Fadaises, trahison… les explications du président Macron sur l’affaire Benalla

Actualités

Six jours après le début de l'affaire Benalla, le président français est sorti de son silence, mardi soir, devant son gouvernement et sa majorité parlementaire quasiment au grand complet. "S'ils veulent un responsable, il est devant vous".

Six jours après le début de l'affaire Benalla, le président français Emmanuel Macron est sorti de son mutisme, mardi 24 juillet, à la Maison de l'Amérique latine. "S'ils veulent un responsable, il est devant vous. Qu'ils viennent le chercher. Je réponds au peuple français", a-t-il déclaré à Paris, lors d’une soirée d'élus de la majorité et de membres du gouvernement à la maison de l'Amérique latine.

Alors que son mutisme était pointé du doigt par l’opposition, et qu'à l'Assemblée comme au Sénat, des commissions d'enquête sont en cours, Emmanuel Macron a expliqué les raisons pour lesquelles il a choisi de ne pas prendre la parole.

"Beaucoup se disaient : pourquoi le président de la République ne parle pas. J'ai plutôt pris ce pli de choisir le moment où je parle et ne pas me le faire dicter. Et je continuerai à procéder de la sorte. Quand on est président de la République, on ne parle pas quand il y a une garde à vue (...) et quand les esprits s'embrasent (...) et pour être un des participants d'une mêlée."

" Alexandre Benalla lui non plus n'a jamais été mon amant "

Le chef de l’État a ensuite tenu à démentir des informations et des rumeurs relayées dans les médias. "Alexandre Benalla n'a jamais détenu de codes nucléaires, Alexandre Benalla n'a jamais occupé à un 300 m² à l'Alma, Alexandre Benalla n'a jamais gagné 10 000 euros, Alexandre Benalla lui non plus n'a jamais été mon amant. Alexandre Benalla, bagagiste d'un jour, n'a jamais occupé cette fonction dans la durée. Toutes ces choses qu'on a entendues... Les mêmes vous disant tout et n'importe quoi sans que ça les fasse rougir ou s'interroger sur eux-mêmes. Qu'ils soient parlementaires, commentateurs ou journalistes... On dit des fadaises!"

"Une déception, une trahison"

"Alexandre Benalla, c'est quelqu'un qui nous a accompagné durant la campagne avec beaucoup de courage et d'engagement. (...) Quoi qu'il advienne dans cette affaire, je n'ai pas à oublier cet engagement. Ce qu'il s'est passé le 1er mai (...) est grave, sérieux et a été pour moi une déception, une trahison."

Extraits de la déclaration d'Emmanuel Macron

"Le seul responsable de cette affaire c'est moi, et moi seul. Celui qui a fait confiance à Alexandre Benalla, c'est moi, le président de la République. Celui qui a été au courant et a validé l'ordre, la sanction de mes subordonnées, c'est moi et personne d'autre. Ce qui nous a conduits là, ce n'est pas la République des fusibles, ce n'est pas la République de la haine, celle où l'on fait trinquer un fonctionnaire ici, un collaborateur là. On ne peut pas être chef par beau temps et se soustraire lorsque le temps est difficile. S'ils veulent un responsable, il est devant vous, qu'ils viennent le chercher."

"Je vois un pouvoir médiatique qui veut devenir un pouvoir judiciaire"

"Ce que je regarde depuis quatre jours, c'est un spectacle où la tentation de presque tous les pouvoirs est de sortir de son lit. Nous avons une presse qui ne cherche plus la vérité. (...) Je vois un pouvoir médiatique qui veut devenir un pouvoir judiciaire, qui a décidé qu'il n'y avait plus de présomption d'innocence dans la République et qu'il fallait fouler aux pieds un homme et avec lui toute la République."

"Je vois un pouvoir judiciaire qui va continuer à faire son travail, et c'est essentiel. Mais je constate que nous avons un problème dans le fonctionnement quotidien. Pas une audition, pas une recherche ne sort à la seconde même dans la presse. Comment conjuguer la présomption d'innocence avec un tel fonctionnement ?"

"Je vois certains qui voudraient faire sortir le pouvoir législatif de son lit, considérant qu'il appartient au Parlement de se substituer à la justice et de devenir un tribunal populaire, d'oublier la séparation des pouvoirs et de considérer qu'il est de son ressort de contrôler chaque décision de l'Élysée."


Lire la suite sur FRANCE 24 : Fadaises, trahison… les explications du président Macron sur l’affaire Benalla


Articles en Relation

Affaire Benalla : légalité, sécurité… quand les présidents de la Ve prennent des... Avant l’affaire Benalla, plusieurs présidents de la Ve République, faisant fi de la légalité et de l’État de droit, ont été pointés du doigt dans de...
Affaire Benalla : Macron sous pression, une commission d'enquête mise en place Alors que l’Élysée fait face à un feu roulant de critiques depuis la mise au jour de l'affaire Benalla, la commission des Lois de l'Assemblée se dot...
Affaire Skripal : identifié par un site d'investigation, le second suspect est u... Le site d’investigation Bellingcat a annoncé lundi avoir identifié le second suspect de la tentative d'empoisonnement de l'ex-espion russe Sergueï S...
Campagne d'Emmanuel Macron : enquête sur un possible financement irrégulier La métropole et la ville de Lyon, fief du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, ont-elles financé la campagne d'Emmanuel Macron ? Après une p...
L'affaire Pastor, une saga macabre de quatre ans sur la Côte d'Azur Le principal suspect de l'assassinat en 2014 de la milliardaire monégasque Hélène Pastor a été condamné mercredi à la réclusion criminelle à perpétu...
Affaire Benalla : le préfet de police de Paris dénonce des "copinages malsains" Placé en première ligne dans l'affaire Benalla par Gérard Collomb lors de son audition devant la commission des lois, le préfet de police de Paris, ...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA