En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales, des publicités ciblées et analytique. Pour continuer à utiliser ce site, vous devez cliquer sur le bouton "J'accepte les cookies". Si vous refuser vous devez cliquer sur le bouton "En savoir plus" et modifier les options de votre navigateur.

La rubrique nécrologique, la page la plus importante d'un journal

Sociétés

Même si j'ai cessé d'acheter physiquement des journaux, je continue à les lire avec la même voracité d'antan. Impossible de commencer la journée sans cette prière matinale, où dans la douce lumière du matin, parmi les odeurs de café et de tartines grillées, encore tout chaud d'un sommeil plus ou moins réparateur, je reprends contact avec le monde extérieur et parcours les nouvelles du jour ou de la veille.

La plupart du temps, le monde ne m'a pas attendu pour poursuivre sa course dans les abîmes : partout, des quatre coins de la planète, les assassinats de masse, les morts accidentelles, les feux de forêts, les calamités naturelles, les révoltes réprimées dans le sang, les faits divers sordides, les attentats scandent la furie d'un monde perdu à lui-même où l'homme se débrouille pour subsister.

Lorsque j'arrive à la rubrique nécrologique, j'ai déjà dû décompter des morts par milliers mais ce sont là des morts imaginaires, des morts sans visage, sans âme, des morts indifférentes, des morts par mésaventure dont finalement je ne fais pas grand cas : la compassion n'est pas universelle, elle n'est pas infinie non plus, elle se tient en retrait quand il s'agit de destins si éloignés de nous, de notre quotidien, que nous ne parvenons à entendre l'écho de leurs tragédies.

Tout différents sont les morts des pages nécrologiques. Voilà des morts qui nous sont par essence familières. Comment ne pas être ému aux larmes quand nous lisons le faire-part d'une jeune femme, trente ans à peine, fauchée en plein cœur de sa jeunesse triomphante, qui laisse derrière elle pour seul héritage un veuf et deux enfants? Chienne de vie pensons-nous alors. Comment peut-on disparaître si tôt? À quel mal a-t-elle bien pu succomber? Est-ce un banal accident de voiture ou une maladie au long cours qui finalement aura eu le dernier mot?

Un homme, une femme s'en sont allés avant même que leur vie ne commence. On se revoit à leur âge et on frissonne en pensant à toutes ces années déjà vécues, déjà passées, à celles qui nous restent, le temps va si vite, le temps va trop vite, le temps, le temps, le temps.

D'autres ont eu plus de chance. Voilà qu'est annoncé le décès de René M., mort dans sa quatre-vingt-quinzième année. La liste des membres de la famille remonte jusqu'aux arrières-petits-enfants. Elle est interminable. Elle occupe la moitié d'une page. Elle est la vie qui résiste. Elle est la vie qui triomphe. Elle est le perpétuel mouvement de l'existence qui va de morts en morts, de cimetières en cimetières, et ne s'arrête jamais. Arriverai-je moi aussi à un âge aussi vénérable, se demande-t-on? On en vient presque à le jalouser, la mort a dû lui être douce à ce vieil homme, il se sera éteint dans la paix et l'amour de sa famille, il aura eu le temps de dire adieu, de réfléchir à sa vie passée et de remercier le temps de l'avoir épargné de la sorte.


Lire la suite : La rubrique nécrologique, la page la plus importante d'un journal


Articles en Relation

Musique: malheureusement, les instruments ont un sexe Quand j’étais petite, je vénérais mes Barbies (surtout le camping-car), ma couleur préférée c’était le rose, j’adorais me déguiser en princesse, et ...
Comment Twitter est devenu le havre de paix des kikoolol Il y a quelques années, Facebook était la plateforme préférée des ados kikoolol: statuts et posts pour exprimer leurs sentiments, pour parler de leu...
Avec YouTube, «à 12 ans, elles sont déjà plus expertes que nous en maquillage» Elles ont entre 9 et 14 ans et maîtrisent déjà mieux que les adultes les techniques de maquillage les plus sophistiquées. Il y a celles qui viennen...
Les produits laitiers pourraient devenir un luxe pour les Britanniques après le ... Le gouvernement de Theresa May est de plus en plus fragile. Les démissions de David Davis, ex-ministre du Brexit et de Boris Johnson, ex-ministre de...
L'effroyable empreinte carbone des super-héros Géologue et enseignant à l'Université de Stanford, Miles Traer tient aussi un blog très visité sur lequel il étale ses connaissances et découvertes ...
Pourquoi déteste-t-on les beaufs?* *Hommes ou femmes. Non, Slate ne déteste pas les beaufs. Notre série «Pourquoi déteste-t-on les…?» recense les préjugés les plus courants pour ...

PLUS D'ARTICLES


ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA