En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales, des publicités ciblées et analytique. Pour continuer à utiliser ce site, vous devez cliquer sur le bouton "J'accepte les cookies". Si vous refuser vous devez cliquer sur le bouton "En savoir plus" et modifier les options de votre navigateur.

Le parlement catalan décide si Puigdemont peut briguer la présidence - Le Point

Actualités

L'indépendantiste catalan Carles Puigdemont est arrivé lundi au Danemark pour un premier voyage hors de Belgique qui l'expose au risque d'être arrêté, alors même que le président du parlement à Barcelone doit décider s'il peut briguer la présidence de la Catalogne.

En exil volontaire en Belgique depuis le 30 octobre, le président catalan destitué par Madrid Carles Puigdemont a confirmé son arrivée à Copenhague sur son compte Twitter, en annonçant sa participation à un colloque sur la Catalogne et l'Europe à la mi-journée.

Le parquet espagnol a immédiatement annoncé avoir requis l'activation d'un mandat d'arrêt européen le visant afin de demander à l'autorité judiciaire danoise son arrestation.

Il appartient désormais au juge de la Cour suprême chargé d'instruire l'enquête sur M. Puigdemont et le noyau dur indépendantiste catalan de décider s'il suit ces réquisitions.

Simultanément à Barcelone, le chef du parlement catalan, l'indépendantiste Roger Torrent, préparait lundi matin les derniers détails de sa décision qu'il devait annoncée à 11H30 (10H30 GMT).

Réélu député régional le 21 décembre, M. Puigdemont est actuellement le seul candidat à la présidence du gouvernement catalan, trois mois après la tentative de sécession infructueuse ayant secoué la Catalogne et l'Espagne en octobre.

En Belgique, M. Puigdemont n'est pas recherché par la justice espagnole, notamment pour éviter des divergences d'interprétation entre juges belges et espagnols sur la gravité des délits qui lui sont reprochés, dont celui controversé de "rébellion". 

M. Puigdemont est poursuivi pour "rébellion", "sédition" et "malversation de fonds" en lien avec la tentative de sécession du 27 octobre, comme son vice-président Oriol Junqueras, resté en Espagne et incarcéré depuis plus de deux mois.

Les indépendantistes ont retrouvé le 21 décembre une majorité en sièges au parlement catalan et les deux principales formations séparatistes soutiennent la candidature de M. Puigdemont.

Mais celle-ci s'avère particulièrement problématique.


Lire la suite : Le parlement catalan décide si Puigdemont peut briguer la présidence - Le Point


Articles en Relation

Incarcération ou non ? Le Catalan Puigdemont devant la justice allemande - Le Po... Le chef indépendantiste catalan Carles Puigdemont doit comparaître lundi devant un juge en Allemagne après son arrestation, un rendez-vous qui marqu...
La justice espagnole retire les mandats d'arrêt internationaux contre Puigdemont Le juge espagnol chargé de l'enquête sur la tentative de sécession de la Catalogne a retiré les mandats d'arrêt internationaux contre l'ex-président...
Madrid prêt à prendre le contrôle de la Catalogne - Le Figaro L'accord de dernière minute n'a pas eu lieu. Après des tergiversations innombrables, le président catalan a exclu de convoquer des élections régio...
Mali : une présidentielle marquée par des sabotages et une faible participation Malgré la présence renforcée des forces de sécurité lors de l'élection présidentielle organisée au Mali, dimanche, des violences jihadistes ont été ...
Le président brésilien Michel Temer renonce à se présenter pour un nouveau manda... Le président brésilien Michel Temer a lancé mardi la candidature de son ex-ministre des Finances Henrique Meirelles pour la présidentielle d'octobre...
L'élection la plus sanglante de l'histoire du Mexique Depuis septembre 2017, au moins 48 candidats ou pré-candidats à une élection ont été assassinés. De nombreux autres ont été agressés. Le 1er juillet...

ACTUALITÉS LES DERNIÈRES INFOS