Après deux ans de purges, l'état d'urgence va être levé en Turquie

Actualités

La Turquie entend lever dans la nuit de mercredi à jeudi l'état d'urgence instauré il y a deux ans après un putsch avorté, et dans le cadre duquel de vastes purges ont été menées dans le pays.

Dans la nuit du mercredi 18 au jeudi 19 juillet, l’état d’urgence prendra fin en Turquie. Ce régime d'exception, qui élargit considérablement les pouvoirs du président et des forces de sécurité, a été mis en place le 20 juillet 2016, quelques jours après une sanglante tentative de coup d'Etat qui a secoué la Turquie dans la nuit du 15 au 16 du même mois.

Sous l'état d'urgence, les autorités turques ont mené pendant deux ans une traque implacable contre les putschistes et leurs sympathisants présumés, mais ont aussi visé des opposants prokurdes accusés de "terrorisme", des médias critiques et des ONG.

Activé pour une durée initiale de trois mois, l'état d'urgence a été prolongé à sept reprises et la dernière extension expire mercredi à 22h00 GMT (jeudi 01h00 heure turque). Le gouvernement a indiqué qu'il n'y aurait pas de nouvelle rallonge.

Purges incessantes

Ce dispositif a notamment permis à Recep Tayyip Erdogan d'émettre pendant deux ans des décrets à valeur de loi qui ont profondément modifié la législation turque. Aux termes de la réforme constitutionnelle, le président turc conservera cette prérogative après l'état d'urgence.

Pendant les deux années écoulées, la Turquie a vécu au rythme de purges incessantes qui ont conduit à l'incarcération de près de 80 000 personnes soupçonnées de liens avec le putsch ou avec le "terrorisme". Plus de 150 000 fonctionnaires ont en outre été limogés ou suspendus. Parmi les 34 décrets-lois émis pendant l'état d'urgence figurent la mise en place d'une tenue unique pour les personnes emprisonnées en lien avec le putsch – une mesure jamais appliquée à ce jour –, ou encore l'immunité judiciaire pour les civils ayant affronté les putschistes.

La levée de l’état d’urgence survient par ailleurs alors qu’un projet de loi soutenu par le parti de Recep Tayyip Erdogan sera introduit au Parlement cette semaine. Selon l'agence de presse étatique Anadolu, le texte permet aux autorités de continuer, pour les trois années à venir, de limoger tout fonctionnaire lié à une "organisation terroriste".

En outre, les administrateurs publics nommés pendant l'état d'urgence à la tête d'entreprises soupçonnées de liens avec une "organisation terroriste" pourront rester en place pendant encore trois ans.

Autres mesures : les manifestations et rassemblements seront, sauf autorisation spéciale, interdits après le coucher du soleil. Les autorités locales pourront restreindre l'accès à certaines zones et la garde à vue pourra durer jusqu'à 12 jours, selon la nature du délit.

"Pérenniser l'état d'urgence"

Après avoir annoncé la levée prochaine de l'état d'urgence, les dirigeants turcs avaient insisté sur la nécessité, selon eux, de mettre en place un cadre législatif permettant de continuer de "lutter efficacement" contre les "groupes terroristes". Le projet de loi doit être étudié en commission parlementaire à partir de jeudi et débattu à l'hémicycle dès lundi. Mais l'opposition tire déjà à boulets rouges sur le texte.

La principale formation anti-Erdogan, le Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate), a ainsi accusé le gouvernement de vouloir "pérenniser l'état d'urgence" avec des mesures jugées "contraires à la Constitution". "Avec ce texte, avec les mesures qu'il comprend, l'état d'urgence ne sera pas prolongé de trois mois, mais de trois ans", a accusé lundi Ozgür Ozel, adjoint au président du groupe parlementaire CHP.

Ankara impute la tentative de coup d'Etat au prédicateur Fethullah Gülen, qui réside depuis une vingtaine d'années aux Etats-Unis et dément toute implication.


Lire la suite sur FRANCE 24 : Après deux ans de purges, l'état d'urgence va être levé en Turquie


Articles en Relation

L'EI perd son dernier bastion dans le sud de la Syrie L'organisation État islamique a perdu samedi son dernier bastion dans le sud de la Syrie au profit des forces du régime, selon l'OSDH, qui affirme p...
Etats-Unis : deux religieuses volaient dans la caisse d'une école catholique pou... Les deux sœurs, récemment retraitées, ont détourné pendant une dizaine d'années des chèques destinés à l'école. Le montant de leur malversation pour...
Ryder Cup 2018 : l'Europe surclasse les États-Unis et remporte le trophée Au terme d'une dernière journée marquée du sceau du suspense, l'Europe a remporté dimanche la 42e édition de la Ryder Cup face aux États-Unis. Les E...
Euro-2020 : les Bleus évitent l'Allemagne et héritent de l'Islande et de la Turq... L'Europe du football était réunie dimanche à Dublin, où se déroulait le tirage au sort des éliminatoires de l'Euro-2020. La France évite l'Allemagne...
Crise économique, ouvriers en grève : les méga chantiers du président turc Erdog... Le président turc a annoncé vendredi ne pas envisager "de nouveaux investissements" sur les grands projets de construction qui sont sa marque de fab...
Etats-Unis : accusé d'abus sexuels, l'ex-cardinal Theodore McCarrick est défroq... Le pape a reconnu comme définitive une sentence en ce sens de la Congrégation pour la doctrine de la foi. C'est une première historique pour un car...

ACTUALITÉS SHOPPING IZIVA