L’ère révolue de l’acronyme « GAFA »

Economie

Regrouper Google, Apple, Facebook et Amazon n’a plus de sens, tant leurs défis divergent.

« Le doute gâte la foi, comme le sel gâte le miel. » Les observateurs du Nasdaq, la Bourse américaine des valeurs technologiques, pourraient méditer ce proverbe algérien.

D’un été marqué par le décrochage de l’action Facebook (? 17 % en un mois), puis la consécration d’Apple, première entreprise à dépasser les 1 000 milliards de dollars (870 milliards d’euros) de valorisation, les investisseurs semblent avoir perdu leurs certitudes. Leur foi dans les « GAFA » (acronyme utilisé en Europe pour désigner Google, Apple, Facebook et Amazon) vacille.

« L’heure du réveil a sonné. On ne peut plus parier aveuglément sur ces valeurs », résumait Ari Shrage, le patron d’Aliya Capital cité par le Financial Times après la chute du titre Facebook, le 26 juillet. « On dirait que c’est le début de la fin de l’ère des “GAFA” », proclamait même Mike O’Rourke, chargé de la stratégie marchés chez JonesTrading. En fait, les investisseurs se font à l’idée que les trajectoires de ces groupes sont appelées à diverger.

Certes, leurs points communs sont nombreux : ces sociétés à forte valeur technologique, conçues comme des plates-formes, ont rapidement réussi à asseoir leur domination à l’échelle mondiale. Elles demeurent les quatre fleurons les plus rutilants de la Bourse américaine, avec des capitalisations excédant les 500 milliards de dollars. Et leur rythme de croissance est toujours insolent (+ 96 % pour Amazon sur les douze derniers mois, + 21 % pour Alphabet, maison mère de Google, + 35 % pour Apple).

Cela dit, les défis à relever pour continuer à entretenir cette dynamique sont très différents. En outre, leur horizon paraît plus ou moins dégagé.

Facebook multiplie les faux pas

Celui de Facebook est de loin le plus bouché. Accusée de propager des fausses informations (lors du référendum sur le Brexit, en juin 2016, ou lors de l’élection présidentielle américaine, en novembre de la même année) et de ne pas...


Lire la suite : L’ère révolue de l’acronyme « GAFA »


Articles en Relation

Les incertitudes de la taxe franco-française sur les GAFA Le dispositif est censé rapporter 500 millions d’euros en 2019, mais ses contours et sa mise en œuvre restent à déterminer. C’est l’une des conséqu...
« L’Europe doit récupérer sa souveraineté fiscale » Trois députés européens estiment dans une tribune au « Monde » que les ministres des finances européens doivent adopter sans délai la taxe sur les ser...
Amazon devient l’entreprise privée la plus chère au monde Microsoft, avec ses 783 milliards de dollars de valorisation boursière, perd ainsi la couronne qu’il avait lui-même dérobée à Apple fin novembr...
Sur « Apple News », beaucoup de magazines, peu de journaux et des données sécuri... Le bouquet rassemble plus de 300 titres, en majorité des magazines, mais suscite la méfiance des quotidiens américains. Avec la vidéo à la demande ...
« Baisser le salaire des députés et ministres » : une solution simpliste, partag... Une publication suggérant de moins payer les élus a été largement partagée en ligne. Mais outre qu’elle évoque un exemple belge, cette idée n’engend...
Jeff Bezos, PDG d’Amazon et propriétaire du « Washington Post », trahi par le fr... Le « National Enquirer » aurait versé 200 000 dollars à Michael Sanchez, le frère de Lauren Sanchez, pour obtenir les textos évocateurs de l’homme l...