Chevènement : « Il faut retrouver l’esprit de la Ve République, le sens de l’intérêt public »

Politique

Alors qu’il publie un livre sur ses cinquante ans d’engagement politique, le président de la fondation Res Publica et ancien candidat à la présidentielle de 2002, analyse la crise que traversent actuellement la France et l’Europe.

Président de la fondation Res Publica, Jean-Pierre Chevènement a publié, le 14 février, Passion de la France (Robert Laffont, 1 568 pages, 34 euros), un ouvrage dans lequel celui qui a été ministre de l’éducation nationale, de la défense comme de l’intérieur, revient sur les moments forts de ses cinq décennies d’engagements.

L’ex-candidat à la présidentielle de 2002 parle des thèmes qui lui sont chers – la nation et la République, l’Etat et le citoyen, l’Europe et la relation franco-allemande – et livre son analyse de la crise politique actuelle.

Quel regard portez-vous sur la situation sociale créée par les « gilets jaunes » ?

C’est une crise française mais aussi européenne. Elle touche tous les pays engagés dans la mondialisation depuis près d’un demi-siècle. Il n’y a pas une nation européenne qui ne soit en crise. En France, celle-ci revêt des caractéristiques originales. Les « gilets jaunes » s’inscrivent dans une tradition de jacquerie, d’émeute populaire.

On pourrait évoquer le sans-culotisme. Encore que ce dernier débouchait sur un projet républicain, plus ou moins illuministe, au sens des Lumières, ou égalitariste, au sens du babouvisme. Rien de comparable avec les « gilets jaunes ». Mais nous constatons, à l’aune de cette crise, une fracture sociale, territoriale, démocratique, institutionnelle et européenne qui vient de loin. 

C’est-à-dire ?

La fracture sociale est l’effet d’une désindustrialisation consentie depuis quarante ans par nos classes dirigeantes : la part de notre industrie dans notre production est passée de plus de 20 % à 10 %. Les classes moyennes inférieures sont socialement les plus touchées, en France comme dans les pays les plus anciennement industrialisés.

Vient ensuite la fracture territoriale : treize trop grandes régions et le relèvement à 15 000 habitants du seuil des intercommunalités. On en est même venu à vouloir élire leurs présidents au suffrage universel ! C’est le meilleur moyen de délégitimer les maires et de saper la commune en tant qu’échelon de base de la démocratie.

A quarante ou cinquante communes, les décisions ne sont plus prises par les maires mais par le directeur général des services !

A cela s’ajoute une crise de la démocratie représentative…

Le sentiment que tout est permis et qu’il n’y a plus de règles de vie collective s’est banalisé. Le déclin du civisme ne peut nourrir que l’extrême droite.

La crise est aussi institutionnelle. Le quinquennat a excessivement durci les institutions de la Ve République : les députés, élus dans la foulée de l’élection présidentielle, apparaissent comme les agents du gouvernement et non plus comme les représentants du peuple. Il faudrait revenir sur cette mesure qui, à l’usage, comporte plus de défauts que d’avantages. Chirac, Sarkozy, Hollande, Macron, cette démocratie corsetée éloigne les citoyens du politique.


Lire la suite : Chevènement : « Il faut retrouver l’esprit de la Ve République, le sens de l’intérêt public »


Articles en Relation

« Le Pen face à Macron. Un combat sans merci où se joueraient l’avenir de la Fra... Dans sa chronique, Françoise Fressoz, éditorialiste au « Monde », observe que le chef de l’Etat et sa rivale du second tour ont repris leur face-à-f...
Génocide au Rwanda : le droit de savoir et le devoir de vérité L'histoire de la Commission rwandaise est ancrée dans 18 ans d'affrontements entre Paris et le mouvement de Paul Kagamé. Editorial du « Monde ». Ac...
L’Europe peut-elle sortir de l’histoire ? Le tandem franco-allemand ne peut plus jouer le rôle de moteur à lui tout seul. D’autres coalitions et d’autres modes de fonctionnement doivent être...
Hamon et Faure, les colocs font chambre à part Les anciens rocardiens si proches dans leur jeunesse sont devenus rivaux, jusqu’à s’opposer aux européennes. Sur la photo de groupe, Alain Bauer, M...
De l’école jusqu’au lycée, les profs en grève contre les suppressions de postes C’est une première depuis 2011 : tous les syndicats des personnels de l’éducation appellent à la grève lundi 12 novembre pour dénonce...
Deux hommes jugés après l’agression de la fille de Marine Le Pen à Nanterre La fille de Marine Le Pen a reçu, jeudi soir, des coups au visage. Rien ne permet pour l’instant de lier l’agression à sa filiation avec la présiden...