La chute des rendements de l’assurance-vie s’accélère

Economie

Swiss Life et Generali serviront du 1 % sur leurs fonds en euros au titre de 2019. Allianz annonce aussi une forte baisse de rendement.

Les épargnants le savent. Ils sont les grands perdants de l’environnement de taux d’intérêt très bas, comme l’atteste la rémunération du Livret A, maintenue à 0,75 % depuis août 2015. Les assureurs avaient, jusqu’à présent, préservé un rendement attrayant pour les contrats d’assurance-vie investis dans des fonds « en euros », le placement préféré des Français, parce qu’il est à la fois sans risques, à taux garanti, et que l’argent reste accessible à tout moment. En 2018, les compagnies avaient pu servir une rémunération moyenne de 1,8 %, grâce au stock d’obligations anciennes (émises par les Etats et par les entreprises), à bon rendement, qui composent une grande part de ces fonds en euros.

Mais un tournant brutal est attendu pour 2019. Lundi 2 décembre, le directeur général d’Allianz France, Jacques Richier, a annoncé « une baisse plus forte que l’an dernier du rendement » de ses contrats d’assurance en fonds euros au titre de 2019. Il avait, pour 2018, accusé un recul de 0,2 point. Fin novembre, deux autres assureurs ont annoncé un décrochage de la rémunération de leurs fonds euros, avec un taux de 1 % chez Generali France – contre 1,75 % en 2018 – et chez Swiss Life – 1,5 % l’an dernier.

La filiale française d’Allianz, géant allemand de l’assurance, a également prévenu qu’elle plaçait des barrières à l’entrée de ses contrats. La souscription ne sera plus ouverte qu’à des clients apportant un capital minimal de 30 000 euros et disposés à en placer au moins 30 % « en unités de compte », ces supports intégrant une part de risque, investis notamment en actions. « Si le client recherche une sécurité totale, qu’il ne veut que du fonds euro, nous ne serons pas en mesure de répondre à sa demande », a expliqué le patron d’Allianz France.

Chute du ratio de solvabilité II

Pourquoi les assureurs effectuent-ils un tel changement de stratégie ? Pour proposer à leurs clients des produits sans aléas, à taux garanti, les compagnies investissent sur des placements peu risqués, essentiellement des obligations d’Etat. Mais celles-ci ne rapportent aujourd’hui plus rien. Ces derniers mois, la France a même émis des obligations à rendement négatif. « Si les taux restent à leur niveau actuel, sur le long terme, les rémunérations vont tendre vers zéro », prévient Philippe Brassac, directeur général du Crédit agricole SA, dont la filiale Crédit agricole assurances est le deuxième plus gros assureur-vie en France.


Lire la suite : La chute des rendements de l’assurance-vie s’accélère


Articles en Relation

Quand l’assurance-vie vous appauvrit Les rendements de ce placement de « bon père de famille » n’ont pas permis de compenser l’inflation en 2018, qui a atteint 1,8 %. Du jamais-vu depui...
Etats, banques, ménages : les gagnants et les perdants des taux bas Alors que les banques centrales relancent leurs soutiens à l’activité, les économies industrialisées s’enfoncent dans l’ère des taux bas. Si les emp...
Assurance-vie, livret A : des rendements en baisse, une popularité en hausse En dépit d’une baisse de la rémunération de l’épargne non risquée et de la volatilité des marchés, la cote des placements et des investissements pha...
Pékin emploie la diplomatie des gros contrats avec les Occidentaux La Chine a passé une commande historique de 300 Airbus, mais n’a pas encore signé pour une usine de retraitement du combustible nucléaire. Pas enco...
Les Français sont-ils de mauvais épargnants ? Si les ménages sont relativement frileux avec leurs économies, faute d’une culture financière suffisante, les comportements évoluent quelque peu ces...
Pourquoi le taux de votre prélèvement risque encore de changer ? Une baisse de l’impôt sur le revenu est prévue dans la loi de finances de 2020. Le projet de loi de finances en cours de discussion au parlement pr...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA