« Du bonheur et du malheur d’être français »

Economie

Nostalgiques, les Français sont les champions européens du mal-être. Mais, récemment, l’indicateur de bonheur collectif mis en place par des économistes s’est redressé spectaculairement, note Philippe Escande, éditorialiste économique au « Monde ».

Chronique. Comme son origine cimentière le laisse supposer, un gâchis (ou mortier) résulte d’un mélange d’éléments rendant une situation inextricable. Jean-Marc Janaillac, le patron d’Air France, a eu raison de parler de gâchis pour évoquer le désaveu que son personnel lui a infligé en votant contre son plan salarial, tant la situation semble désormais difficile à démêler. Bon courage à celui qui devra lui succéder, à partir du 15 mai.

Côté SNCF, on devait parler aussi d’argent, ce lundi 7 mai, lors des rencontres entre les acteurs du dossier et le premier ministre, Edouard Philippe. Mais la question devrait tourner davantage autour de l’avenir du service public ferroviaire, de sa dette et du statut de son personnel. Là encore avec le sentiment souterrain d’une dégradation de la situation par rapport à un passé glorieux.

Bien sûr, ces attitudes ne sont pas propres à la France, mais elles revêtent dans l’Hexagone une importance plus grande qu’ailleurs. La France, pays redistributif et relativement égalitaire, est aussi celui, en Europe, dont les citoyens attachent le plus d’importance à l’argent comme condition de leur bonheur.

Une étude étonnante
 

C’est la conclusion étonnante d’une récente publication (Les Français, le bonheur et l’argent, Editions rue d’Ulm, avril 2018) du Centre d’étude pour la recherche économique et ses applications (Cepremap). Les auteurs, Yann Algan, Elizabeth Beasley et Claudia Senik, se sont appuyés sur les enquêtes menées depuis une vingtaine d’années dans les pays développés pour mesurer le niveau de bien-être des populations. Le Cepremap lui-même dispose de son observatoire, qui sonde les cœurs des Français à intervalle régulier avec l’aide de l’Insee.

Il ressort de cette masse de résultats trois éléments-clés. Premièrement, la France est championne d’Europe du mal-être, et la situation s’est aggravée depuis le début des années 2000.

Deuxième élément, cette...


Lire la suite : P« Du bonheur et du malheur d’être français »


Articles en Relation

Réforme de la zone euro : la France et l’Allemagne entrent dans le vif du sujet La première vraie réunion de travail entre Olaf Scholz, le nouveau ministre allemand des finances, et son homologue français, Bruno Le Maire, vend...
Les Chinois dopent le tourisme en France En cet après-midi d’août, la foule se presse devant le 21, boulevard Haussmann, au cœur de Paris. Les yeux fixés sur leur portable, une cinquantai...
Air France : le gouvernement et la CFDT accusent les pilotes : le gouvernement e... Au lendemain de la démission de son PDG, Jean-Marc Janaillac, vendredi 4 mai, le conflit reste dans l’impasse à Air France, et le gouvernement ...
L’Ile-de-France lance une vaste opération de mesure de la pollution des bus Première mondiale par sa méthode et son ampleur, l’étude va mesurer les émissions des gaz d’échappement de 22 autobus diesel. Lundi 25 juin,...
Forte baisse depuis une semaine des prix des carburants en France Les données sont publiées par le ministère de la transition écologique et solidaire à l’approche d’une mobilisation d’automobili...
La souffrance au travail, ce fléau Burn-out, état de stress post-traumatique... 10 000 troubles psychosociaux, et sans doute autant de non déclarés comme tels, ont été reconnus comme ...