Les dossiers industriels et sociaux s’empilent sur le bureau du gouvernement

Economie

Ford, SNCF, Air France, Carrefour, La Grande Récré ou Toys’R Us… La rentrée s’annonce chargée pour l’exécutif.

Ford, SNCF, Air France, Carrefour, La Grande Récré ou Toys’R Us… Les dossiers industriels et sociaux s’empilent sur le bureau du gouvernement. « La vie économique étant ce qu’elle est, il y a toujours des entreprises en difficultés, mais on tente de les régler de manière ordonnée. Au premier semestre, nous avons réussi à traiter plusieurs dossiers sans drame », assure-t-on dans l’entourage du Bruno Le Maire, le ministre de l’économie et des finances.

A Rodez, les syndicats et la direction de l’usine Bosch ont par exemple signé le 4 juilletun accord de compétitivité pour pérenniser les 1 600 emplois contre un engagement à mener 14 millions d’euros d’investissements. Confronté à des difficultés récurrentes, le volailler Doux a été repris (le 18 mai)et ce, sans mise en place d’un plan de sauvegarde de l’emploi. De même, d’autres dossiers à l’image de la menuiserie Grégoire, en Dordogne, ou du groupe AR Industries à Châteauroux ont trouvé une solution cet été.

Le textile et la distribution en souffrance

Cela ne veut pas dire que tout est réglé. « Au deuxième trimestre, nous avons constaté une légère baisse des créations d’emplois et une petite hausse des suppressions d’emplois, relève David Cousquer, de Trendeo. Ces deux indicateurs évoluent dans le mauvais sens, mais le solde net reste très positif. Il y a indéniablement une petite tension, mais on ne peut pas évoquer de forte dégradation de la conjoncture. »

« Le nombre de défaillances d’entreprises s’est stabilisé », ajoute Benoît Desteract, le directeur général de la Banque Thémis, dotée d’un observatoire des difficultés des entreprises. Sur les sept premiers mois de l’année, 844 sociétés réalisant un chiffre d’affaires supérieur à 1 million d’euros ont connu une procédure collective (redressement judiciaire ou plan de sauvegarde), contre 877 en 2017.

« Les secteurs les plus en souffrances sont le textile...


Lire la suite : Les dossiers industriels et sociaux s’empilent sur le bureau du gouvernement


Articles en Relation

« La politique industrielle française est dans une triple impasse » L’industrie française ne souffre pas de la mondialisation en tant que telle, mais surtout de la façon dont nos élites politiques et économiques l’on...
Après trois ans d’embellie, l’industrie française dans l’expectative Si l’année 2018 a fini sur un solde positif de 17 ouvertures d’usines, contre 25 en 2017, 13 sites ont fermé depuis novembre, selon le bilan annuel ...
« Dans les années 1950, les dirigeants de la SNCF étaient obnubilés par la vites... La stratégie de la SNCF d’après-guerre oppose les tenants du réseau à grande vitesse et ceux du développement des lignes secondaires, rappelle, dans...
Les 20 ans de l’euro : la monnaie unique reste fragile L’euro a survécu à la crise et les citoyens des pays membres lui sont très attachés. Mais les faiblesses de son architecture n’ont pas permis une co...
Le marché mondial de l’or noir au bord de la crise La guerre commerciale des Etats-Unis contre la Chine pousse les prix de l’or noir à la baisse, malgré les tensions avec l’Iran dans le détroit d’Orm...
SNCF : comment les trains à bas coût Ouigo ont rendu le TGV populaire L’entreprise ferroviaire lance une liaison grande vitesse à bas coût entre Paris et Toulouse, illustrant le succès d’une offre commerciale qui a séd...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA