En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales, des publicités ciblées et analytique. Pour continuer à utiliser ce site, vous devez cliquer sur le bouton "J'accepte les cookies". Si vous refuser vous devez cliquer sur le bouton "En savoir plus" et modifier les options de votre navigateur.

Le trou dans la couche d’ozone se referme lentement mais sûrement

Environnement

La couche d'ozone exerce son effet protecteur sur la vie sur Terre en limitant son exposition aux rayons ultraviolets. Et, une fois n'est pas coutume sur le front de la protection de l'environnement, les nouvelles en la matière sont bonnes, assure un comité scientifique. Le trou se referme, à son rythme, mais de manière régulière.

Depuis les années 1980, la couche d’ozone stratosphérique est surveillée de près. Car pendant des années, des produits chimiques présents dans les aérosols, climatiseurs et autres réfrigérateurs - des chlorofluorocarbures et des hydrochlorofluorocarbures - l'ont mise à mal. Y creusant un trou béant. En 1987, le protocole de Montréal a interdit l'usage des principaux produits responsables de ce trou dans la couche d'ozone. Et les bienfaits de cette interdiction n'ont pas tardé à se faire sentir.

Aujourd'hui, un rapport d'experts mandatés par les Nations unies se montre particulièrement optimiste. Depuis 2000, la couche d'ozone s'est reconstituée à un rythme de 1 à 3 % par décennie. De quoi espérer revenir au niveau des années 1980 dès la décennie 2030 concernant l'hémisphère Nord. Plutôt dans les années 2050 pour l'hémisphère Sud et une dizaine d'années plus tard du côté des régions polaires.

Le protocole de Montréal, l’action mondiale la plus réussie ?

Certains sont déjà prêts à qualifier le protocole de Montréal d'action mondiale en faveur de la protection de l'environnement la plus réussie de l'histoire. « Mais il ne faut pas crier victoire trop vite », mettent en garde les scientifiques. Des études récentes rapportent en effet une augmentation inquiétante des concentrations atmosphériques de CFC-11, l'une des substances interdites par le protocole.

Les experts remarquent par ailleurs que le rétablissement de la couche d'ozone au-dessus de l'Antarctique pourrait y aggraver les effets du changement climatique. Reste à savoir à quel point...


Lire la suite : Le trou dans la couche d’ozone se referme lentement mais sûrement


Articles en Relation

Napoléon aurait perdu à Waterloo... à cause d'un volcan La colossale éruption du Tambora survenue en Indonésie, le 5 avril 1815, aurait provoqué des pluies diluviennes en Europe, contribuant deux mois p...
Éruption du volcan Agung : l'aéroport de Bali à nouveau perturbé Une reprise de l'activité éruptive du volcan Agung, à Bali, a conduit les autorités à fermer temporairement l'aéroport international avant de le r...
Dinosaures : 7 sites remarquables en France La France est une terre de dinosaures, où des découvertes importantes, de renommée internationale, ont été réalisées. Voici sept sites remarquable...
Potagers urbains : la consommation des légumes est-elle sûre ? En mars, c'est le moment de réfléchir aux plantations du jardin. Sur la terrasse où le balcon, l'heure est à la préparation des bacs et des pots. ...
Les bactéries rythment la météo et se déversent par milliers au sol Pluie, neige ou grêle, les précipitations pourraient bien être gouvernées par les bactéries. C'est ce qu'indiquait une étude de 2013, corroborant ...
En vidéo : les spectaculaires éruptions du Kilauea et son lac de lave Le Kilauea est situé dans le sud-est de l'île d'Hawaï. On le considère comme l'un des volcans les plus actifs de la planète avec le Piton de la Fo...