Face à une possible faillite, le Rassemblement national en appelle à ses militants

Politique

Le parti de Marine Le Pen, suspecté d’avoir rémunéré des assistants sur des fonds européens, doit faire face à la saisie de deux millions d’euros.

Alex Frederiksen est chômeur. A 29 ans, il doit faire attention à la moindre dépense. Pourtant, le 9 juillet, il n’a pas hésité à verser 100 euros au Rassemblement national (RN, ex-Front national). Une réponse à l’appel aux dons lancé le même jour par la présidente du parti, Marine Le Pen, après l’annonce de la saisie par la justice de 2 millions d’euros d’aides dues au RN, suspecté d’avoir utilisé des fonds européens pour payer ses salariés permanents.

Militant depuis 2012, Alex Frederiksen parle d’« un petit sacrifice pour le bon fonctionnement de la démocratie ». « Si rien n’est fait, le RN est mort en août », s’inquiète cet adhérent habitant à Boulogne (Hauts-de-Seine) en reprenant les arguments utilisés par Mme Le Pen. Avant de se demander : « Comment des juges peuvent bâillonner un parti qui fait près de onze millions de voix au second tour de la présidentielle ? »

Comme Alex Frederiksen, certains militants se disent prêts à mettre la main à la poche pour que le RN évite le couperet de la « guillotine » qui menace le parti, selon les mots de sa présidente. Aprèsune semaine, Jean-Lin Lacapelle, chargé des ressources du RN,évoque déjà un « sursaut populaire très important, qui dépasse nos attentes ». Dimanche, le parti annonçait avoir récolté 300 000 euros, provenant de plus de 5 000 donateurs.

« Méthodes déloyales »

Unis autour de la critique de l’institution judiciaire, les adhérents du RN semblent requinqués. « L’objectif des magistrats est clairement politique et pas judiciaire », s’indigne Xavier Grolet, retraité rhodanien de 55 ans, adhérent au RN depuis trois ans. Lui non plus n’a pas tergiversé. Il a donné 30 euros. Cet ancien militaire s’interroge sur la motivation des deux juges d’instructions du Parquet national financier, à l’origine de la saisie. Il souligne l’appartenance de la magistrate Claire Thépaut au Syndicat de...


Lire la suite : Face à une possible faillite, le Rassemblement national en appelle à ses militants


Articles en Relation

Deux hommes jugés après l’agression de la fille de Marine Le Pen à Nanterre La fille de Marine Le Pen a reçu, jeudi soir, des coups au visage. Rien ne permet pour l’instant de lier l’agression à sa filiation avec la présiden...
Européennes : dans le Vaucluse, Marine Le Pen enfile son « gilet jaune » pour so... Au Thor, dans le Vaucluse, militants de toujours et nouveaux partisans veulent croire à l’alternative offerte par le Rassemblement national Marie-C...
Municipales : Marine Le Pen lance un appel « à tous ceux qui, chez LR, n’ont pas... La présidente du Rassemblement national (RN) se dit prête « à mettre en œuvre des plateformes d’action communes » pour les municipales. M...
Marine Le Pen veut faire des européennes « une réplique » de la présidentielle d... Rejointe par d’ex-ténors de la droite et très bien placée dans les sondages, la présidente du Rassemblement national espère bien transformer la colè...
Pour les municipales, le Rassemblement national mise sur les élus locaux Les Rép... Marine Le Pen a lancé la bataille dès l’échec de la droite aux européennes. Objectif : des ralliements, voire des alliances. Une droite réduite en ...
« Le rejet, pour ne pas dire la haine, que suscite Macron est une donnée fondame... Dans sa chronique, l’éditorialiste au « Monde » Françoise Fressoz estime que le chef de l’Etat peut bien « mettre le paquet », il n’est pas sûr de p...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA