteste Johann Fournil, responsable du marketing et des partenariats. Dans son catalogue, figurent plus de 60 phéromones : contre la carpocapse des pommes et poires, la mineuse des agrumes, la pyrale du buis, le charançon rouge du palmier, le ver rose du coton ou encore l’eudémis, un redoutable papillon qui s’attaque à la vigne. La start-up a mis au point un procédé breveté d’encapsulation qui permet d’enrober la phéromone dans une sorte de cire naturelle pour une diffusion prolongée et une meilleure efficacité.

Les phéromones sont pulvérisées sous forme de « lait » comme un insecticide classique dans les vergers. Ici, une phéromone destinée à éliminer la carpocapse des pommes (Cydia pomonella). © M2i

Les phéromones sont pulvérisées sous forme de « lait » comme un insecticide classique dans les vergers. Ici, une phéromone destinée à éliminer la carpocapse des pommes (Cydia pomonella). © M2i

Des mâles complètement déroutés qui n’arrivent plus à retrouver les femelles

La lutte peut s’effectuer de deux moyens différents. Le premier est d’attirer les mâles dans un piège où l’on a disposé les phéromones sous forme de gel. « Un peu comme un verre de grenadine pour attirer les frelons », illustre Johann Fournil. Une autre technique est la « confusion sexuelle » qui consiste à diffuser les phéromones pour perturber les mâles afin qu’ils ne retrouvent plus les femelles, « comme lorsque vous entrez dans une parfumerie où toutes les odeurs se mélangent », explique Johann Fournil.

Le produit peut être aspergé sur les cultures avec un tracteur ou manuellement comme avec un insecticide classique. Contre la chenille processionnaire du pin, la start-up a même imaginé en partenariat avec l’Inra des billes à tirer avec un paintball afin d’atteindre l’arbre en hauteur. Au début de la période de reproduction début juillet, des professionnels parcourent la forêt et traitent ainsi les arbres avant qu’ils ne soient attaqués.

Des produits qui s’exportent dans 25 pays

Malgré des prix légèrement plus élevés que les produits chimiques traditionnels (comptez 160 euros par hectare et par an pour la vigne, par exemple), le créneau semble porteur alors que de plus en plus de professionnels essayent de se passer de pesticides. Après cinq ans d’existence à peine, M2i compte déjà 130 salariés, exporte dans 25 pays et se targue d’être le premier producteur européen de phéromones. La startup veut à présent s’attaquer au marché des grandes cultures céréalières, une grande première dans ce domaine.

Ce qu'il faut retenir
  • Les phéromones sont des substances naturelles émises par certains insectes pour la reproduction.
  • La start-up M2i reproduit ces molécules en laboratoire pour créer une confusion sexuelle afin d’attirer ou de désorienter les insectes nuisibles.
  • On peut ainsi traiter forêts, cultures et jardins sans produit chimique.

Lire la suite : M2i : la startup française qui nous débarrasse des insectes avec ses phéromones


Articles en Relation

Les coraux face au réchauffement climatique Les récifs coralliens sont uniques : ce sont les plus grandes structures terrestres fabriquées par de tout petits organismes vivants, mais les corau...
5 astuces pour une rentrée des classes écolo À la veille de la rentrée, il est parfois difficile de concilier les attentes des enfants avec les exigences des enseignants et les contraintes de...
Permaculture : la voie de l’autonomie, pour prendre soin de la Terre et des Homm... Dans le film Permaculture : la voie de l'autonomie, sorti dans les salles le 12 juin, Carinne Coisman et Julien Lenoir rencontrent des « permacult...
Cyclone, ouragan, typhon : qui sont-ils ? Ouragan, cyclone et typhon sont trois termes employés pour désigner un même phénomène météorologique extrême. Mais alors, qu'est-ce qui les différen...
Le plus grand champ de pétrole du monde décline à un rythme alarmant Le gisement de Ghawar, à l'est de l'Arabie Saoudite, représente la moitié du pétrole puisé dans le royaume. Son rendement a pourtant mystérieusement...
Attention aux avalanches ! La neige, sur laquelle les skieurs glissent et évoluent, est un élément changeant et déclencheur d'avalanches. Pour éviter de se retrouver piégé par...