Le rap est-allemand, nostalgie d'un pays que les jeunes n'ont jamais connu

Sociétés

Trente ans après la chute du mur de Berlin, les odes à la RDA rencontrent un surprenant succès auprès d'une génération qui n'a jamais connu son pays scindé en deux.

Hendrik Bloz rit. Sur son smartphone, une vidéo montre le rappeur allemand Finch Asozial sur une vieille moto est-allemande, au milieu des Plattenbauten, des logements sociaux typiques de la RDA. «Quelle dégaine! Il est habillé comme mon père», commente le jeune homme de 31 ans originaire de Leipzig. Connu pour sa coupe de cheveux mulet, son look des années 1980 et ses textes humoristiques, Finch Asozial est pour Hendrik un exemple emblématique du rap est-allemand actuel. Il parle à la jeunesse d'une époque qu'elle n'a pas connue ou dont elle ne se rappelle pas, quand l'Allemagne de l'Est était un pays à part entière.

Hendrik n'avait qu'un an au moment de la chute du mur de Berlin, le 9 novembre 1989. Il n'a aucun souvenir du temps où l'Allemagne était divisée en deux pays, la République fédérale d'Allemagne (RFA) à l'ouest et la République démocratique d'Allemagne (RDA) à l'est. Il se sent pourtant Est-allemand, ou Ossi, pour reprendre l'appellation populaire. Lui-même rappeur, il écrit régulièrement des textes sur ses origines avec son groupe Zugezogen Maskulin, sous le pseudonyme de Testo.

Attention, le clip peut heurter les sensibilités.

«Une grande partie de la jeunesse est-allemande se définit comme Ossi, même si elle n'a jamais vécu aux temps de la RDA», assure la sociologue Susanne Rippl, chercheuse à l'université de Chemnitz. Le phénomène n'est pas nouveau. Dès le début des années 2000, les rappeurs Dra-Q ou Joe Rilla revendiquaient avec fierté leur identité est-allemande.

Mais pour la spécialiste de l'Allemagne de l'Est il y a, depuis deux ou trois ans, un «véritable retour en force» de ce sentiment d'appartenance régionale. «C'est, selon moi, un mécanisme de protection contre l'image négative que l'on a de l'Est depuis les succès récents de l'extrême droite dans la région. Cela reflète un désir de créer un pendant positif, très souvent en lien avec une vision nostalgique de la vie en RDA, où les gens étaient soi-disant plus honnêtes, moins compétitifs.»

«J'apprécie sa vision de l'Est, mais ça n'a pas beaucoup de rapport avec l'Allemagne d'il y a trente ans.»
Sophie, 22 ans, originaire de Blankenburg (Saxe)

Le rappeur Finch Asozial l'a bien compris. Avec des chansons comme «Ostdeutschland» (Allemagne de l'Est) où il affirme que «seuls les Allemands de l'Est peuvent faire la fête toute la nuit / comme autrefois avant la réunification», le chanteur de 29 ans s'est créé une importante communauté de jeunes fans. La plupart de ses vidéos YouTube sont vues par plus d'un million de personnes et ses concerts affichent complets.

«J'aime beaucoup son humour. Et puis, il vient de ma région», explique Phillip, 27 ans, qui vit à Bredow, dans le Brandebourg et a rencontré le chanteur trois fois. «Je m'identifie beaucoup à ses textes, surtout lorsqu'il parle de valeurs importantes pour moi, comme l'amitié», affirme quant à elle Sophie, 22 ans, originaire de Blankenburg, en Saxe. «J'apprécie sa vision de l'Est.» La jeune fan se sent est-allemande, «mais ça n'a pas beaucoup de rapport avec la partition de l'Allemagne, il y a trente ans». Elle a surtout l'impression qu'il y a, dans l'ex-RDA, «une mentalité et des valeurs» différentes.

Recherche d'identité

Si Finch Asozial et d'autres ont tant de succès, c'est avant tout parce qu'une partie de la génération post-mur de Berlin est en pleine «recherche d'identité», pour reprendre les mots de Susanne Rippl. Ces jeunes n'ont pas connu la RDA, mais leurs parents, leurs proches, leurs instituteurs ont vécu à cette époque. Ils leur ont en partie transmis leur conception du monde, souvent très critique vis-à-vis du capitalisme. «Le communisme a laissé des traces», confie Hendrik. «Ça n'a pas changé comme ça, du jour au lendemain, avec la chute du Mur. Ca a pris beaucoup plus de temps.»

Même les plus jeunes, né·es au début des années 2000, s'interrogent encore sur leurs origines et leur place dans la société. «Il faut distinguer les jeunes Allemands issus de migrations récentes et ceux qui ne le sont pas», nuance le rappeur Paliwo, 28 ans, qui anime des ateliers hip-hop à Dresde avec des jeunes de 15 à 18 ans. «Les premiers considèrent qu'ils sont en Allemagne, point. Ils ne font pas de différence entre l'Est et l'Ouest. Les autres ont en revanche l'impression que l'Est fait partie de leur vie et ils veulent rapper pour en parler.»

«Le rap permet de communiquer, de parler du passé et de promouvoir une société plus ouverte.»
Hendrik Bolz, 31 ans originaire de Leipzig

Car au sein des familles, la vie avant la réunification reste souvent un sujet tabou. Comme l'explique le journaliste Johannes Nichelmann dans son livre Nachwendekinder-Die DDR, unsere Eltern und das grosse Schweigen [Les enfants d'après la réunification. La RDA, nos parents et le grand silence, non traduit en français], beaucoup de parents refusent d'évoquer avec leurs enfants le rôle qu'ils ont joué dans le régime de la RDA.

Nachwendekinder de @JoNichelmann est très bon. Cela éclaire une génération, née à l'Est un peu avant ou après le virage et qui voudrait en savoir davantage. Mais les générations plus âgées restent souvent silencieuses. C'est la raison d'être de mon texte pour @flutermag et de son livre. https://www.fluter.de/buch-nachwendekinder-johannes-nichelmann … Étais-tu dans la Stasi, papa?

Le débat est abordé dans les médias et sur la scène politique, mais les histoires individuelles restent méconnues. «On a eu le nazisme, puis la RDA, rappelle Hendrik Bolz. C'est seulement maintenant, trente ans plus tard, que l'on commence à peine à en discuter.» Pour lui, le rap peut faire avancer les choses. «Cela permet de communiquer, de parler et de promouvoir une société plus ouverte.» C'est surtout l'occasion de s'adresser directement aux habitant·es de l'Est de l'Allemagne. Chose, selon lui, encore trop rare.


Lire la suite : Le rap est-allemand, nostalgie d'un pays que les jeunes n'ont jamais connu


Articles en Relation

Roulez jeunesse! (mais assurez-vous) En France 700 000 conducteurs, particulièrement des jeunes, rouleraient sans assurance auto. Un délit qui entraine amende et suspension de permis. C...
Lettre fictive à mon fils de 20 ans qui n'a jamais existé [BLOG You Will Never Hate Alone] Par la grâce de Dieu, je n'ai pas d'enfant. C'est heureux pour lui et c'est heureux pour moi. Imaginons pour une f...
Que faire si un proche meurt quand on est en voyage ? Faut-il rentrer ou rester ? Doit-on être tenu au courant d'un état de santé qui se dégrade ou faire l'autruche jusqu'à son retour ? C'est une quest...
Cannes, la ville qui tente de survivre à mai J'ai la certitude d'avoir bousculé violemment une petite centaine de touristes. Cannes réussit l'exploit d'être une ville qui n'existe au cinéma qu...
La police écossaise arrête une partie de cache-cache dans un Ikea Des milliers de personnes s'étaient inscrites pour participer. Connus pour leur immensité, les magasins Ikea se révèlent être un terrain de jeu idé...
Le maquillage pour homme finira-t-il par prendre en Occident ? La grande rupture daterait de la Révolution française. À l’heure où l’on parle beaucoup d’égalité entre hommes et femmes subsiste encore un secteur...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA