Espérance de vie et cerveau sont étroitement liés

Santé

Oubliée la taille ! Oublié aussi le métabolisme ! Ou presque... Désormais, selon des travaux menés par des chercheurs américains, il faudra placer le nombre de neurones corticaux en tête de liste des meilleurs prédicateurs de la longévité d'une espèce.

Qu'est-ce qui fait qu'un animal à sang chaud vit plus longtemps qu'un autre?? Les chercheurs se posent la question. La taille ? Le métabolisme ? Peut-être, mais ces deux critères ne semblent pas compter pour plus de 20 à 30 %. Et ils font apparaître de nombreuses incohérences. Ainsi, certains oiseaux peuvent vivre 10 fois plus longtemps que des mammifères présentant la même taille.

Mais aujourd'hui, des chercheurs de l'université Vanderbilt (États-Unis) proposent une piste très différente. «?Qu'il s'agisse d'oiseaux, de primates ou d'humains, le nombre de neurones présents dans le cortex d'une espèce prédit environ 75 % des variations de longévité d'une espèce à l'autre?», avance Suzana Herculano-Houzel, professeur de psychologie et de sciences biologiques.

Le saviez-vous ?

Pour déterminer le nombre de neurones dans un cerveau, Suzana Herculano-Houzel, une pionnière en la matière, réduit les tissus à l’état de « soupe ». Elle sépare les cellules et applique ensuite un marqueur fluorescent aux noyaux flottant dans la « soupe ». Il ne lui reste ensuite plus qu’à compter les noyaux en question. Environ 86 milliards pour un cerveau humain.

Une hypothèse qui détrône l'être humain de sa position supposée jusqu'alors spéciale dans l'évolution, une position caractérisée notamment par une enfance plutôt longue. Les résultats des chercheurs américains montrent en effet que le temps de maturation sexuelle et la longévité de l'homme n'ont rien d'exceptionnel si l'on considère le nombre de neurones que contient son cortex. Au contraire, avec autant de neurones, il n'y aurait en réalité rien d'étonnant à ce que nous mettions du temps à atteindre une certaine maturité physiologique et une certaine indépendance intellectuelle.

Longévité : les neurones aux commandes

«?Plus une espèce possède de neurones corticaux, plus elle vit longtemps. Peu importe qu'il s'agisse d'un oiseau, d'un primate ou d'un autre mammifère ou encore, sa taille et la vitesse à laquelle l'espèce brûle de l'énergie, explique Suzana Herculano-Houzel. Mais quel est exactement le lien entre espérance de vie et cerveau?? Les chercheurs n'ont pas vraiment la réponse. 

Si le cortex cérébral est connu pour son rôle en matière de cognition, Suzana Herculano-Houzel indique qu'il offre aussi à notre corps sa capacité d'adaptation, au stress notamment. Il veille ainsi au bon fonctionnement de nos fonctions physiologiques. En outre, il s'assure que notre rythme cardiaque, notre rythme respiratoire et notre métabolisme sont bien en phase avec nos activités et nos sensations. Il semblerait que cela constitue un facteur clé influant sur notre espérance de vie.

Les dommages causés au cortex cérébral auraient donc plus d'influence sur notre durée de vie que ceux causés à notre corps. Ainsi, Suzana Herculano-Houzel nous conseille-t-elle de prendre grand soin de notre esprit. Et de garder nos neurones corticaux en bonne santé et actifs ! Selon elle, ce serait là le secret d'une longue vie en bonne santé.

Ce qu'il faut retenir
  • Considérer la taille ou le métabolisme comme indicateurs de la longévité d’une espèce mène à des anomalies.
  • Des chercheurs affirment que le nombre de neurones présents dans le cortex est bien plus révélateur.
  • Une théorie qui remet l’homme à sa juste place dans le monde des animaux à sang chaud.

Lire la suite : Espérance de vie et cerveau sont étroitement liés


Articles en Relation

Les souvenirs de la petite enfance ne sont pas forcément perdus Chez la souris, des chercheurs ont montré que les animaux pouvaient faire resurgir des souvenirs « perdus » de leurs premières semaines de vie, en...
Opium : le génome du pavot révèle ses secrets de fabrication Des chercheurs internationaux ont travaillé sur le génome du pavot à opium et ont trouvé comment la plante avait évolué pour produire des opiacés, a...
Œil : une cornée imprimée en 3D pour la première fois Pour la première fois, des chercheurs ont imprimé une cornée en 3D, en utilisant comme encre un mélange de cellules de cornée, d'alginate et de pr...
Cerveau : un implant pour traduire les pensées en paroles Des chercheurs sont sur la piste d’un décodeur qui transformerait les signaux du cerveau en paroles. Il pourrait alors servir aux patients incapable...
Science décalée : se marier tard, c'est meilleur pour la ligne Les personnes qui se marient avant d'obtenir un diplôme universitaire auraient plus de risque de devenir obèses que celles qui attendent d'achever l...
Des virus géants créeraient leurs propres gènes Des chercheurs français ont identifié trois nouveaux virus de la famille des Pandoravirus. Leur génome contient beaucoup de gènes orphelins, qui c...