La cryothérapie n'est pas sans risques, alerte l'Inserm

Santé

Depuis longtemps, le froid est utilisé localement pour apaiser les douleurs et depuis quelques années déjà la cryothérapie, qui consiste à exposer le corps tout entier ou partiellement quelques minutes à un froid extrême, est à la mode dans de nombreux centres. Des chercheurs de l'Inserm se sont penchés sur les effets de cette technique et ont publié hier leur rapport.

En 2010, l'Inserm et la Direction générale de la santé (DGS) ont signé une convention de partenariat dont le cadre vise à évaluer l'intérêt pour la santé des médecines dites non conventionnelles pratiquées en France. Dans un nouveau rapport publié jeudi, les chercheurs de l'Inserm se sont penchés sur la cryothérapie, une technique exposant l'organisme pendant 2 à 3 minutes à un froid intense allant de -110 à -170 °C.

À l'origine destinée aux sportifs de haut niveau, afin de prévenir ou traiter les douleurs musculaires après l'exercice, cette pratique est désormais proposée dans le cadre de maladies inflammatoires ou neurologiques, voire en dehors de tout contexte pathologique.

S

S'exposer à un froid extrême peut présenter des risques. © Scott Rodgerson on Unsplash, Inserm

Des effets secondaires bien réels, selon l'Inserm

Après analyse de la littérature scientifique publiée sur ce sujet et des témoignages d'experts ou de patients, le rapport de l'Inserm conclut que les résultats en faveur d'un effet positif de la cryothérapie sont modestes et mesurés et uniquement à très court terme.

D'autre part, la qualité méthodologique des études existantes est insuffisante, ce qui doit amener « à relativiser d'autant plus les effets positifs rapportés », estiment les chercheurs qui alertent également sur le fait « qu'en tout état de cause, la cryothérapie ne peut en aucune façon revendiquer de traiter efficacement des cancers ou d'autres pathologies somatiques sévères ».

La cryothérapie corps entier pose par ailleurs d’authentiques problèmes de sécurité

D'après les chercheurs, la cryothérapie corps entier pose par ailleurs d'authentiques problèmes de sécurité. Des effets secondaires bien réels ont été rapportés (brûlures, maux de tête, urticaire chronique au froid...). Enfin, le rapport conclut qu'il est indispensable de mieux étudier et évaluer la cryothérapie du corps entier en rendant possible les conditions de ces évaluations.


Source : La cryothérapie n'est pas sans risques, alerte l'Inserm


Articles en Relation

Café : plus de 3 tasses par jour favoriseraient les migraines D'après une étude de Harvard sur des patients migraineux, une à deux tasses de café par jour n'augmentent pas le risque de migraine. Mais à partir...
Science décalée : le smartphone transforme la main humaine D'après une étude britannique, 5 % de la population aurait un pouce plus gros que l'autre à cause de l'usage du smartphone. Les jeunes sont les pl...
Science décalée : la voix de Freddie Mercury décryptée Le chanteur mythique du groupe Queen est au cœur d'une publication scientifique qui s'est intéressée à ses performances vocales exceptionnelles, d...
16 nouveaux virus géants découverts dans des sols forestiers Des chercheurs américains ont découvert par hasard 16 nouveaux virus géants dans le sol de la forêt de Harvard. Certains d'entre eux possèdent les...
Douleur : un nouveau circuit neuronal identifié D’après des chercheurs de Harvard, il existe deux circuits de la douleur : le premier permet une réaction immédiate, tandis que le second sert à gér...
Le potentiel infini des océans pour la médecine en quelques chiffres Champ de bataille pour les éponges, les étoiles de mer, les coraux et autres organismes fixés sur les fonds marins et recourant pour se défendre à...