En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales, des publicités ciblées et analytique. Pour continuer à utiliser ce site, vous devez cliquer sur le bouton "J'accepte les cookies". Si vous refuser vous devez cliquer sur le bouton "En savoir plus" et modifier les options de votre navigateur.

La «mèche lente» du terrorisme va-t-elle faire exploser la présidentielle?

Sociétés

Récemment, un professeur d'histoire de Princeton, David A. Bell, citait une remarque que lui avait adressée un ami français:«Daech n’a pas encore voté à l’élection.» À 24 heures de la clôture de la campagne officielle, ce que beaucoup craignaient s'est produit: le terrorisme a fait irruption dans la dernière ligne droite de la présidentielle avec l'assassinat d'un policier sur les Champs-Élysées par un homme qui, avant d'être abattu par la police, a grièvement blessé deux autres policiers et, plus légèrement, une touriste. Une attaque revendiquée de manière éclair par l'organisation État islamique, tandis que François Hollande s'est dit «convaincu» qu'elle était «d'ordre terroriste» et que des sources proches de l'enquête ont affirmé à l'AFP que le suspect, un Français de 39 ans, faisait déjà l'objet d'une enquête antiterroriste.

Cette attaque survient alors qu'un quart à un tiers des électeurs, selon les estimations des différents instituts de sondages, sont incertains de leur choix de dimanche, et que le terrorisme, et la sécurité en général, font partie des sujets essentiels de la campagne (même s'ils cédaient jusqu'ici la première place à l'emploi). Et elle arrive dans une France qui a en mémoire, dans des années où elle n'avait pas encore à vivre au quotidien avec le terrorisme, la série d'événements sanglants qui avait scandé la marche vers le 21 avril 2002 (tuerie de Nanterre, attaque du commissariat de Vannes à la kalachnikov, agression du retraité Paul Voise...). L'épaisseur de la menace terroriste dans cette dernière ligne droite est par exemple attestée par l'intéressant article qu'y consacrait, il y a quelques jours, le juriste Cédric Mas sous cette question que toute la France va se poser pendant quarante-huit heures: «Un attentat terroriste peut-il changer le résultat d'une élection?»

«Attribuer une plus grande importance aux événements politiques proches»

Premier constat: il pourrait pousser certains électeurs, a minima, à se déplacer jusqu'à leur bureau de vote. Dans une étude menée en 2013, trois chercheurs américains en science politique, Joseph Robbins, Lance Hunter et Gregg R. Murray, voyaient «les attaques terroristes comme des événements politiques nouveaux et menaçants qui provoquent une anxiété dans l'électorat qui, en retour, amène les individus à examiner leur environnement politique de plus près et à attribuer une plus grande importance aux événements politiques proches».

Selon leur étude, menée sur 50 pays et plus de 350 scrutins, le terrorisme pousse la participation à la hausse d'une poignée de points car, quand «les citoyens se sentent de plus en plus menacés par leur environnement [...], ils deviennent plus enclins à participer au processus politique afin de s'assurer que leur voix sera entendue». Une conclusion qu'un des auteurs résumait d'une formule optimiste, deux jours après les attentats commis en région parisienne le 13 novembre 2015: «Les terroristes l'emportent-ils? Si la réponse se mesure à leur capacité à décourager le vote dans les démocraties, la réponse est clairement “non”.»


Lire la suite : La «mèche lente» du terrorisme va-t-elle faire exploser la présidentielle?


Articles en Relation

Une opération policière anti-ETA très contestée Cette opération franco-espagnole, présentée comme «un coup» porté à l'ETA, a viré à l'imbroglio après l'interpellation de militants de la société ci...
Daech a perdu de nombreux points d'appui En décembre 2016, l’Etat islamique (EI) est chassé de Syrte, ville libyenne du bord de la Méditerranée. C’est un coup dur pour l’organisation. L’EI ...
Les brûlures algériennes: comment défendre des terroristes Au cours de la guerre d'Algérie, le terrorisme fait partie de l'arsenal tactique du conflit: si l'OAS tente de déclencher une guerre civile franco-f...
Voici l'ALF, le front partisan d'une défense musclée de la cause animale En plein milieu de la nuit, sur une petite route de campagne vers Compiègne. Une dizaine d’individus habillés en noir, et cagoulés, se répartissent ...
La France est-elle inféodée à son industrie de l'armement ? Si un secteur ne connaît pas la crise en France, c’est l’industrie de la défense. Entre 2011 et 2016, la France a enregistré une hausse de 45% de se...
Ground Control: pour la SNCF, la nouvelle vie du rail passe par les hipsters Par la magie des cycles de la mode, les Parisiens rejouent la même scène estivale chaque été. Telle une seule paire de Stan Smith surmontée d’un tot...