Everlux, ou comment produire de l’électricité avec de l’urine

Environnement

Poursuivi depuis plusieurs années, ce projet d'étudiants de l'école d'ingénieurs SupBiotech a abouti à un prototype fonctionnel. Il démontre qu'il est possible de produire de l'électricité à partir de l'urine, dans une biopile microbienne, avec un procédé simple, fiable et peu coûteux. Une telle source de courant pourrait servir à un éclairage par LED et conviendrait pour amener la lumière là où, dans de nombreux endroits du monde, elle s'éteint quand le soleil se couche.


Plus d'un milliard de personnes n'ont pas accès à une alimentation électrique. Ce constat a motivé un projet d'étudiants de SupBiotech, lancé en 2015, et poursuivi actuellement par une équipe de la même école : concevoir une biopile microbienne qui utiliserait l'urine comme matière première destinée à produire de l'électricité. Cette matière première, chaque être humain en produit 1,5 litre par jour...

L'idée n'est ni saugrenue ni complètement nouvelle. « Le principe est le même que celui des biopiles à glucose » rapporte Marie Caulier, chef de projet, interrogée par Futura. Ces jeunes scientifiques ont repéré une bactérie, « vivant habituellement dans le sol » et capable de dégrader un composant de l'urine en produisant des électrons. Entre deux réservoirs d'électrolytes, une pile peut ainsi créer une différence de potentiel.

De la lumière partout

L'objectif de ce projet, baptisé Everlux, est de fournir un moyen simple, peu coûteux et utilisable partout pour produire de l'électricité avec une puissance suffisante pour un éclairage par LED. L'équipe travaille avec 2iE, une école d'ingénieurs du Burkina Faso, dont les neuf dixièmes de la population n'ont pas l'électricité. Le petit prototype, avec ses réservoirs de 12 ml en tout, fonctionne et produit bien du courant. Un avantage supplémentaire est que les produits finaux sont utilisables comme engrais.

Le travail de recherche consiste aujourd'hui « à comprendre comment augmenter la tension et l'ampérage avec le dimensionnement du système et l'optimisation de l'activité bactérienne ». Présente au salon Vivatech 2018, l'équipe a intéressé des entreprises et des ONG. La solution Everlux pourrait en effet apporter de la lumière à des millions de personnes sans infrastructure ni pollution, et peut aussi servir à éclairer les toilettes n'importe où.

Ce qu'il faut retenir
  • Le prototype Everlux utilise l'activité métabolique d'une bactérie du sol pour générer une différence de potentiel entre deux électrodes.
  • Le principe est celui d'une biopile microbienne.
  • Le procédé pourrait être industrialisé.

Lire la suite : Everlux, ou comment produire de l’électricité avec de l’urine


Articles en Relation

La pollinisation : un service écologique gratuit La pollinisation est un élément clé de la reproduction chez certains végétaux. Cet étonnant processus permet le transport d'un grain de pollen depui...
La quasi-totalité des poissons en grandes surfaces provient de pêches non durabl... Pourtant menacés par la surpêche, les trois principaux poissons achetés par les Français ne répondent pas aux critères de pêche durable. De plus, ...
La chute de la biodiversité met en danger notre alimentation La diversité biologique en tant que fondement de notre alimentation et de notre santé, c'est le thème choisi cette année pour la Journée mondiale ...
Déforestation : chaque Français détruit l’équivalent de 352m² de forêts Deux rapports mettent en lumière l'impact de notre consommation en matières premières sur les forêts tropicales. L'exploitation des cultures de ca...
Le glyphosate serait bien un tueur d’abeilles Il y a quelques jours, un nouvel amendement pour interdire le glyphosate avant 2021 a été rejeté par les députés de l'Assemblée nationale. Aujourd'h...
Changement climatique : les fermes éoliennes contribuent-elles vraiment à réchau... Depuis quelques jours, une étude menée par des chercheurs de Harvard (États-Unis) fait grand bruit. Les éoliennes participeraient au réchauffement c...