La malbouffe affecte notre cerveau en trois jours seulement

Santé

Les travaux qui font le lien entre malbouffe et obésité sont légion. Mais ils sont moins nombreux à expliquer comment une mauvaise alimentation affecte notre cerveau. Aujourd'hui, des chercheurs décryptent un mécanisme qui se joue au cœur de notre hypothalamus, et ce, dès trois jours après l'adoption d'un régime riche en graisses.

Manger trop gras et trop sucré fait grossir. Tout le monde le sait. Ce qui est moins clair en revanche, c'est l'effet que la malbouffe peut avoir sur notre cerveau. Mais aujourd'hui, des chercheurs de l'université de Yale (États-Unis) nous apprennent qu'un régime riche en graisses et en glucides provoque une inflammation de l'hypothalamus en seulement trois jours.

Rappelons que l'hypothalamus contrôle quelques fonctions vitales telles que la soif et la faim. Le plus surprenant reste donc que cette région de notre cerveau réagisse aussi rapidement à la malbouffe. Un processus que les chercheurs tentent d'expliquer.

Cette étude montre qu’il existe des mécanismes cérébraux qui s’activent lorsque nous nous exposons à un certain type d’aliments. © Tijana, Fotolia

Cette étude montre qu’il existe des mécanismes cérébraux qui s’activent lorsque nous nous exposons à un certain type d’aliments. © Tijana, Fotolia

Une protéine au cœur du processus

Ils ont découvert que des modifications de structure se produisaient parmi les cellules microgliales des animaux testés. Ces cellules constituent la première ligne de défense du système nerveux central qui régule l'inflammation. L'activation de la microglie semble due à des modifications du côté des mitochondries, des organites qui aident notre corps à tirer de l'énergie de la nourriture que nous consommons.

Les mitochondries étaient considérablement plus petites chez les animaux soumis à un régime riche en graisses. Un changement de taille dû à une protéine (UCP2) et affectant le fonctionnement de l'hypothalamus. De sorte que les animaux étaient tentés de manger toujours plus. Mais une fois le mécanisme bloqué par le retrait de la protéine, les mêmes animaux parvenaient à manger moins.


Source : La malbouffe affecte notre cerveau en trois jours seulement


Articles en Relation

Nous mangeons plus entre amis ou en famille que tout seul Une récente revue de la littérature scientifique confirme ce que nous remarquons quasiment tous dans nos vies personnelles : nous mangeons plus en...
Un régime riche en flavonoïdes pourrait réduire la mortalité globale Une nouvelle étude d'observation soutient que la forte consommation de flavonoïdes est inversement corrélée à la mortalité, surtout chez les fumeu...
16 nouveaux virus géants découverts dans des sols forestiers Des chercheurs américains ont découvert par hasard 16 nouveaux virus géants dans le sol de la forêt de Harvard. Certains d'entre eux possèdent les...
Les aliments ultratransformés augmentent le risque de mortalité Le lien de cause à effet entre la consommation d'aliments ultratransformés et la santé reste encore difficile à établir. Cependant, la vaste étude q...
Les aliments ultra-transformés augmentent le risque de mortalité et de maladies ... Une recherche parue cette semaine dans BMJ a trouvé un risque accru de maladies cardiovasculaires chez les consommateurs d'aliments ultra-transfor...
Un seul verre de boisson sucrée par jour augmente le risque de cancer Une augmentation de 18 % du risque de cancer a été observée chez les consommateurs de boissons sucrées, ceci pour l'absorption d'un modeste petit ...