Alzheimer aurait un lien avec la santé bucco-dentaire

Santé

Des chercheurs américains ont trouvé des traces de bactéries Porphyromonas gingivalis, responsables de la maladie parodontale, dans le cerveau de patients souffrant d'Alzheimer. Ces travaux relancent l'hypothèse d'une piste infectieuse dans cette maladie.

Brossez-vous les dents pour garder un beau sourire... et éviter Alzheimer ! C'est le conseil que devraient donner les dentistes à la lecture de cette étude parue dans la revue Science Advances, qui a trouvé un lien entre la parodontite, ou maladie parodontale, et Alzheimer.

Les maladies parodontales représentent un ensemble de pathologies infectieuses qui s'attaquent au parodonte, c'est-à-dire les gencives et les tissus de soutien de la dent. En général, la maladie commence par une gingivite : une inflammation de la gencive liée à l'accumulation de la plaque bactérienne sur les dents. La gingivite est une maladie courante qui peut se compliquer avec des lésions de la gencive ; l'os qui soutient les dents peut être touché : c'est la parodontite.

Les caries et les parodontites sont les maladies bucco-dentaires les plus fréquentes ; elles sont les principales causes d'extractions de dents et de pose de prothèses dentaires. Les maladies des gencives sont favorisées par une mauvaise hygiène bucco-dentaire, ainsi que le tabagisme, l'hérédité, l'alimentation, la grossesse...

Dans le cerveau de patients souffrant dâ??Alzheimer, on observe des plaques séniles correspondant à lâ??accumulation dâ??amyloïde. © Nomad_Soul, Fotolia

Dans le cerveau de patients souffrant d’Alzheimer, on observe des plaques séniles correspondant à l’accumulation d’amyloïde. © Nomad_Soul, Fotolia

Mais les parodontites pourraient aussi avoir des conséquences sur votre santé mentale : une nouvelle étude a trouvé des protéines provenant d'une des bactéries responsable de ces affections, Porphyromonas gingivalis, dans le cerveau de personnes touchées par Alzheimer. Des expériences sur la souris ont aussi montré que la bactérie pouvait se déplacer de la bouche vers le cerveau, ce qui augmentait la production d'amyloïde. Cette molécule est présente dans les plaques caractéristiques des cerveaux de patients Alzheimer.

Inhiber les facteurs de virulence bactériens pour prévenir Alzheimer

P. gingivalis produit donc des protéases toxiques, les gingipaïnes, qui ont été identifiées dans des cerveaux de patients. Ces molécules qui sont neurotoxiques in vivo et in vitro agissent sur la protéine Tau. Un traitement qui ciblerait la bactérie P. gingivalis pourrait donc aider à prévenir la maladie d'Alzheimer. C'est pourquoi les auteurs ont créé des inhibiteurs des gingipaïnes. En inhibant ces enzymes chez la souris, ils ont montré qu'il y avait moins de bactéries P. gingivalis dans le cerveau et que des neurones de l'hippocampe pouvaient être sauvés. Ces travaux ont été soutenus par Cortexyme, une entreprise californienne qui met au point un nouveau traitement contre la maladie d'Alzheimer, le COR388. Cette molécule qui cible les bactéries est l'un des inhibiteurs testés dans la publication et fait l'objet d'un essai clinique.

Dans The Conversation, Sim Singhrao, chercheuse à l'université du Lancashire central, commente ces résultats. Son équipe a été pionnière dans l'étude du lien entre Alzheimer et la bactérie P. gingivalis. Elle rappelle que la maladie des gencives ne peut être la seule incriminée et que d'autres infections ont un lien avec Alzheimer.

D’autres types de bactéries et le virus de l’herpès de type I sont également présents dans les cerveaux de la maladie d’Alzheimer

Par exemple, « Des recherches existantes montrent que d'autres types de bactéries et le virus de l'herpès de type I sont également présents dans les cerveaux de la maladie d'Alzheimer. Les personnes atteintes du syndrome de Down courent également un risque plus élevé de développer la maladie d'Alzheimer, tout comme les personnes qui ont subi une grave blessure à la tête. Les recherches montrent également que plusieurs affections associées aux maladies cardio-vasculaires peuvent augmenter le risque de maladie d'Alzheimer. »

Les pertes de mémoire, les plaques séniles, sont les symptômes d'une neurodégénérescence dont les causes sont probablement diverses.

Ce qu'il faut retenir
  • P. gingivalis est une bactérie responsable de la parodontite.
  • Des protéines provenant de cette bactérie ont été retrouvées dans le cerveau de patients souffrant d’Alzheimer.
  • Une entreprise américaine a mis au point un inhibiteur des facteurs de virulence de P. gingivalis.

Lire la suite : Alzheimer aurait un lien avec la santé bucco-dentaire


Articles en Relation

Cerveau : un implant pour traduire les pensées en paroles Des chercheurs sont sur la piste d’un décodeur qui transformerait les signaux du cerveau en paroles. Il pourrait alors servir aux patients incapable...
Les souvenirs de la petite enfance ne sont pas forcément perdus Chez la souris, des chercheurs ont montré que les animaux pouvaient faire resurgir des souvenirs « perdus » de leurs premières semaines de vie, en...
L’information agit comme une drogue Une actualité ou un message sur les réseaux sociaux ? Toujours en train de vérifier sur votre smartphone que vous n'avez rien manqué ? C'est peut-...
Espérance de vie et cerveau sont étroitement liés Oubliée la taille ! Oublié aussi le métabolisme ! Ou presque... Désormais, selon des travaux menés par des chercheurs américains, il faudra placer...
Les neurones du cerveau sont capables de modifier leur ADN ! Pour la première fois, une étude montre l’existence de recombinaisons génétiques dans le cerveau. Le processus qui utiliserait une enzyme transcri...
La peste aurait décimé les Européens au néolithique En Suède, des chercheurs ont trouvé un bacille de la peste sur les restes d'une femme décédée il y a environ 5.000 ans. La présence de cette bacté...