« Il faut avoir le courage d’engager de puissants mécanismes de péréquation en faveur des territoires pauvres »

Politique

Alors qu’Emmanuel Macron fait étape dans l’Essonne le 4 février pour le grand débat national, le président (LR) du département, François Durovray, dans une tribune au « Monde », prône une meilleure répartition de l’argent public entre les territoires.

Tribune. Pour son grand débat national, Emmanuel Macron a choisi de rendre visite aux Essonniens, lundi 4 février, à Evry-Courcouronnes. Président du département de l’Essonne, je me sens la responsabilité d’apporter une contribution à la résolution de la crise actuelle et de porter la voix des territoires. D’autant plus que mon territoire est un concentré des « trois France » : les intégrés, les invisibles, et les inutiles. Les désespérances à Boutervilliers et aux Tarterêts y côtoient l’excellence à Saclay. Ces situations sont intolérables dans un pays qui s’est construit sur le principe d’égalité.

Ce que nous disent nos concitoyens, c’est qu’ils ne trouvent plus leur place dans le village et qu’ils n’acceptent pas de sortir de l’histoire. C’est un appel au politique avec un grand P car c’est à lui de définir un destin collectif par la conjugaison des destins individuels. La foule n’est pas le peuple : c’est au politique de faire société.

Or, la politique n’est pas seulement décriée. Elle est perçue inutile face aux puissances financières et médiatiques, face aux puissances étrangères qui se moquent des règles environnementales ou de concurrence. Je suis pour ma part convaincu qu’il ne peut exister de démocratie vivante sans pouvoir politique solide. Et les peuples voisins nous ont démontré qu’une démocratie inefficace conduit à la démocrature (un régime qui, sous l’apparence d’une démocratie, fonctionne en réalité comme une dictature).

Place de la politique

Parmi toutes les urgences posées dans le cadre du grand débat national, il en est une qui concerne la place de la politique dans notre société. Cette question peut être tranchée de deux façons. La première est de prendre le risque de la fuite en avant, en détricotant un peu plus la force d’une démocratie représentative par le gouvernement de l’émotion. La seconde est de saisir l’opportunité d’une refondation en s’appuyant sur nos fondamentaux.

Notre pays s’est construit sur la force de trois niveaux de collectivités. Créations révolutionnaires, la commune et le département ont dans leur ADN la cohésion sociale et territoriale. Mais l’Etat les a amputés financièrement par la baisse des dotations et juridiquement par la réduction de leurs compétences. Plus récente, la région a dans son ADN la compétition et la croissance territoriale. Dans un pays ouvert comme la France, elle joue pleinement son rôle pour faire émerger des champions et créer de la richesse. L’Etat, qui devrait à la fois être garant de la cohésion et pleinement engagé dans la compétition, a quant à lui abandonné tout volontarisme politique. Toutes ces collectivités s’appuient sur la légitimité du suffrage universel.


Lire la suite : « Il faut avoir le courage d’engager de puissants mécanismes de péréquation en faveur des territoires pauvres »


Articles en Relation

A Ecouen, lors du « grand débat national » : « C’est tout le système qu’il faut ... Une réunion « préparée à l’arrache », 40 participants, pas de « gilets jaunes » mais pour la maire Catherine Delplat, c’était une expérience satisfa...
Quatre grands thèmes et « des questions essentielles » : la lettre d’Emmanuel Ma... Le président de la République y précise notamment les contours du « grand débat national » qui doit s’ouvrir mardi. Près de deux mois après le débu...
Ces militants qui croyaient en la politique… Un an après la présidentielle, les petites mains des partis restent investies, parfois, ou ont pris du champ, souvent. « Y a des gens qui s’én...
Des « Bleus » 100 % politiques Ils sont décidément formidables, ces Bleus. Non seulement, ils gagnent, non seulement ils assurent à la France sa deuxième Coupe du monde en vingt a...
Les « gilets jaunes » comptent sur l’après-grand débat pour remobiliser Le mouvement s’inquiète des violences en son sein qui ternissent son image et annihilent le soutien d’une partie de l’opinion publique. Chaque same...
Castaner ouvert à un débat sur des quotas pour « d’autres modes d’immigration lé... N’estimant pas nécessaire une nouvelle loi sur l’immigration, le ministre de l’intérieur veut travailler sur la qualité de l’intégration et pas uniq...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA