Dépense publique : Il faut « sortir du piège de la dette »

Politique

La dette est triplement illégitime

Tribune. Jeudi 16 avril, l’Etat français va émettre une nouvelle ligne d’endettement OAT à « zéro coupon ». Ce choix représente l’un des axes possibles pour réduire le coût de financement de la dette publique. Cette opportunité ne doit pas être négligée au vu de l’actualité. La justice fiscale et la baisse des impôts ont, sans surprise, accompagné la restitution du grand débat. Les différents gouvernements peinent à dégager de nouvelles sources d’économies budgétaires, dans un contexte de saturation des prélèvements obligatoires. Or, le poids des intérêts payés sur la dette représentera 37 milliards d’euros en 2019, soit 13 % des recettes fiscales nettes de l’Etat, ou encore 40 % du déficit budgétaire.

De plus, tant que les soldes budgétaires resteront négatifs, nous devrons renouveler les emprunts d’Etat arrivés à maturité et payer de nouveau des intérêts, au moins aussi élevés qu’aujourd’hui. Ainsi, pour 2019, l’Etat prévoit d’émettre 200 milliards de titres, dont 165 pour rembourser des titres arrivés à maturité. Ce qui représente environ les deux tiers des recettes fiscales. Une éventuelle hausse des taux, pour l’instant retardée en Europe, ne ferait qu’aggraver le constat.

Dans la mesure où il faudra ajouter des emprunts supplémentaires pour financer les nouveaux déficits, et qu’il faudra payer de nouvelles charges d’intérêt, on en vient naturellement à se poser la question centrale de la soutenabilité de la dette publique. Dans une étude récente, les experts du FMI ont rendu des conclusions préoccupantes dans le cas de la France. Ils ont développé la notion de « fiscal space », un indicateur de la « marge de manœuvre fiscale » restante par rapport à la limite de la dette.

Sortir du piège de la dette

La France est plus vulnérable que les autres pays d’Europe, hors pays du sud. Ils recommandent de diminuer la dette sans attendre, et font observer la difficulté qu’il y aurait à affronter une nouvelle crise financière (« When should public debt be reduced ? » Jonathan Ostry, Atish Ghosh, Raphael Espinoza, IMF Staff Discussion Note n°15/10, 2015). Il est pourtant possible de sortir de ce piège de la dette en modifiant les caractéristiques techniques des titres de la dette publique.

Il faut tout d’abord allonger la durée moyenne des emprunts pour retarder les flux de remboursement et conserver le plus longtemps possible le bénéfice des taux actuellement proches de 0 %. Le Trésor français émet déjà, avec succès, quelques titres de maturité 50 ans. En outre, on pourrait généraliser à toutes les nouvelles émissions la technique dite des « zéro coupon ». Elle consiste à emprunter également les intérêts, que l’on paiera avec le remboursement du capital : c’est une opportunité supplémentaire de profiter des taux bas.


Lire la suite : Dépense publique : Il faut « sortir du piège de la dette »


Articles en Relation

« Il est irresponsable de faire croire que la France pourra continuer à vivre au... Dans sa chronique, Stéphane Lauer, éditorialiste au « Monde », relève que la crise des « gilets jaunes » illustre aussi les limites d’une logique qu...
L’alerte du Haut Conseil des finances publiques sur le déficit structurel C’est un avis mi-figue, mi-raisin qu’a rendu, le 19 septembre, le Haut Conseil des finances publiques (HCFP) sur le projet de budget 2019 du go...
« Gilets jaunes » : Macron face à une crise sans fin Editorial du « Monde ». Après quatre mois de tension incessante, le président de la République pensait pouvoir décompresser le temps d’un week-end. ...
« Gilets jaunes » : les propositions des députés de la majorité pour sortir de l... De plus en plus d’élus de La République en marche se disent favorables à un moratoire sur les taxes et regrettent que l’exécutif ne soit pas davanta...
Macron s’adresse à la nation : pour la presse française, c’est « l’heure de véri... A quelques heures de l’allocution que doit prononcer le chef de l’Etat, la presse se demande comment il pourra répondre aux attentes sans se renier....
Jean Matouk : « Baisser les impôts : un objectif aucunement justifié ! » L’économiste Jean Matouk pourfend dans une tribune au « Monde » le mythe d’un poids de l’impôt comparativement plus élevé en France que dans les aut...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA