Cancer du sein : les cellules tumorales transformées en graisse

Santé

Chez la souris, des chercheurs de l'université de Bâle ont transformé des cellules cancéreuses du sein en cellules de graisse, par un processus de « transdifférenciation ». Cette méthode expérimentale empêche les métastases et propose une nouvelle stratégie de lutte contre le cancer.

Quels sont les différents traitements efficaces contre le cancer du sein ? Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme. En 2012, environ 48.000 personnes ont développé ce cancer et près de 9 personnes sur 10 en ont guéri. Les Hôpitaux Universitaires de Genève nous expliquent au cours de ce film comment se déroule le traitement.


Dans un épithélium, comme celui qui se trouve dans la glande mammaire, les cellules sont associées les unes aux autres par des jonctions qui permettent la cohésion du tissu. Il arrive qu'un cancer se développe dans un tel épithélium et provoque des métastases. Mais avant que des cellules cancéreuses quittent le sein, elles doivent perdre leurs caractéristiques de cellules épithéliales et se dédifférencier pour donner des cellules plus immatures : ce processus passe par une étape qui s'appelle la « transition épithélium-mésenchyme », abrégée en TEM.

La TEM est un phénomène tout à fait normal lors du développement embryonnaire. Elle permet à des cellules épithéliales de donner des cellules capables de migrer sur un autre site. Mais dans le cas pathologique des tumeurs, la TEM favorise la colonisation d'autres organes par les cellules cancéreuses, et donc les métastases.

Des chercheurs de l'université de Bâle en Suisse ont voulu agir sur les cellules cancéreuses, lorsqu'elles ont passé cette étape de TEM, et les ont forcées à devenir des cellules de graisse. Leur idée était que, une fois transformées en adipocytes inoffensifs, les cellules cancéreuses ne pourraient plus provoquer de métastases.

Le saviez-vous ?

La transdifférenciation est un processus au cours duquel une cellule différenciée se transforme en un nouveau type de cellule.

Pour cela, les chercheurs ont injecté dans la graisse mammaire de souris femelles des cellules de cancer du sein humaines, afin de créer un modèle murin de cancer métastatique. Puis les souris ont reçu deux molécules : l'une inhibait le cancer (un inhibiteur de MEK appelé PD98059), et l'autre était un médicament contre le diabète (la rosiglitazone).

La thérapie de transdifférenciation testée chez la souris. Ã? gauche : cellules cancéreuses exprimant la GFP (green fluorescent protein) en vert et adipocytes normaux en rouge, au niveau dâ??une tumeur. Ã? droite : les cellules cancéreuses exprimant la GFP sont devenues des adipocytes qui apparaissent marron (vert + rouge). © Département de Biomédecine, Université de Bâle,

La thérapie de transdifférenciation testée chez la souris. À gauche : cellules cancéreuses exprimant la GFP (green fluorescent protein) en vert et adipocytes normaux en rouge, au niveau d’une tumeur. À droite : les cellules cancéreuses exprimant la GFP sont devenues des adipocytes qui apparaissent marron (vert + rouge). © Département de Biomédecine, Université de Bâle,

La transdifférenciation stoppe les métastases

Dans cette expérience, les chercheurs ont ciblé les cellules particulièrement agressives qui ont subi une transition de type TEM, et ont tendance à quitter la tumeur initiale pour envahir l'organisme. Ces cellules tumorales invasives se sont alors transformées en cellules de graisse ; les molécules utilisées ont empêché les métastases. Le traitement a aussi arrêté la croissance de la tumeur initiale. 

Les cellules cancéreuses transformées en cellules adipeuses restent des cellules adipeuses

Dans un communiqué, Gerhard Christofori, professeur de biochimie à l'université de Bâle, a expliqué que les cellules cancéreuses qui se sont différenciées en cellules adipeuses ont cessé de proliférer. La tumeur d'origine n'a pas donné de métastases : « les cellules cancéreuses transformées en cellules adipeuses restent des cellules adipeuses et ne redeviennent pas des cellules cancéreuses du sein. »

Cette étude préclinique fait l'objet d'une publication parue dans la revue Cancer Cell le 14 janvier.

Ce qu'il faut retenir
  • Dans un cancer, des cellules cancéreuses peuvent se dédifférencier et migrer vers d’autres organes, en créant des métastases.
  • Des chercheurs ont forcé des cellules de cancer du sein invasives à se transformer en adipocytes.
  • Cette thérapie de transdifférenciation testée chez la souris a empêché les métastases.

Lire la suite : Cancer du sein : les cellules tumorales transformées en graisse


Articles en Relation

Cancer du sein : un antibiotique offre un nouvel espoir La clofazimine, un antibiotique connu depuis 70 ans, serait efficace contre un sous-type de cancer du sein particulièrement agressif et souvent rési...
Cancer du sein : le dépistage organisé ne réduirait pas la mortalité D'après une étude réalisée en Norvège, si la mortalité du cancer du sein diminue, ce n'est pas dû au dépistage organisé mais à l'amélioration des ...
La malbouffe augmente le risque de cancers Dans une vaste étude sur plus de 470.000 Européens, les personnes qui consommaient le plus d'aliments mal notés par le système Nutri-Score avaient...
Le cancer devrait tuer 1,4 million de personnes en Europe en 2019 1,41 million de décès par cancers sont prévus cette année dans l'Union européenne. Mais les taux de mortalité sont toujours en baisse et les cherche...
Cancer : un médicament prometteur inspiré des éponges de mer Des chimistes de Harvard ont trouvé un moyen de fabriquer une halichondrine, une molécule aux propriétés anticancer qui pourrait servir à des essa...
Cancer de l'œsophage : attention au thé trop chaud Boire chaque jour 700 millilitres de thé à plus de 60 °C augmente le risque du cancer de l'œsophage de 90 %, selon une nouvelle étude. De manière gé...