C'est ma femme qui goûte le vin, désolé

Vie Pratique

Quant à l'assiette végétarienne, elle est pour moi, merci.

Quitte à choquer l'assistance, je suis végétarien depuis le 16 février 2016. Je n'ai pas mangé le moindre morceau de viande depuis cette date, en tout cas pas volontairement –je suis encore meurtri par l'affaire du samoussa au poulet qui m'a été servi par erreur dans un restaurant de Rotterdam.

La femme dont je partage la vie, elle, vit très bien son statut de flexitarienne –un mot un peu nul. Il lui arrive de passer des semaines sans manger de viande, mais elle ne dit pas forcément non à une belle tranche de mortadelle ou à une proposition de plat carné qui lui fait de l'œil. Ce dont je ne lui tiens absolument pas rigueur.

Quand nous allons déjeuner ou dîner à l'extérieur, il est donc assez fréquent que notre commande soit composée d'un plat végétarien et d'un autre à base de viande. Et que croyez-vous qu'il se passe au moment où la serveuse ou le serveur nous apporte nos plats? L'assiette végétarienne finit presque systématiquement devant ma femme, et la viande devant moi.

La viande, c'est pour elle

Comme nous appartenons à ce genre de clientèle dont le but est de ne pas emmerder le personnel (je vis de plus en plus mal le fait de me faire servir, même par quelqu'un dont c'est le métier), nous attendons généralement que la personne ait tourné les talons pour échanger nos assiettes. Le problème réglé, nous nous plongeons dans nos plats.

La situation étant plus que récurrente, j'ai fini par dresser quelques statistiques –sur un échantillon certes peu représentatif, puisque composé de deux personnes. Sur les quinze derniers repas pris dans des restaurants en tout genret, on m'a attribué le plat de viande douze fois. Oui, 80% du temps. Fast-food avec service à table, brasserie familiale ou resto de hipster, ça ne rate quasiment jamais.

Comme je suis un très mauvais statisticien, j'ai oublié de prendre en note un autre paramètre important: l'identité de la personne qui énonce la commande. En fonction de l'humeur, de la simplicité des intitulés et de notre difficulté à nous décider, nous avons deux façons de commander: soit chaque membre du couple s'occupe de son propre menu, soit quelqu'un commande tout, permettant à l'autre de regarder ailleurs –c'est-à-dire son smartphone– ou d'aller se laver les mains.

Je n'ai donc pas de chiffres précis à vous fournir, mais sachez que même lorsque je commande mon plat sans animal et qu'elle demande une viande bien cuite, l'inversion se produit très souvent au moment où les assiettes arrivent. Lorsque c'est elle ou moi qui effectue toute la commande, je comprends un peu mieux l'erreur, même si cela ne coûterait rien de nous demander qui avait commandé quoi.

D'après un sondage réalisé en Suisse en 2017, 70% des personnes végétariennes sont des femmes. Je peux donc comprendre, même si cela m'agace, que les serveurs et serveuses m'attribuent le morceau de barbaque: statistiquement, s'il n'y avait que ce chiffre à prendre en compte, cela leur laisserait environ sept chances sur dix d'avoir raison.

Sauf que le même sondage indique que chez les vegans, catégorie à laquelle je n'appartiens pas, la tendance est quasiment inversée: 60% d'hommes, pour 40% de femmes. Il est donc de plus en plus «risqué» de tabler sur le fait que la viande est pour l'homme, et non pour la femme.

Le cocktail de fruits, c'est pour lui

Mais il n'y a pas que dans la dichotomie entre le végétarisme et le carnisme que les stéréotypes de genre semblent s'inviter à table. Il se produit la même chose au niveau des commandes de boissons, notamment lorsque celles-ci incluent de l'alcool.

Comme j'ai le permis de conduire mais pas ma femme, il arrive fréquemment que je choisisse de ne pas boire du tout avant de reprendre la route, une simple bière pouvant suffire à me rendre légèrement pompette –mot un peu nul– lorsque je suis trop fatigué. Quand nous avons le temps de boire un dernier verre ou de paresser en terrasse, nous commandons souvent un verre de blanc et une limonade. Faut-il vraiment que je vous explique à qui est attribué le vin et à qui échoit le soda avec paille?...

Lire la suite sur Slate.fr - C'est ma femme qui goûte le vin, désolé

Articles en Relation

Quelles sont les Meilleures adresses Véganes de Barcelone ? La cuisine végane s'est beaucoup développée en Espagne, notamment à Barcelone où le nombre de restaurants végans a beaucoup augmenté. La ville est ce...
Destinations gourmandes et hôtelières pour l'été indien Tables en terrasse, cartes attrayantes, cadres idylliques. Septembre et octobre sont des mois de choix pour des échappées belles dans des lieux privi...
Gault & Millau et Fooding®, deux guides, deux ambiances Le Gault & Millau 2019 © Gault & Millau et le Fooding 2019 © LeFooding Deux guides, deux ambiances, une palanquée de bons restaus. Le décès ...
En malmenant la cuisine de Nice, on malmène sa population Les Mini farcis de Julia Sedefdjian, plus jeune cheffe étoilée de France et niçoise, au restaurant Baieta. | Zazie Tavitian  À Nice, on considèr...
Michel Guérard vous recommande chaudement ces 12 restaurants français Religieuse aux fruits chez Michel Guérard © | Céline Clanet Voici, en quelques mots, le portrait ciselé de douze grands chefs vus par le doyen trois...
12 bon restaurants à Paris sans vous ruiner Au restaurant Rural by Marc Veyrat, tartiflette façon Marc Veyrat | © ruralbymarcveyrat  Voici 12 restaurants à moins de 25 euros. La crise aid...

ECOLOGIE SHOP

BONNES AFFAIRES