En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies tiers destinés à vous proposer des vidéos, des boutons de partage, des remontées de contenus de plateformes sociales, des publicités ciblées et analytique. Pour continuer à utiliser ce site, vous devez cliquer sur le bouton "J'accepte les cookies". Si vous refuser vous devez cliquer sur le bouton "En savoir plus" et modifier les options de votre navigateur.

Fusillade de Grasse : Killian voulait «se venger» - Le Parisien

Actualités

Dans le huis clos de sa garde à vue à la police judiciaire de Nice, Killian, 16 ans, s'explique, longuement, méthodiquement sans chercher à esquiver sa responsabilité. L'auteur de la fusillade du lycée Tocqueville à Grasse (Alpes-Maritimes) ne semble cependant pas avoir pris conscience de la gravité de son geste, contrairement à ses parents décrits comme «effondrés» de source proche de l'enquête.

Jeudi, Killian a ouvert le feu — on a dénombré entre 10 et 20 tirs — dans son lycée faisant une dizaine de blessés légers, dont le proviseur, touché au bras. Le comportement héroïque de ce dernier a permis d'éviter un drame. Pour les enquêteurs, le mobile ne fait plus de doute. C'est bien la vengeance qui aurait donné à l'adolescent l'envie de s'en prendre à plusieurs de ses camarades sur lesquels il faisait une fixation. 

Son meilleur ami interpellé

Killian aurait emprunté ses armes — un fusil de chasse, un pistolet d'alarme et un revolver de calibre 22 long rifle — à son père et à son grand-père. Quant à son explosif artisanal, composé de poudre noire, il n'a pas fonctionné. L'adolescent a-t-il bénéficié de complicités ? Vendredi en garde à vue, il avait à coeur de dédouaner son meilleur ami, Lucas, arrêté à la mi-journée après un appel à témoins. Les enquêteurs veulent cerner le type de relations qu'il entretenait avec cet ancien camarade de collège de son âge. 

Vendredi, alors que le lycée Tocqueville était fermé, de nombreux élèves ont souhaité revenir sur le théâtre de la fusillade de la veille. «La nuit n'a pas été facile, les événements sont ancrés dans ma mémoire, admet Mathilde, 17 ans, élève en terminale L. J'entends encore le bruit, les hurlements, les consignes pour se sauver. Ça va me faire du bien de me confier, d'être écoutée.» Pour cette matinée forcément particulière, une cellule d'aide psychologique a été mise en place.


Lire la suite : Fusillade de Grasse : Killian voulait «se venger» - Le Parisien


Articles en Relation

l'esclavage des enfants, réalité jusqu'ici occultée jusqu'ici en Birmanie L'adolescente birmane a le visage couvert de cicatrices, traces des coups de chaînes de vélo infligés par sa famille adoptive. Une semaine après le ...
Vosges : échappé de sa garderie, un enfant de 4 ans meurt noyé dans un canal - l... Vendredi après-midi, un enfant de 4 ans qui se trouvait à la garderie à Charmes, dans les Vosges, a échappé à la vigilance du personnel, rapporte Su...
Le taux de chômage en France atteint son plus bas niveau depuis 2012 - Le Point Le chômage a continué de reculer au début de l'année 2017, atteignant son plus bas niveau depuis 2012, signe que François Hollande a laissé à Emmanu...
Au Zimbabwe, l'eau potable une denrée rare qui se vend en seau Bulawayo (Zimbabwe) (AFP) - Depuis quelques semaines, elle se vend en seau au coin des rues, aussi précieuse qu'une liasse de dollars américains. Da...
Piégés dans le froid de Belgrade, des migrants supplient l'Europe Belgrade (AFP) - "Nous attendons Noël. Peut-être ouvriront-ils les frontières": le Pakistanais Waseem Afridi est un de ces jeunes migrants qui survi...
Les foies gras bulgares et hongrois à l'assaut du monde Milevo (Bulgarie) (AFP) - Associés à des marques françaises, les foies gras bulgares et hongrois ont trouvé leur public en France et les producteurs...

ACTUALITÉS LES DERNIÈRES INFOS