Les centrales nucléaires peuvent-elles survivre au changement climatique ?

Economie

Les centrales nucléaires peuvent-elles survivre au changement climatique ? La production d’électricité par des réacteurs nucléaires ne produit pas de dioxyde de carbone (CO2) et ne contribue pas au réchauffement climatique, ce qui explique que le nucléaire est souvent présenté par l’industrie comme un atout pour la France dans le domaine.

Cependant, les centrales sont elles-mêmes victimes du climat, les étés étant appelés à devenir de plus en plus chauds, avec des températures extrêmes. Jeudi 2 août, EDF a annoncé avoir arrêté un réacteur nucléaire et réduit la puissance de deux autres le long du Rhône afin de limiter l’impact sur la température de l’eau. Le lendemain, l’un des réacteurs de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) était à son tour stoppé. 

Cette eau, utilisée pour refroidir les réacteurs, n’est pas polluée, mais elle est rejetée à une température bien supérieure à celle de son prélèvement. Une situation qui concerne aussi des zones qui, jusqu’à présent, étaient protégées de ce type de phénomène climatique. Ainsi, fin juillet, la Finlande a dû ralentir la production d’un réacteur, qui rejetait dans la mer de l’eau à 32 oC. Des centrales allemandes et suédoises ont également été contraintes de réduire leur production à cause de la vague de chaleur.

Privilégier une localisation en bord de mer

De fait, le parc nucléaire actuel a été conçu à une époque où la compréhension du changement climatique était bien moins développée. Or l’impact de températures élevées peut poser d’autres difficultés aux centrales. Si l’eau pompée dans un fleuve ou dans la mer est à une température trop élevée, elle ne joue plus de manière efficace son rôle de refroidissement. De même, si le cours d’un fleuve devient trop bas, la centrale ne peut plus prélever suffisamment d’eau, car elle risque d’assécher le fleuve en question. Un problème qui ne concerne pas la Loire ou le Rhône, mais qui peut toucher la Vienne, sur les bords de laquelle se trouve la centrale de Civaux.

Pierre-Franck Chevet, le président de l’Autorité de sûreté nucléaire, a estimé en juin, devant la commission d’enquête parlementaire sur le nucléaire, que « les risques liés au changement climatique global, notamment en cas de canicule et de sécheresse, [avaient] bien été envisagés ». « Les sites en bord de rivière identifiés comme les plus sensibles sont ceux de Civaux, Bugey, Saint-Alban, Cruas, Tricastin, Blayais, Golfech et Chooz »,précisait-il toutefois.

La commission d’enquête a d’ailleurs expressément demandé à EDF d’apporter « la preuve que les réacteurs sont en mesure de résister à tout aléa climatique combinant plusieurs facteurs (canicule, sécheresse, etc.) et affectant plusieurs centrales simultanément ».

A l’avenir, les centrales ne pourront probablement plus être localisées près de cours d’eau dont le débit est trop faible et devront privilégier une localisation en bord de mer. C’est notamment le cas de l’EPR de Flamanville (Manche), le seul réacteur en construction en France, qui devrait être opérationnel en 2020.


Lire la suite : Les centrales nucléaires peuvent-elles survivre au changement climatique ?


Articles en Relation

Pourquoi les énergies renouvelables gonflent la facture d’électricité Le soutien public à l’éolien et au solaire ces dernières années se traduit par une augmentation continue de la fiscalité sur l’électricité. Une haus...
Electricité : la France pourrait atteindre 85 % de renouvelables en 2050, selon ... Dans une étude présentée lundi, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie estime que l’Hexagone pourrait quasiment sortir du nucléa...
Canicule : la climatisation accroît la consommation électrique La canicule n’échauffe pas seulement les esprits. Elle pèse aussi lourdement sur la consommation et la production d’électricité. Après avoir battu d...
Jean-Baptiste Fressoz : « La “justice” climatique n’est pas un vain mot » Alors que l’ONU recense, à travers la planète, 900 « procès climatiques » en 2017, l’historien rappelle, dans sa chronique au « Monde », la genèse d...
Carburants : comment s’y retrouver après les changements de noms A partir du 12 octobre, des sigles remplaceront les noms actuels dans toutes les stations-service de l’UE. A partir du 12 octobre, plus de sans-plo...
Comment les Etats-Unis comptent sauver leurs vieilles centrales thermiques à cha... Une nouvelle directive prévoirait d’annuler les restrictions de pollution produite par les centrales à charbon, une des sources d’énergie les plus p...